« Subprimes, McCain vs. Obama, et corruption politique à Washington | Accueil | Subprimes encore et toujours: revue de web"Dormez braves gens, l'état régule pour vous !" »

lundi 22 septembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tefal

Bon article. "Entre deux maux il faut choisir le moindre", certes, mais il faut comprendre que l'étatisme tue le capitalisme, ou plutôt le transforme en ce qu'il ne devrait pas être : un jeu d'intérêts privés qui exploite la loi du plus fort, grâce à la machine étatique et sa contrainte.

Phil.

Merci, très bon article, où les grands principes sont accommodés à l'indispensable pragmatisme.

Alors que, même au pays de la liberté et des médias libres, l'Etat a cédé face aux lobbys financiers, que faire pour assurer une démocratie impartiale ?

Rubin

Bravo pour cet article, qui a le mérite d'être à la fois très clair et très détaillé.

Une titrisation forcée des dettes présenterait, à mon sens, deux inconvénients dans la situation actuelle : premièrement, elle serait très difficile à mettre en œuvre vu l'ampleur des dégâts ; ensuite, ses bénéfices ne seraient pas aussi larges que ceux du plan Paulson, qui a le mérite de sauver, plus ou moins indirectement, de nombreux acteurs européens.

Drieu

Merci pour cet article, sans doute le plus éclairant que j'ai lu en français sur la crise actuelle !

gnarf

Difficile a prevoir.
Je crois que les actifs dont l'Etat se portera acquereur sont differents de ceux du Credit Lyonnais. Decotes, achetes aux encheres, il y a de tres fortes chances qu'ils depassent rapidement leur prix d'achat.

Actuellement, des investisseurs Europeens rachetent les maisons vendues aux encheres aux USA en pleine panique, car il est certain qu'une fois la tempete passee il y aura a nouveau des acheteurs bien au dessus du prix de vente.

Il me semble (au moins dans le domaine immobilier) que selon ce plan l'Etat US se comporterait comme un investisseur avise du simple fait que les actifs sont actuellement sous-cotes a cause du manque de liquidites...tandis que dans le cas du Credit Lyonnais l'Etat achetait, bien trop tard, des actifs definitivement deprecies.

Jacques Peter

Très bon article, merci.
Si le montant des provisions qui restent à faire dans les bilans des banques est disons de l'ordre de 1 000 milliars, une solution ne consisterait-elle pas à obliger les banques à faire immédiatement ces provisions? De grosses pertes apparaîteraient, mais ensuite ce serait fini. Les bilans étant nettoyés, la confiance entre banques pourrait renaître. Les actionnaires auraient perdu ce qui est normal. Certes les ratios de capitalisation des banques (Bâle 2, etc...) ne seraient plus respectés, mais peut-être vaut-il mieux mettre Bâle entre parenthèses pendant un an ou deux que de détruire le système capitaliste.

Jesrad

Est-ce qu'une telle monétisation des créances ne permettrait pas, du même coup, de passer du système monétaire actuel fondamentalement vicié à un nouveau système de free banking ?

Rien que pour cette possibilité, ça mériterait d'être tenté.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique