« Vertige de la mort... | Accueil | Rapport Balladur sur les collectivités, beaucoup de bruit pour pas grand chose »

lundi 16 mars 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sunlight

Avez-vous déjà entendu parler de la crise ? Ce locataire "irresponsable" pourrait parfaitement bientôt être vous, "honnête" personne.

Il est vrai que cette mesure pourrait dissuader les investisseurs, qui pourraient par ailleurs être tentés de négocier le loyer d'entrée à la hausse, pour à la fois écrémer les locataires éligibles, et couvrir les risques éventuels d'impayés ...

Mais Madame Boutin vient peut-être de prendre la "responsabilité" d'"anticiper" (justement) les conséquences de la crise qui ne devrait probablement faire que commencer ...

Alors vous, que proposez vous concrètement en termes de solutions pour ces futurs SDF, et pour ces bailleurs qui auront des difficultés à recouvrir les loyers qui leur sont dûs ?

Franck Boizard

Sunlight, c'est rare un socialiste sur ce blog : bienvenu.

Je ne sais pas ce que Vincent vous répondra, mais voici mes réponses :

> si le locataire menacé d'expulsion c'était moi ? Ca ne changerait rien au raisonnement. C'est une bien curieuse conception de la réflexion que de croire qu'elle ne s'applique qu'aux autres.

«Que proposez vous comme solution ?» Aucune : ce n'est pas à l'Etat de résoudre les problèmes des gens. Par contre, si l'Etat pouvait s'abstenir de contrarier le fonctionnement du marché locatif, ça serait déjà un progrès.

> Ce qu'explique très bien Vincent, c'est que crise économique ou pas crise économique, les mesures étatistes aggravent la crise du logement qu'elles prétendent résoudre.

Sur le marché du logement comme sur celui du travail, nous assistons à un cercle vicieux bien français : l'Etat perturbe le fonctionnement du marché, puis intervient pour résoudre les problèmes ainsi créés, ce qui entraine encore plus de dysfonctionnements, donc l'Etat intervient encore plus et ainsi de suite ... Jusqu'à la situation de pénurie de travail et de logement que nous connaissons aujourd'hui. Mais bien entendu, c'est la faute du «capitalissse».

vincent

@ Sunlight: Vos questions sont tout à fait pertinentes, car elles sont partagées par bien des personnes qui se demandent "mais comment a t on pu en arriver là".

Le problème: "les anticipations" à répétition des politiques depuis 100 ans, qui maintiennent, par leurs effets pervers, le logement en état de crise quasi permanente. Madame Boutin n'a pas la solution: elle est, avec ceux qui l'ont précédée, le problème.

Pour les solutions, j'ai écrit un livre, en lien sur amazon sur toutes les pages du blog.

Je ne saurai trop vous le recommander chaudement ;-)

Sinon, cliquez sur le lien "exemple canadien", l'article de Wasmer, économiste de gauche bon teint, et vous aurez une toute petite partie de la solution.

Le second volet consiste en une libération foncière, sujet abondamment traité sur ce blog.

Et quelques autres mesures que je détaillerai pas ici, mais dont vous pouvez lire un digest là:
http://www.objectifliberte.fr/2007/03/crise-du-logeme.html

Mr_Zlu

On pourrait peut-être se cotiser et faire un envoi massif des exemplaires de ce fameux livre à Mme Boutin, qui daignera peut-être à le lire entre deux sermons bien-pensants...

En tout cas, je suis écoeuré de tant de malhonnêteté intellectuelle qui se cache sous le couvert du bon sentiment et de la compassion à tout prix. Au-delà du cadre de nos dirigeants, c'est aussi un sentiment que je sens en permanence dans mon entourage immédiat. Ce blog est un véritable bol d'air frais.

Cela dit, pour nos dirigeants en tout cas, je suppose que c'est de la malhonnêteté intellectuelle, autrement, ce serait de la bêtise involontaire et là, ce serait grave, surtout à ce niveau du pouvoir. Je préfère leur laisser le bénéfice du doute (qui sera sûrement taxé à hauteur de 50%).

(et non, ma première idée n'est pas une tentative délibérée et détournée d'enrichir notre ami Vincent)

mica

La réaction de sunlight est typique de ce que l'on rencontre tous les jours autour de nous lecteur de ce blog ;-)
Et il est souvent très difficile de discuter sérieusement sans se faire traiter de tout les noms... Ils ne retiennent tous qu'une seule chose:' Vous n'êtes que des ultra-néo-giga-libéraux qui veulent jeter à la rue des familles entière et le tout en hiver car on est décidément très méchants...'
Pour eux l'état est la solution à tous leur problème tous simplement parcequ'ils sont bercé d'aides en tous genre depuis qu'ils sont nés.

Mateo

@ «Pour eux l'état est la solution à tous leur problème tous simplement parcequ'ils sont bercé d'aides en tous genre depuis qu'ils sont nés.»

Je pense qu'ils sont encore plus nombreux à croire que l'État est la solution aux problèmes des autres.
Car eux pensent aux autres, alors que nous, horribles ultra-giga-hyper-méga-néo-libéraux défenseurs du capitalisme sauvage, tous ce que nous voulons c'est le malheur des autres pour pouvoir encore plus exploités (oui car nous sommes également tous des patrons, c'est-à-dire des exploiteurs).

PS: ça fait longtemps que je blague avec les "hyper-giga-ultra-néo-libéraux", mais la réalité dépasse la fiction: après le "néo-libéralisme", après "l'ultra-libéralisme", j'ai lu le terme "hyper-libéralisme".

«Le but du novlangue était, non seulement de fournir un mode d’expression aux idées générales et aux habitudes mentales des dévots de l’angsoc [nda: "socialisme anglais"], mais de rendre impossible tout autre mode de pensée.

Il était entendu que lorsque le novlangue serait une fois pour toutes adopté et que l’ancilangue [nda: l'anglais classique] serait oublié, une idée hérétique – c’est-à-dire une idée s’écartant des principes de l’angsoc – serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots.»

1984 - George Orwell

vincent

@Mr Zlu: ;-) Je souscris à ce programme d'achat massif. Je peux vous les avoir au tarif fournisseur !!

@Mica, Mateo: rien ne sert de déplorer, il faut convaincre... Oui, je sais, c'est très dur.


jb7756

En Europe nos hommes politiques sont comme les citoyens, ils ne veulent plus changer le monde. Ils veulent juste le conserver, le préserver (ainsi que leur poste).
Il n’y a (presque) plus aucun politique qui fasse (et prenne le risque) de la pédagogie, ils se contentent de se mettre dans le sens du vent pour sauver leur place. C’est tout.

Boutin fait des déclarations, mais seront elles suivi des faits ? Borloo avait fait de même il y a 5 ans sans qu’il se passe quoique ce soit.
Au contraire le délai maximal pour une expulsion va passer de 3 à 1 an (vu dans Le Monde il y a quelques jours) :
http://www.borloo-de-robien.com/actualites-immobilier/immobilier-locatif/expulsion-le-delai-de-sursis-est-reduit-de-3-a-1-an.htm

Avec le risque que ce double langage achève de ruiner la parole du politique.

Robert Marchenoir

Si les déclarations de Boutin ne sont pas appliquées, elles auront exactement le même effet dissuasif sur les propriétaires : donner un logement en location, c'est s'engager légalement sur un terme indéfini. La sortie de la ministre prouve, une fois de plus, que durant cette période, vous pouvez être exproprié par l'Etat à chaque fois qu'un ministre a le nez qui gratte et a envie de passer à la télévision.

Par ailleurs, Boutin a annoncé que sa mesure de suspension des expulsions à moins de relogement était valable immédiatement, et que des instructions seraient données à cet effet aux commissaires départementaux du Parti (hum, je veux dire aux préfets).

J'ignore si c'est légal. Ce n'est certainement pas démocratique. En tous cas ça montre bien que l'Etat s'arroge le droit de marcher sur le droit de propriété quand il veut.

Quant à l'attitude effective de la "justice" concernant les expulsions de locataires de mauvaise foi, on lira avec intérêt le témoignage suivant, qui va bien au-delà de l'iniquité habituelle dont sont victimes les propriétaires :

http://www.euro-reconquista.com/site/spip.php?article50

L'auteur, qui a visiblement des connaissances juridiques, n'indique pas les références qui permettraient d'identifier le jugement. Il affirme que c'est pour éviter de perdre son travail. Son histoire est parfaitement vraisemblable. Il est probablement avocat ou fonctionnaire de justice.

ST

@Robert Marchenoir : ah, robert, vous êtes incorrigibles ;-) Vous conviendrez que l'article que vous citez est hors sujet : il n'entend pas démontrer que la justice de la république fait fit du droit de propriété en se rangeant du côté du mauvais payeur au mépris des droits du propriétaire. Il entend plutôt démontrer que la justice aux mains de magistrats maghrébins applique une justice de race au détriment des citoyens blancs, et accessoirement des musiciens biélorusses mais tout aussi blancs. Mais sauf erreur, la sur-représentation des individus d'origine maghrébine dans les prisons française n'a d'égale que leur sous représentation au sein de la magistrature. Cet article ne dépeint pas une attaque en règle de la justice contre la propriété privée mais un biais racial supposé de la justice envers les justiciables, en fonction de leur origine ethnique.

Pour en revenir au débat, vous avez raison de penser que même non appliqués, ces déclarations sont néfastes par leur effet dissuasif.

Quand à votre interrogation sur la légalité de la chose, c'est une question qui finalement ne compte guère dès lors qu'on a décidé d'abdiquer le monopole de la violence légale aux mains de l'Etat. Peu importe qu'un juge prononce l'expulsion de votre locataire indélicat, dès lors que l'exécutif se refuse à exécuter le jugement. Vous pouvez attaquer l'exécutif pour ce refus, mais qui exécutera cette condamnation ? Au mieux vous obtiendrez avec difficulté des dédommagements pécuniers (l'Etat est couramment condamné à verser les loyers de locataires qui ne payent plus et qu'il refuse d'expulser). C'est une expropriation de fait, même pas dans l'intérêt public, mais dans l'intérêt d'un seul, aux frais de la collectivité, à la discrétion du pouvoir en place, et sans véritable recours devant les tribunaux.

Mr_Zlu

@ST : m'enfin, on ne peut tout de même pas nier de la discrimination positive et la science infuse généralisée du "Bien" et de la Morale, qui s'immiscent partout et qui me dégoûtent profondément... et qui ne sont pas non plus le sujet ici.

En tout cas, si la mesure Boutin est à effet immédiat, je crois je vais arrêter de payer mon loyer et espérer tomber sur un juge compatissant envers les faibles, si possible de la même communauté ethnique que moi, histoire d'avoir toutes les chances de son côté pour être pénard et irresponsable.

jb7756

Ce qui me surprend c'est que dans les années 1950 on avait encore des gens qui défendait la création de logement comme l'abbé Pierre. Il faisait des constructions sauvages.

Maintenant il n’y a plus personne. Le DAL au lieu de mettre des tentes canal St Martin et demander des solutions de logements ruineuses ferait mieux de construire des maisons dans les champs autour de Paris (ce serait mieux même si il en était propriétaire). Cela emmerderai les riches qui y vivent, ferait accourir les journalistes et poserait enfin clairement le problème : « le logement est cher, ben oui parce que l’on ne peut pas construire ou on veut ! » A mon avis le gouvernement n’oserait pas bouger et il y a même des chances d’aboutir.

Vincent, tu devrais peut être te lancer dans l’activisme ? Il y a un espace à combler et on peut même finir ministre. Attention il faudrait cacher tes autres « monstrueuses » idées libérales et dire « j’ai changé ! ». En France, vieux pays catholique, il faut faire pleurer sur les faibles pour faire avancer une cause.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique