« Problèmes de messagerie | Accueil | Réchauffement climatique, combien de temps la farce va-t-elle continuer, et combien nous coûtera-t-elle ? »

lundi 05 janvier 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54ef28dc18834010536a19097970b

Voici les sites qui parlent de Le plan de relance, une proposition alternative :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JL

"J'ai dans le passé esquissé une réforme fiscale très ambitieuse incluant la suppression de la TP, mais dans le cadre d'un grand big bang de la fiscalité dont la mise en place demanderait certainement un peu de temps, ce qu'un gouvernement en temps de crise aiguë n'a pas"


Le temps, le temps... Ca n'est pas le temps qui manque mais le courage politique. C'est en période crise qu'il est le plus aisé de faire passer des réformes qui n'auraient autrement jamais été acceptées. Encore une occasion manquée.

Franck Boizard

Les impôts et la dette sont dans une certaine mesure interchangeables, même si, pour ma part, je préfère les impôts à la dette (plus visibles donc plus démocratiques), ce qui compte, c'est le montant de dépenses globales et l'usage qu'on en fait.

Et alors là, sortez vos mouchoirs. Inutile de fréquenter des brulots ultra-libéraux à tendance prédatrice comme ce blog, il suffit de lire les rapports de la cour des comptes : entre un quart et un tiers (une paille) des dépenses de la sphère publique (au sens large) sont injustifiées, mal controlées ou inefficaces.

Pleurez, contribuables, pleuurez.

Mateo

@ Franck

Tu veux dire entre 1/4 et 1/3 des 55% du PIB que représente les dépenses publiques?
Si c'est le cas, je savais que c'était grave, mais pas à ce point!

Des sources?

Domi

Parfois les baisses d'impôts sont considérées comme des politiques keynesiennes lorsqu'elles correspondent à un déficit public.

C'est pourquoi il n'est pas toujours facile de déterminer qui avait raison lorsque ces politiques fonctionnent.

Néanmoins il y a quand même l'idée dans les théories de Keynes qu'à même niveau de déficit, une dépense publique forte associée à des impôts élevés sera une politique de relance plus efficace que la politique opposée pour deux raisons :
- la dépense publique crée directement une demande complémentaire alors que la crise pour les keynesiens est liée à la faiblesse de la demande,
- elle permet une redistribution des revenus qui favorisera elle-même la demande, les pauvres relatifs ayant une propension marginale à consommer plus forte.

Donc on peut tout à fait comparer la pertinence des solutions libérales et keynesiennes à même niveau de déficit public et là, sur le long terme il n'y a pas photo. Il y a une tendance trés nette dans les pays de l'OCDE sur une longue période pour que les pays à faible niveau de dépenses publiques s'en sortent mieux que les autres en terme de croissance.

Concernant les sorties de crises elle-même, il serait sans doute intéressant que quelqu'un qui en aurait le temps et disposerait des données suffisantes fasse une étude synthétique sur les causes de sortie de crise. Il y eut en effet de nombreux exemples de crises et de sorties de crises au cours des 30 dernières années. Je pense notamment aux anciennes composantes de l'ex-URSS qui ont connu une forte période de croissance négative après la chute du mur de Berlin et qui se sont redressées depuis. Le cas du chili post-allende et de l'argentine au tournant du siècle seraient également intéressants à étudier.

Je sais que vous concernant Vincent, vous êtes favorables aux Flat tax. Il me semble que nous pourrions procéder à une étude trés simple de leur efficacité en comparant les taux de croissance des pays l'ayant adopté au cours des trois années avant cette adoption avec celui des trois années suivantes. Ne connaissant pas l'année d'adoption de ces mesures dans les différents pays concernés, je ne puis faire ce calcul rapide, mais si vous aviez les données, je le ferai sans problème.

PS : ayant des difficultés avec l'anglais, je n'avais pas lu l'extrait en tête de l'article. excusez donc mon commentaire s'il s'agit d'une redite. Je précise enfin que mes connaissances en économie, pour la partie concernant la théorie keynesinne sont relatives. En cas d'erreur, n'hésitez pas à les signaler...

Enfin, merci beaucoup pour votre blog

Domi

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique

blogroll