« Brèves: réchauffement climatique, dette, économie et astrologie, ... | Accueil | Caisse européenne d’amortissement de la crise... de fou rire »

mercredi 10 juin 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mateo

Euh, comment on dit déjà? Ah oui: excellent!

jb7756

Excellent article. J’ai enfin compris clairement des choses qui m’échappaient encore. Le système est particulièrement vicieux. Et c’est vrai de nouvelles bulles sont en train de se former, le pétrole notamment et même semble t’il les terres agricoles. Les banques nationalisées n’ont qu’une envie, se dégager de la tutelle de l’état pour profiter (une dernière fois ?) d’une nouvelle orgie de bulles. Après moi le déluge !

Cela montre que même si la monnaie est rattachée à l’or, ces dérives sont possible.

La seule parade serait de limiter le montant des prêts que l’on peut accorder, surtout aux ménages qui sont incapable de comprendre ces choses compliquées. Ensuite écraser d’impôts les salaires des banquiers serait aussi une bonne méthode pour réduire leur performance qui sont en fait néfaste : plus de bonus, à quoi bon se fatiguer ! Ces gens très intelligent iraient exercer leur talent dans des activités plus utiles.

@ST
Cela montre aussi que l’inflation par la planche à billet est totalement différente de ce que peuvent faire les banques.
L’inflation faite par les banques c’est des dettes, c’est vrai.
L’inflation faite par la planche à billet c’est un impôt qui permet à l’état et aux débiteurs de (ne pas) rembourser leurs dettes.

Que va t’il se passer maintenant ? Va t’on encore réussir à relancer la machine pour un certain temps. Ou va t’elle caler définitivement noyée sous les dettes et entraînant une longue purge ? (avec hyper-inflation, dépression, stagnation…)

Bobby

Votre article est absolument fabuleux !!!
Si seulement un tel article pouvait être publié dans des colonnes d'un grand journal économique... au lieu de ça, on nous offre que des médiocres, des "idiots utiles" du système.

Enfin vous démontrez bien, à quel point ceux qui veulent moraliser le capitalisme sont en fait des imposteurs qui le rendent immoral.

Merci ST et merci Vincent pour ces analyses pointus et faciles d'accès. Ce blog est un régal.

Mr_Zlu

@jb7756
J'aurais plutôt dit une prochaine bulle du côté du marché obligataire... mais je ne suis pas "expert".

Je pense que si la monnaie était rattachée à l'or, on aurait tout de suite vu ce qui ne va pas dans les valeurs des monnaies, si on prenait la folle idée de faire marcher les planches à billets. En tout cas, on aurait constaté le problème d'une manière plus flagrante qu'aujourd'hui. Mais effectivement, l'étalon-or ne protège pas des effets pervers du principe de la réserve fractionnaire.

Et concernant la rémunération des banquiers, je ne pense pas qu'on devrait limiter leur rémunération. Après tout, il y en a qui aiment leur métier, le font d'une manière saine et qui sont compétents à ça. Là où c'est scandaleux, c'est que le système actuel permet d'entretenir des incompétants et de favoriser la prise de risque irraisonnable et irresponsable car de toutes façons, il y aura les contribuables qui vont tout "garantir".

Il ne faut pas oublier que le rôle de ces banquiers, de ces traders, c'est d'allouer les capitaux non mobilisés vers ceux qui en ont besoin : ils fluidifient les échanges.

Après, il y en a qui ont évoqué l'internet comme futur marché des capitaux, qui effectivement, pourraient rendre le rôle de ces intermédiaires caduque.

Pour ce qui du montant qu'une banque peut prêter, je pense encore qu'il devrait être laisser à la discrétion de la banque. Simplement, il faudrait qu'elle informe leur client du risque et de la rémunération de l'argent qu'il place chez eux.

Après, on pourrait se poser la question d'autoriser ou non les réserves fractionnaires, mais j'ai tendance à voir ça comme une utilisation injuste de la propriété d'autrui (car la créance n'est pas équivalente au "cash") sans compter les risques liés à l'inflation.

Bref, à la lecture de cet article et à la constatation de la mentalité dominante ambiante, il en ressort un souhait d'imposer une certaine "moralité". Mais c'est malsain et stupide. "Qui veut faire l'ange fait la bête", en somme...

Monoi

J'avais cru comprendre que la solution etait dans le texte.

Laisser les banques, leurs actionnaires et clients decider eux memes de leurs profiles risques/benefices.

Et peux t'on arreter ces attaques idiotes perpetuelles contre les banquiers? Par exemple, plus de 500,000 personnes ont perdu leur emploi dans la finance au RU, et je pense donc que les "banquiers" (savez vous meme de qui vous parlez?) payent bien les pots casses, au contraire des politiciens, apres avoir tres largement contribue a entretenir le pays.

Je ne vois pas pourquoi ils seraient moins demeritants que les gens trop cretins pour savoir ce qu'ils font avec leur gestion de budget et qui ont largement participe au probleme. Ces derniers sont plaints, les autres sont vires.

ST

@jb

> J’ai enfin compris clairement des choses qui m’échappaient encore.

rien que pour ca, je ne regrette pas d'avoir pris le temps de rédiger cet article ;)

> Cela montre que même si la monnaie est rattachée à l’or, ces dérives sont possible.

Oui, mais pas dans les mêmes proportions. Ce n'est pas un hasard si l'étalon or a été rejeté par étape, progressivement, au fur et à mesure qu'il devenait un obstacle potentiel à l'extension du crédit.

Donc, oui des dérives restent possibles, mais les dérives dans lesquelles nous sommes actuellement n'auraient probablement pas pu se produire à cette échelle avec un étalon or.

> Cela montre aussi que l’inflation par la planche à billet est totalement différente de ce que peuvent faire les banques.

Pas totalement différente, loin de là. De fait, quand la banque centrale rachète des bons du trésors par simple jeu d'écriture (la version moderne de la planche à billet), elle fait baisser artificiellement les taux d'intérêt, et augmentent ainsi les prêts bancaires (et la création de monnaie par la même occasion). Le fameux Quantitative easing est exactement celà : utiliser la planche à billet au niveau de la banque centrale pour encourager les prêts bancaires.

@Mr_Zlu :

> à la lecture de cet article et à la constatation
> de la mentalité dominante ambiante, il en ressort
> un souhait d'imposer une certaine "moralité".
> Mais c'est malsain et stupide

Tout dépend. Les libéraux sont pour un système moral (le marché, qui respecte la liberté et la propriété), mais refusent que le système impose des comportements moraux aux individus. Les socialistes sont pour un système immoral (la planification centralisée qui ne respecte ni la liberté ni la propriété), mais qui impose des comportements jugés moraux aux individus.

Revenir à un système économique intrinsèquement moral (et quitter le système actuel intrinsèquement immoral) est aujourd'hui capital.

Comme l'a parfaitement dit Bobby un peu plus haut dans les commentaires : "ceux qui veulent moraliser le capitalisme sont en fait des imposteurs qui le rendent immoral". Il est important que les libéraux reprennent conscience de leur ascendant moral dans le débat politique, car ils sont les seuls à oeuvrer pour la moralité du système, tous les autres oeuvrant pour moraliser le comportement des individus. Les libéraux sont pour des individus libres (donc libre d'avoir des comportements immoraux, ce qu'ils n'approuvent pas forcément bien sur, mais néanmoins libre de le faire), dans un système profondément moral (le marché : l'échange libre et consenti de propriétés privés, entre des individus libres et consentants).

Donc oui la moralité compte. Elle est même essentielle. Mais pas à l'endroit où on l'entend le plus souvent.

@Monoi :

> j'avais cru comprendre que la solution etait
> dans le texte.
> Laisser les banques, leurs actionnaires et
> clients decider eux memes de leurs profiles
> risques/benefices.

C'est l'idée en effet. Liberté, responsabilité.

> Et peux t'on arreter ces attaques
> idiotes perpetuelles contre les banquiers?

Il y a en effet un double sens qui prête à confusion. Quand on parle des banquiers, on peut parler aussi bien des personnes qui travaillent dans la banque, et via une ellipse, du système bancaire en générale, de la Banque avec un grand B. Evidemment, les individus qui travaillent dans la banque, dans un environnement donné ne sont pas à incriminer en tant que tels (sauf ceux qui se seraient livrés à des malversations s'entend). Pas plus que lorsqu'on critique la fonction publique pléthorique ou dôtée de tel ou tel avantage acquis, on ne critique pas les individus fonctionnaires à titre individuel.


Mr_Zlu

@ST

Oui, c'est la volonté d'imposer une "morale" bête et méchante avant tout sur les symptômes, uniquement basée sur de prétendus "bons sentiments" et ce dans tous les domaines que ce soient, qui me dégoûte.

"Qui veut faire l'ange fait la bête" m'a semblé être un bon proverbe pour qualifier cela.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique