« Autrichien ou Chicago ? | Accueil | Bulle du réchauffement climatique - compléments à ma note d'hier »

mercredi 12 novembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

david

Excellent article, sain et salutaire, véritable coup de pied dans la fourmillière du politiquement correct !!

Bravo , cela nous change du concert des pleureuses du CO2

JL

Ma mère souffre de dissonance cognitive climatique. Que faire? Vos arguments n'ont aucun impact sur elle, comme sur la majorité de l'opinion publique.

ST

Excellent recentrage du débat : savoir si oui ou non il y a réchauffement climatique et quel impact sur l'environnement n'est pas un débat politique en soit, mais scientifique. Il n'y a pas de "position libérale" sur la question. Par contre il y a une position libérale sur les choix politiques à faire dans le cas ou ce réchauffement et ses conséquences sont avérés, comme dans le cas où ils ne le sont pas. Et Vincent nous interpelle à juste titre sur les dangers des incitations fiscales, et ce que les thèses réchauffistes soient justes ou erronnées. C'est un excellent point, et qui a le mérite d'être valable indépendamment du débat sur la réalité du réchauffement climatique.

jb7756

Alors là entièrement d’accord.

Voici deux exemples de projet réellement novateur qui souffrent d’un sous investissement :
http://www.polywellnuclearfusion.com/Clean_Nuclear_Fusion/Home.html (le plus avancé)
http://www.lawrencevilleplasmaphysics.com/ (moins avancé mais plus efficace – pauvrement financé par le gouvernement… chilien)

Il s’agit de fusion nucléaire Hydrogène Bore, une solution bien plus pratique que ce que fera ITER. Un monstre extrêmement coûteux et à la réussite peu probable (Vincent un article dessus ?).

Notons quand même qu’un troisième projet est supporté par des fonds privés, Goldman Sacht et Paul Allen (pas de lien, le projet est très secret).

Lorsque (si ?) cette technologie sera opérationnelle, c’en sera fini définitivement de nos problèmes d’énergies.

jb7756

Voilà une description vers le 3ème projet soutenu par Goldman Sachs et Paul Allen (entre autres).
http://nextbigfuture.com/2007/06/tri-alpha-energy-raises-40-million-in.html
Un réacteur de 100 MW est logé dans l’espace d’une maison !

Donc un projet entièrement privé semble t’il.
Il y aussi d’autres projets du même type et moins avancé.

bibi33

@Jl

En général j'ai la réponse toute faite oui il y réchauffement climatique.
Et celui n'est pas que terrestre car Mars se réchauffe aussi!

http://www.generation-nt.com/rechauffement-climatique-planete-mars-global-surveyor-nasa-recherches-scientifiques-actualite-22676.html

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/univers/d/mars-son-atmosphere-se-rechauffe-aussi_10658/

Donc si Mars se réchauffe c'est certainement à cause du CO2 émis par les martiens!

Franck

Ce que pourra répondre tout réchauffiste pas trop idiot à cet argument: d'accord, un réchauffement peut avoir plusieurs causes; cela n'empêche pas le CO2 d'origine humaine d'être la principale cause du réchauffement terrestre...

Personnellement, je préfère indiquer la mise en évidence du fait que l'augmentation de la quantité de CO2 suit l'élévation de la température et non l'inverse: «Une nouvelle recherche montre que la hausse du CO2 a suivi (et non précédé) de 1000 ans le réchauffement des fonds marins lors de la sortie du dernier âge glaciaire, voici 19.000 ans. Le gaz carbonique n’est qu’une rétroaction positive parmi d’autres du forçage solaire et de ses effets sur l'océan, certainement pas le maître d’oeuvre du climat terrestre» -- http://climat-sceptique.over-blog.com/article-7178161.html

michel

@ Frank
"Ce que pourra répondre tout réchauffiste pas trop idiot à cet argument: d'accord, un réchauffement peut avoir plusieurs causes; cela n'empêche pas le CO2 d'origine humaine d'être la principale cause du réchauffement terrestre..."

Eh bien, Frank, vous répondrez surtout à ce réchauffiste qui récite le catéchisme que répand Monsieur jean Jouzel Vice-Président du GIEC, Conseiller du Gouvernement en matière climatique, co-président de la Commission du Grenelle de l'Environnement consacrée au risque climatique et patron d'IPSL, l'institut de recherche qui ne vit que par les subventions de l'Etat pour des études climatiques par son simulateur de climat global. Vous lui répondrez que:

1 - Le réchauffement futur n'existe que dans des modèles informatiques qui prétendent simuler correctement des phénomènes climatiques chaotiques, dont NON PREVISIBLES (Théorie du Chaos, jamais réfutée).

2 - Le petit réchauffement du XXème siècle observe un palier depuis 1998, alors que les modèles climatiques globaux simulaient tous une continuation du réchauffement, ce qui les discrédite puisqu'ils avaient été validés en fin de XXème siècle sur le fait qu'ils reproduisaient à peu près la tendance de la température globale sur les vingt dernières années du siècle.

3 - Que les derniers développements de la science climatique globale semblent indiquer une limitation de l'effet de serre du fait que l'augmentation du taux atmosphérique en CO2 semble automatiquement compensée par une baisse de l'humidité atmosphérique globale, théorie de Roy Spencer à partir des hypothèses de Richard Linzen, et que les mesures du Satellite AQUA depuis 2002 semblent confirmer (voir Roy Spencer, responsable des mesures sur le programme AQUA). Il manque juste l'explication scientifique du mécanisme de cette compensation, ce que Spencer, Lindzen, Miskolczi et quelques autres devraient pouvoir trouver en peu d'années maintenant, si du moins on cesse de faire obstacle à leurs travaux et de leur mesurer les moyens financiers.

Mais tout cela, Frank, vous n'avez aucune chance de le lire dans la presse française, presse du politiquement correct et de la pensée unique, alors que les lecteurs anglo-saxons trouvent toutes ces informations dans la presse anglophone sérieuse.

Vous êtes influencé par la désinformation à la française, celle qui arrête le nuage de Tchernobyl à nos frontières, et qui proclame que le vin, surtout celui de Bordeaux, protège des accidents cardiaques et du cancer...

mais la consultation fréquente d'Objectif Liberté, la lecture attentive du blog de Jean Martin (pensée unique), et du site réchauffement climatique devrait vous éviter de subir ce lavage de cerveau opéré par les média classiques, qui conduit à la "dissonnace cognitive".

Franck

@Michel

Apparemment, je me suis bien mal exprimé pour laisser à penser que je fais partie des "lavés du cerveau" en ce qui concerne les histoires de réchauffement...

La climatologie est bien loin de mon domaine de compétence mais m'intéresse tout de même pas mal et je suis déjà un fervent lecteur des sites que vous citez. N'ayant jamais adhéré à ce qui d'emblée m'est apparu comme un dogme politico-religieux, j'estime faire partie des (j'ose encore l'espérer pas trop) rares personnes sceptiques vis-à-vis des thèses et des gesticulations du GIEC.

Mais merci quand même ;-)

michel

@ Frank
Je n'ai jamais voulu vous désobliger Franck, et si vous êtes un assidu du blog de Vincent, c'est que vous avez un très bon jugement. J'ai profité seulement d'une de vos remarques pour asséner de façon humoristique trois vérités, -trois évidences -, qui sont autant d'arguments auprès des gens cultivés, mais désinformés (brainwashés).

michel

Pour compléter les trois remarques que j'adressais à Frank, j'ajoute que nous sommes désormais proches d'une théorie du climat cohérente et globale. Lindzen et Roy Spencer, ont mis en évidence une relation inverse entre le taux de gaz carbonique et le taux d'humidité spécifique et relative de l'atmosphère, ce qui va dans le sens d'une limitation de "l'effet de serre", empechant tout emballement des températures terrestres. La vapeur d'eau constitue un facteur de rétroaction négative à la variation du taux de CO2, et non pas positive comme le croient les modélisateurs du climat global, par un raisonnement simpliste et non étayé. Spencer s'appuie sur des mesures de températures et d'humidité réalisées par la mission satellite AQUA (NASA) de 2002 à début 2008. Il est bien placé, puisqu'il a la direction de l'équipe NASA responsable de ces mesures.

Cependant, Spencer n'est pas un salarié de la NASA. Il a apporté sa compétence comme prestataire de services scientifiques. Il ne peut donc publier des données qui appartiennent à la NASA. Or la NASA de James Hansen ne semble pas pressée de faire connaître ces résultats.

Les travaux de Lindzen et Spencer sont en parfaite cohérence avec une étude théorique du hongrois Miskolczi, qui, partant du principe que la biosphère devait respecter les lois fondamentales de la thermodynamique, a introduit ces lois dans un modèle théorique (Eh oui, les modélisateurs n'y avaient pas pensé !). Et il en avait conclu que l'effet de serre devait obligatoirement être limité par un phénomène de compensation des taux respectifs des gaz à effet de serre, par adaptation naturelle de l'humidité.

Dans une recherche indépendante des précédentes, le Professeur suédois Svensmark a mis en évidence un phénomène concernant l'activité solaire. Lorsque le soleil est en période de forte activité, il crée un champ magnétique qui dévie une forte proportion des rayons cosmiques hors du système solaire. Or les rayons cosmiques, qui ont une très forte énergie, créent des trainées de condensation dans l'atmosphère humide. Ce phénomène est bien connu des physiciens qui utilisent des "chambres à brouillard" pour matérialiser expérimentalement les trajets des particules accélérées par les cyclotrons (c'est un peu le même phénomène qui crée ces trainées blanches qu'on voit derrière les avions à réaction). Svensmark montre que ces trainées amorcent un phénomène de condensation de la vapeur pour former des nuages qui réfléchissent la lumière solaire (phénomène d'albedo) et donc font diminuer la température terrestre. Donc, en période de forte activité solaire, le soleil nous chauffe légèrement plus, mais en écartant les trajectoires des rayons cosmiques, il diminue indirectement la couverture nuageuse et fait monter encore plus la température de la Terre. Tout cela explique également pourquoi nous avons connu ces périodes récurrentes de sècheresse au cours des vingt dernières années, chaudes, du XXème siècle, quand l'activité solaire était maximale, alors que depuis deux ans l'activité solaire a décru pour atteindre aujourd'hui son plua bas niveau, et que des précipitations plus abondantes ont reconstitué nos réserves naturelles d'eau.

Les climatologues du GIEC ayant considéré que les expériences de Svensmark étaient insuffisantes pour avoir force probante, il a été décidé de les reprendre avec des myens matériels et humains bien plus considérables, réunis aujourd'hui au CERN de Génève, qui procède à l'expérience CLOUDS. Le CERN a eu beaucoup de mal à réunir les financements pour cette recherche (évidemment, elle ne va pas dans le sens voulu par le GIEC). Les résultats, attendus d'ici peu d'années, pourraient être décisifs. Alors, l'un des principaux mystères de la formation des nuages serait élucidé.

Il ne resterait plus qu'à fondre les travaux des uns et des autres pour réaliser une avancée majeure dans la science du climat.

Mais, comme vous pouvez le penser, Lindzen, Royce, Miskolczi, Svensmark et le CERN se heutent à bien des batons dans les roues qui ne cessent de les retarder. Ainsi, après avoir attendu six ans avant d'obtenir le financement de CLOUDS, le CERN peine encore aujourd'hui pour recruter les scientifiques de son équipe (Eh oui, 5 milliards de dollars de fonds publics annuels consacrés à la recherche sur la nocivité du CO2 d'origine humaine, ça emploie et ça paye bien les climatologues du marché, et nombre d'entre eux refusent les offres du CERN).

miniTAX

"Ma mère souffre de dissonance cognitive climatique. Que faire? "
------------------------------------

Coupez-lui le chauffage, ça lui apprendra quel changement climatique est catastrophique et lequel ne l'est pas.

Robert


Les travaux de Svensmark ont apporté une précision à ce qu'avait découvert Scott E. Forbush en 1937 et qu'on nomme décroissance de Forbush. Maintenant faire le lien direct entre la diminution du taux d'humidité dans l'atmosphère (seulement 7% pour les cinq plus fortes décroissances de Forbush sur les 26 enregistrées sur les 22 dernières années. Source: Geophysical Research Letters) et le réchauffement climatique est largement prématuré. Il faut d'abord prouver l'impact réel (s'il existe) des décroissances de Forbush sur le climat, ce qui est loin d'être fait.

Donc merci de ne pas tirer de conclusions hâtives menant à ce qu'on peut appeler de la désinformation.

floyd

Même Al Gore semble ne plus y croire ! Comme les faits contredisent de plus en plus les théories du GIEC, les alarmistes cherchent de nouveaux coupables. Selon les dernières nouvelles, Al Gore estiment que le CO2 est responsable du réchauffement climatique seulement pour 40%. C’est plutôt étonnant pour un homme qui n’a pas répété que le débat était clos et qu’il y a un consensus total :


"Those conversations led Gore to politically inconvenient conclusions in this new book. In his conversations with Schmidt and other colleagues at the beginning of the year, Gore explored new studies - published only last week - that show methane and black carbon or soot had a far greater impact on global warming than previously thought. Carbon dioxide - while the focus of the politics of climate change - produces around 40% of the actual warming.
Gore acknowledged to Newsweek that the findings could complicate efforts to build a political consensus around the need to limit carbon emissions."

http://www.guardian.co.uk/world/2009/nov/02/al-gore-our-choice-environment-climate

Concernant le fameux consensus, voici des centaines d’articles ’peer-reviewed’ qui sont sortis dans des revues sérieuses et qui démontent les théories du GIEC:

http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html

vincent

@ floyd : fantastique compilation ! merci

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique