« Les adjudications d'obligations allemandes trouvent preneur... de justesse | Accueil | L'état de Californie en très grande difficulté financière »

lundi 15 décembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

ST

Loin de moi l'idée de proclamer que baisser la TVA dans l'espoir de relancer la consommation est une bonne idée. Néanmoins, ca m'énerve toujours quand j'entends ca :

"Criticising the UK government's decision to cut VAT from 17.5% to 15%, Mr Steinbruck questioned how effective this will be. Are you really going to buy a DVD player because it now costs £39.10 instead of £39.90? - he said."

Ca m'énerve parce que c'est exactement le même argument qui permet de dire : on va augmenter la TVA de 15% à 17.5%. Est ce que vraiment vous penser que ca va impacter la consommation ? Vous n'allez plus acheter votre lecteur DVD parce qu'il sera 80 centimes plus cher ??? Et il faut pas chercher loin pour trouver ce genre d'ineptie : quand le gouvernement nous annonce une taxe sur les fournisseurs d'accès internet pour financer la télévision publique, on nous dit aussi que ca n'aura aucun impact sur rien, que ce sera absorbé par la concurrence entre les fournisseurs. Ben voyons. Ce sont des raisonnements absurdes, mensongers et économiquement infondés.

Maintenant, on est d'accord que baisser les impots dans l'espoir de relancer la consommation et au prix d'un aggravation des finances publiques est tout aussi stupide que d'augmenter les impots (ou accroitre les deficits) pour relancer la consommation par la dépense publique. La seule baisse d'impot qui est souhaitable est celle qui accompagne la baisse de la dépense publique associée.

Sinon, sur le dernier point, celui du rééchelonnement des créances aux USA : si les banques ne se bousculent pas pour s'y mettre, malgré la pression fédérale, c'est principalement parce que ca ne marche pas. Les dernières statistiques indiquent que la majorité des prêts renégociés font à nouveau défaut dans les 6 mois. C'est principalement du au fait que la plupart des ces prêts sont vraiment beaucoup trop lourds pour ceux qui les portent. Ce n'est pas en ajustant une variable qu'on peut changer cet état de fait. D'autant plus qu'il est tres difficile d'établir clairement combien vaut la maison, et surtout combien elle vaudra demain (n'oublions pas que nombreux sont ceux qui pensaient renégocier leur pret sur la base de l'augmentation du prix de leur maison). C'est pourquoi la vente par adjudication du bien est souvent la meilleure des choses pour tout le monde : c'est mieux pour le créancier car au moins il sait où il en est, et il peut marquer sa perte de facon claire et definitive, plutot que de continuer a avoir des créances douteuses qui n'ont pas de valeur car personne ne peut savoir si elles feront défauts dans 2 mois, 6 mois ou 1 an. Il apure sa situation pour mieux rebondir. Et récupère des liquidités, précieuses par les temps qui courrent. Et pour les ménages, ils peuvent repartir sans cette dette écrasante qui mine leurs finances, retrouver une location pour moitié moins que leur traite. Certes ils ont perdu leur apport initial et ce qu'ils ont déja versé, mais leur situation redevient vivable. Enfin ca permet de faire baisser les prix, donc aux gens de se loger a moindre cout. La renégociation des prêts dans le contexte actuel n'est pas la meilleure idée. Loin de là.

Tout le monde veut voir dans la multiplication des ménages qui dont défaut sur leur prêt une catastrophe : c'est faux. La catastrophe c'était de contracter ces prêts. Faire défaut et vendre le bien par adjudication, c'est la saine correction du problème. Je dis bien saine, parce que grâce à celà, les ménages américains ont vu leur endettement baisser ce trimestre pour la première fois depuis ... 1952. Incroyable hein ?

http://www.marketwatch.com/News/Story/Story.aspx?guid={548FC361-18C2-435C-B268-E2D3F345D664}

Et c'est ca qui affole les analystes et surtout les politiciens : les gens commencent pour la première fois depuis des années et des années à ne plus vivre au dessus de leurs moyens. Est ce vraiment une si mauvaise chose ? Et si la vente par adjudication pour solder un emprunt irréaliste est un préalable pour cela, tant mieux. Ca vaut quand meme mieux que de vivre toute sa vie surendetté pour rembourser un bien qui ne vaut pas la moitié ce qu'on l'a payé, et pas le quart de ce qui sera remboursé avec les intérêts.

jb7756

La bulle immobilière a siphonné le pouvoir d’achat des ménages et in fine ruiné aussi les banques. Donc un vrai plan de relance vise à annuler les effets de la bulle :

- annulation ou réduction des énormes dettes pour les particuliers pour redonner du pouvoir d'achat.
- libéralisation de la construction pour dégonfler le plus rapidement la bulle et permettre un redémarrage de la construction.

Le tout financé par la planche à billet et avec une purge le plus rapide possible sinon la crise va traîner en longueur.
Immanquablement une inflation importante est à prévoir mais elle va permettre de confisquer les gains que les vendeurs de biens immobiliers surévalué ont réalisés.

Pour l’avenir, éviter la formation de nouvelles bulles immobilières :
- limitation des prêts aux particuliers.
- maintenir une grande liberté de construction.
- limiter la spéculation sur le marché immobilier par la mise en place de taxes dissuasives (à étudier avec précaution pour éviter les effets pervers).

A mon avis voilà une partie du plan américain « officieux ».

ST

@jb7756 : "annulation ou réduction des énormes dettes pour les particuliers pour redonner du pouvoir d’achat" : il n'est pas nécessaire d'annuler d'autorité quoi que ce soit. Les mécanismes existent : les ménages surendetté font défauts sur leur dette immobilière, ils perdent leur maison er repartent dans le locatif (dans un premier temps du moins), les maisons sont vendus et font baisser les prix. Les créanciers absorbent leurs pertes. C'est sain. C'est clair. C'est juste. En outre, c'est moins pour redonner du pouvoir d'achat, que pour retourner à un niveau de consommation compatible avec les ressources. Vivre dans ses moyens et pas au dessus de ses moyens. LA contraction de la consommation est ainsi inévitable, et dans un sens souhaitable.

"libéralisation de la construction pour dégonfler le plus rapidement la bulle et permettre un redémarrage de la construction" : la libéralisation de la constuction est souhaitable. Elle n'est cependant pas nécessaire pour dégonfler la bulle : voyez aux usa, aucune libéralisation n'a été faite, et les prix s'écroulent. Quand la bulle se dégonfle, il est quasi impossible de l'arrêter. En outre, redémarrer la construction n'est pas un objectif en soi, notamment aux Etats Unis ou il n'y a pas pénurie de logement.


"le tout financé par la planche à billet" : êtes vous conscient que votre remède est justement le mal que vous cherchez à combattre ? Quand a confisquer les gains des vendeurs de biens immobilliers par une inflation programmée, on est en plein dans ce que nous dénonçons : la puissance étatique qui fait des choix à la place des gens et croit pouvoir manipuler le système à sa guise, sans effet pervers. L'inflation punira aussi bien ceux qui ont épargné leur argent durement gagné, que les plus pauvres qui sont les plus durement touchés par la perte de pouvoir d'achat quand les salaires ne suivent la hausse des prix qu'avec retard. Tout ca au profit de ceux qui se sont surendetté pour vivre au dessus de leurs moyens. L'inflation est peut etre inévitable : de là à vouloir la programmer par une politique volontaire ...

"limitation des prêts aux particuliers" : si on se limitait deja a ne pas les encourager par je ne sais quel Community Reinvestment Act ou par des prêts à taux zeros ?

"limiter la spéculation sur le marché immobilier par la mise en place de taxes dissuasives" : hou la ... dangereux et probablement inutile. Je ne pense pas d'ailleurs que la spéculation, au sens propre, soit réellement responsable de quoique ce soit dans la formation des bulles immobilières.

@vincent : le nouveau système de commentaires est particulièrement lent a valider les nouveaux commentaires, ce qui peut entrainer en effet des posts multiples quand on croit que la requête a planté. Mais je ne sais pas si vous y pouvez quelque chose ...


vincent

@ ST: oui, le système de commentaires déconne. D'ailleurs, tout le système de publication Typepad déconne depuis sa dernière mise à jour. Une catastrophe, j'ai l'impression de me battre contre l'interface.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique