« Vote électronique: soupçons de fraude au New Hampshire, et vive les urnes transparentes ! | Accueil | Mondialisation : non à la tentation protectionniste ! »

dimanche 13 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Michel

Avec la suppression de la pub, France Télévisions ne risque plus de subir les conséquences d'une désaffection de son public. A la limite, elle aurait même intérêt à voir un maximum de téléspectateurs la délaisser pour faire grimper les audimat de ses concurrents du privé et leurs recettes publicitaires. Ah, comme j'aimerais moi aussi avoir une activité rémunérée par une partie du chiffre d'affaires de mes concurrents directs !

vincent

Très juste ! je n'y avais pensé, à celle là... merci !

christiane

Un autre aspect peut être pire : imaginons que notre cher président veuille faire des chaînes publiques des instruments de propagande. La suppression de la pub permet de s'affranchir du manque d'audimat sans encourir de sanction financière et sans que personne ne vienne faire de statistiques sur l'intérêt des programmes.
En général dans les pays qui pratiquent ce genre de choses la TV est gratuite.
Chez nous il faudrait payer la redevance plus une taxe sur notre ordinateur et notre téléphone mobile pour écouter le gouvernement se gargariser de son bon bilan. Ou ne pas regarder, mais en payant quand même.
Ce serait beau, non?

Robert Marchenoir

"Prendre à tous les contribuables un peu plus d'argent pour financer des programmes que l'immense majorité d'entre eux ne regarderont jamais est tout à fait scandaleux."

Bien sûr que non.

Tout d'abord, qu'est-ce qui permet d'affirmer qu'une chaîne de télévision publique financée par l'impôt produirait des programmes que l'immense majorité des Français ne regardera jamais? Cette équation entre chaîne publique et production inintéressante est un poncif aussi grossier qu'injustifié.

En Angleterre, 77% des enfants de 11 à 14 ans ont un poste de télévision dans leur chambre. J'ignore le chiffre français car les médias ici s'occupent de tout sauf de ce qui est important, mais il est vraisemblable que nous nous acheminons dans la même direction, si nous ne sommes pas déjà au même point.

Avec des chiffres pareils, je vois mal comment deux grandes chaînes de télévision publique pourraient produire des programmes regardés par personne, même en essayant.

Par ailleurs le principe même de cette affirmation aboutit à refuser totalement l'impôt. L'immense majorité des Français ne sera jamais amputée des deux jambes, et pourtant nous trouvons normal de consacrer une certaine part de nos impôts à aider des handicapés qui ne seront jamais qu'une portion marginale de la population.

Des tas de gens n'aiment pas nager, pourtant on trouve normal de construire des piscines avec l'argent des impôts. Plein de gens n'ont pas d'enfants, pourtant on trouve normal de construire des écoles avec l'argent des impôts. On pourrait allonger la liste à l'infini.

Ensuite les théories c'est bien joli, mais il faut aussi regarder la réalité. Quand il n'y avait pas de publicité à l'ORTF, on y trouvait des émissions d'une qualité qu'on ne rêverait même plus d'avoir aujourd'hui. On se les repasse en boucle aujourd'hui sur Internet grâce à l'INA, mais qui se soucie de produire l'équivalent qui pourrait être regardé, avec la même admiration, dans cinquante ans?

Les radios publiques sont d'une qualité absolument incomparable aux radios privées. Comparez France-Musique et le foutage de gueule dégradant, vulgaire et méprisant qu'est devenu Radio-Classique. Sur quelle radio privée peut-on écouter des émissions de la même teneur intellectuelle que sur France-Culture?

Une fois qu'on a introduit la publicité dans les chaînes publiques, cela a conduit à une décadence inéluctable, à une course vers le bas, vers toujours plus de bêtise, d'ignorance, de vulgarité, de bas instincts, de pornographie, d'humiliation, de violence.

Tout cela se retrouve brut de décoffrage dans la chambre des enfants de 11 à 14 ans (et bien plus tôt: de nombreux bébés sont nourris à la télévision). Et l'on penserait que cela n'a aucune importance? L'on penserait que les actes de violence inouïe, que les manifestations d'immoralité absolue que l'on rencontre de plus en plus souvent chez des enfants de plus en plus jeunes, dans tous les pays développés du monde, que ces comportements anti-sociaux n'ont rien à voir avec cela?

L'on penserait que le mépris du savoir, l'ignorance radicale qui monte chaque jour un peu plus et que l'on peut toucher du doigt, cela n'a rien à voir avec l'entreprise de décervelage menée par la télévision, cela n'a aucune importance?

Maintenant s'il s'agit de dire que des émissions d'une certaine tenue seront moins regardées que la propagande à fabriquer des esclaves que nous sert la télévision aoujourd'hui, c'est absolument certain et c'est absolument souhaitable.

L'effort est plus difficile que la paresse. La civilisation réclame du travail et des sacrifices. C'est pas un droit-d'lhôm', un baladeur MP3 gratuit qu'on vous offre avec l'abonnement triple play à Internet, un truc qu'on reçoit en héritage et qu'il suffit de faire fructifier en le mettant à la banque.

Vous aurez plus de monde dans les universités si vous donnez le bac à tout le monde que si l'école sélectionne les meilleurs, encourage l'effort et ne récompense que le mérite.

Vous aurez moins de monde devant la télé si vous montrez de grands esprits en train de réfléchir que si vous montrez un clown demandant à Rocard si sucer c'est tromper.

Et c'est tant mieux: les gens passeront moins de temps scotchés devant leur télé, le temps qu'ils y passeront sera plus fructueux, et ils auront plus de temps pour lire des livres, faire leurs devoirs, parler avec leurs enfants et leurs parents.

Et l'on aura peut-être moins de voyous dont la conception de la franche rigolade consistera à violer une gamine à cinq, puis à l'asperger de déboucheur à chiottes pour effacer les traces ADN.

Les publicitaires tiennent à démolir deux millénaires de civilisation européenne avec la boîte à cons? Qu'ils n'aient pas, en plus, l'outrecuidance de refuser que d'autres fassent subsiter un peu d'intelligence, un peu de culture à côté de leur fabrique à merde.

Evidemment, on risquerait de comparer, de comprendre qu'il peut exister autre chose à côté, que la société de consommation n'est pas la normalité, qu'on n'est pas obligé d'accepter la seringue d'héroïne que vous file le dealer gratos, pour vous accrocher...

Dans une société où les bons élèves à l'école sont couramment traités de "sales Juifs" par leurs camarades, pour le seul fait qu'ils ne chient pas sur le savoir et la culture, il faudrait peut-être commencer à s'inquiéter...

Mateo

Un discours avec une très forte odeur de conservatisme (pour ne pas dire de droitisme). Y'a même les poncifs habituels: la télé rend débile, rend violent etc.

«"Prendre à tous les contribuables un peu plus d'argent pour financer des programmes que l'immense majorité d'entre eux ne regarderont jamais est tout à fait scandaleux."

Bien sûr que non.»

Ben si: dans un marché lorsque l'information prix est supprimée (ce qui est le cas en enlevant les recettes publicitaires pour les chaînes dites gratuites), le marché ne s'adapte plus à la demande des consommateurs.

Deuxièmement, oui il y a beaucoup de m*** à la télé. Mais qui êtes-vous, qui suis-je, pour dire aux individus ce qu'ils doivent regarder?
Je pense personnellement que l'immense majorité des programmes sont mauvais. Alors je ne regarde presque jamais la télé et je remplace ce média par l'Internet. Et je n'ai pas besoin de l'État pour me dicter quels sont les bons programmes et les mauvais.

Enfin vous dites que la télévision privée n'est pas capable de proposer des programmes de bonne qualité culturelle (selon vos normes). C'est le cas si l'État s'arroge ce marché, comme c'est le cas en France. Les groupes de télévision privés hésitent, et c'est bien normal, à investir ce marché de la télé "culturelle" dominé par ce concurrent déloyal qu'est l'État.

S'il y a une demande pour les programmes culturels, ne vous en faites pas le marché privé y répondra.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique