« Norman Borlaug est mort | Accueil | Réchauffement climatique : des politiques fondées sur de la pseudo science »

mercredi 16 septembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

toda

Merci, et félicitons au bon docteur Bénard pour la justesse de son diagnostique...
La tumeur est-elle localisée(donc opérable), ou le cancer, généralisé, condamne-t-elle le malade a terme?...

ST

Ca c'est de la synthèse, avec en prime le recul sur l'année passée. Ca rafraichit les mémoires et il est plus facile de remettre tout ca en perspective une fois les événements passés.

Maintenant, il faudra encore attendre un tout petit peu pour vérifier qui a raison de ceux qui pensent que malgré tout l'action du trésor US, de la FED, et ici des gouvernements et de la BCE aura permis de sauver les meubles (comme l'avancent ceux qui voient dans les cours de la bourse la preuve d'une sortie de crise), et ceux qui pensent que ces gesticulations n'ont rien résolu à la situation financière des banques, peut être même qu'elle l'a empiré, tout en dégradant sévèrement la situation financière des Etats.

@toda : le malade est condamné. Mais il a des enfants, et on peut penser que le cancer n'a pas d'origine génétique, et que si ces enfants évitent de fumer comme des sapeurs, de boire comme des trous et de manger comme des cochons, on peut espérer qu'ils ne développent pas la même maladie. Encore faut il qu'ils s'extirpent de leur carcan culturel pour ne pas reproduire le schéma comportemental de leurs ainés.

Vadrouille

@ Vincent

J'apprécie beaucoup votre approche didactique, mais j'ai quand même une question à poser.

En admettant que je ne fasse pas de critique de votre article en implorant un point de vue historiciste, il y a quelquechose qui me turlupine.

Quand on voit ce qu'il s'est passé en 29 et en 2007/2008 il y a un parallèle frappant. Il est toujours dit, plus tard, études à l'appuie et manifestement avec raison que la politique adoptée fût mauvaise; interventionisme, électoralisme etc.
Mais comment expliquer à l'opinion et au secteur économique qu'une gangraine du doigt de pied doit forcément se traduire par une amputation du tibia et du perronet pour justement éviter une ablation de la jambe ?

En d'autre mots, n'est-il pas inéluctable que chaque situation qui parait à posteriori mal gérée le soit à cause justement de cet effet d'optique ?

Il est évident, ou presque, aujourd'hui que d'avoir sacrifié 50% de la valeur des actifs au moment T0 aurait arrêter l'hémoragie au moment T1. Mais comment l'anticiper clairement quand justement nos medecins malgré eux ne savent que tout faire pour limiter la casse ?

Et c'est le même problème partout, finalement; Munich en 38, l'éternel Mari.

Est-ce une règle que l'on doit maintenant considérer systématiquement; que de couper l'arbre en entier quand une branche est pourrie, pour épargner le reste du verger ?

vicken

Je désespère de ne pas lire ou écouter une analyse comme celle de Vincent dans la presse traditionnelle! A la place toujours le même baratin de plus en plus raccourci. Hier sur Fr2 c'est la faute à la faillite de Lehman si le chômage atteint les 10%... Pitoyable cette inculture économique qui fait de gros dégâts malheureusement.

Des nouvelles de Ron Paul pour l'abolition de la Fed. Bravo à lui s'il arrive juste à obtenir l'audit cela serait déjà pas mal !

At the core of a congressional push to audit the Federal Reserve are activists with a larger purpose: to abolish the central bank.

Thousands of Americans are joining protests and lobbying their lawmakers in pursuit of the ultimate goal of replacing the Fed with a money system backed by gold or other commodities.

View Full Image
Ron Paul photo
Associated Press

A movement to abolish the Fed was largely inspired by Rep. Ron Paul, left, addressing an audience about a health-care overhaul on Aug. 12, 2009.
Ron Paul photo
Ron Paul photo

Largely inspired by Rep. Ron Paul, the Texas Republican whose latest book, "End the Fed," will be released Wednesday, the movement draws its strength from people who want a sharp shift away from government dependency and toward a truly free-market economy.

Among the activists backing the cause is Isaiah Matos, the superintendent of a luxury high-rise building in New York City. Mr. Matos was an antiwar protester earlier this decade before he became a libertarian. Through neighborhood groups in Queens organized using Meetup.com, Mr. Matos met other Ron Paul backers who shared his distrust for the central bank and a currency backed only by a government's promise.

"I believe in a commodity-backed currency," said Mr. Matos, 30 years old. "In college, I didn't understand how we could move from gold to paper."

Mr. Paul's entrance into politics was driven by a similar concern. He decided to run for Congress in the early 1970s after President Richard Nixon ended the U.S. dollar's ties to gold. His long-term goal is a return to a commodity-backed dollar, allowing the currency to be redeemed for gold. Through his constant attacks on the central bank, Mr. Paul is drawing backers nationwide who also criticize the Fed for supporting Wall Street and bailing out financial institutions.

Mainstream economists generally credit the Fed for moderating economic cycles and mitigating the fallout from financial shocks. The central bank serves as the nation's lender of last resort, preventing runs on commercial banks by using its ability to create credit. The Fed influences interest rates as part of its mandate to balance inflation and unemployment. Mr. Paul and his followers say all of that should be left to market forces.

After last fall's election, Mr. Matos helped launch what became a series of rallies outside Fed buildings. The first came on Nov. 22 outside the New York Fed, with a crowd he estimated at 500 after picking up people in a march past Wall Street. He said twice as many people attended a larger rally in April, coordinated with protests outside other regional Fed banks nationwide.

By then Mr. Paul had introduced his legislation to audit the central bank, including its monetary-policy operations, which are now outside congressional scrutiny. To draw a wider base of followers, Mr. Matos's group changed the name of its rally from "End the Fed" to "Audit the Fed."

"End the Fed is a little too drastic for the mainstream," Mr. Matos said. "Sometimes it's not what you say. It's how you say it."

Mr. Matos joined other activists Tuesday in delivering petitions supporting the Fed audit to U.S. Senate offices in Washington and around the country. House lawmakers are planning to include an audit in legislation this fall, but the path in the Senate is unclear.

Fed officials say opening their monetary-policy deliberations to congressional review would cast doubt on their independence and ability to raise interest rates when necessary. That could stoke inflation, they say, raising borrowing costs for the government and consumers.

Mr. Paul's backers share the view that the Fed's ability to create money violates the intent of the Constitution. They say fiat currency, which isn't backed by commodities, threatens civilization by helping governments finance wars and laying the groundwork for financial crises. And they expect the vast expansion of the Fed's balance sheet during the financial crisis to spur rampant inflation down the road, even though central-bank officials say they can withdraw the money when needed.

"The Fed will self-destruct," Mr. Paul said in an interview. "This economy is going to get worse and this dollar is going to get a lot worse."

Campaign for Liberty, Mr. Paul's main political group, which claims 200,000 members, says auditing the Fed is its top legislative priority this year. The congressman calls an audit a "stepping stone" that would shed light on the central bank's operations and ultimately lead to a popular backlash. His audit effort has enlisted more than 300 House and Senate backers and a long list of groups, though few want to kill the Fed entirely.

Skip Cook, 63, a roofing salesman in Little Rock, Ark., said he has written to his local newspaper and his lawmakers "incessantly" to cajole his representatives into backing the audit legislation.

Mr. Cook, who spent a decade as a fixed-income broker, said the Fed's actions create long-term risks to the economy instead of preventing them. "What's it going to be like next time when they've put a couple trillion dollars of fiat money into this economy and the chickens come home to roost?" said Mr. Cook.

Abolishing the Fed may be a long-term goal, but Mr. Cook said more and more people are joining the cause. "The environment now because of the outrage is so ripe for people to entertain this information," he said. "Pain brings a lot of people into the auditorium."

Write to Sudeep Reddy at sudeep.reddy@wsj.com

ST

@Vadrouille :

> En d'autre mots, n'est-il pas inéluctable que
> chaque situation qui parait à posteriori mal
> gérée le soit à cause justement de cet effet
> d'optique ?

Vous avez en parti raison. Mais le problème est ailleurs : si on part du postulat que "l'Etat doit faire quelque chose", alors oui, on arrive quasi systématiquement aux solutions qu'on a vu dans cette crise. Ce qu'il faut rétablir, ce n'est pas l'idée difficilement vendable que l'Etat doit laisser tomber telle banque ou telle entreprise (comme si c'était un action délibérée, comme si l'Etat poussait telle société dans le gouffre), mais l'idée qu'il n'est pas dans les prérogatives de l'Etat de faire ces choix. Ce qu'il faut rétablir, c'est l'Etat de Droit.

Il est injuste que l'Etat sauve les banques plutot que l'épicier en bas de chez moi. Injuste qu'il paye le chomage technique généralisé de 100% du personnel jusqu'à la fin de l'année chez Renault, et qu'il ne le fasse pas pour l'imprimeur au coin de la rue. Injuste qu'il déverse 6 millions d'euros pour assurer la reprise de Mollex mais pas pour telle ou telle autre entreprise plus anonyme. Et comme il est tout bonnement impossible que l'Etat fasse autant qu'il fait dans les cas les plus visibles pour l'ensemble des entreprises de ce pays, il faut qu'il s'abstienne point à la ligne. L'Etat n'est pas en charge de l'économie de la France. Ce n'est pas sa responsabilité. En tout cas ca ne devrait pas l'être.

Le problème de l'opinion publique est mal posé si on le considère en terme d'Etat omnipotent qui doit régler tous les problèmes de la terre. La vrais question n'est pas s'il en a le devoir, mais s'il en a simplement le droit. La constitution américaine avait ainsi été écrite de manière à ne pas donner de tels droits à l'Etat Fédéral, pour que la question ne se pose même pas. Force est de constater qu'après deux siècles de dérives progressives, les législateurs et l'éxécutif s'en contrefichent, prenant à témoins le caractère démocratique de leurs politiques. Ce qui fait dire aux rares tenant de la lettre de la constitution, qu'avant d'être une démocratie, les Etats Unis sont une République Constitutionnelle, un Etat de Droit. En tout cas devrait l'être.

Il est un moment où l'on doit cesser de se demander qu'elle doit être la direction de telle ou telle politique, mais plutot se demander ce qui doit etre ou ne pas etre dans le cadre du choix politique. Ce dont nous avons besoin, ce n'est pas une autre politique, c'est moins de politique.

Vadrouille

dans ce cas là; sur quelles bases repartir ?

Parce que c'est une maladie avec une période d'incubation de plusieurs générations qu'il faut endiguer...

Quel est le système le plus probant pour garantir les libertés de chacun, faut-il considérer des personnages comme Ken Lay des impondérables de l'équation ?
Puisque ce sont des gens comme lui qui mettent à mal l'interprétation du courant libéral dans l'opinion...

L'ami du laissez-faire

Lundi 14 Septembre

Michel Camdessus, Président du Fonds monétaire international du 16 janvier 1987 au 14 février 2000, Gouverneur honoraire de la Banque de France.

Déclare sur BFM qu'il fallait faire que Lehman tombe pour changer les comportements.

http://podcast.bfmradio.fr/channel11/20090914_interview_1.mp3

michel

Chapeau bas, Vincent ! Ce texte est magistral ! le Prix Nobel d'Economie devrait vous être décerné (à ma connaissance, jamais Krugman n'a écrit un texte aussi documenté, argumenté et brillant).

vincent

@ AdLF: je ne l'avais pas entendu, mais ça fait plaisir ! merci !

@ Michel : c'est trop de compliments. Faut tout de même pas sous estimer PK... dont les trvaux de jeunesse étaient d'un tout autre niveau.


@ Vadrouille, intervention 1 : en complément de l'excellente réponse de ST -

D'une façon générale, le médecin qui doit diagnostiquer la gangrène et opérer avant qu'il ne soit trop tard connaît, à un instant T, la procédure qui permet le mieux de limiter les dégats. Au fur et à mesure que la science progresse, il peut détecter la gangrène plus tôt. Mais il s'entraine avant, parce qu'il est prévoyant.

Nos hommes d'état ne font jamais, contrairement aux médecins ou aux pompiers, ou aux pilotes d'avion, d'exercices de crise. Que se passe-t-il si... et on teste un cas grave. Et on fait évaluer à l'avance des scénarios de réponse.

Et on écrit par avance des textes qui permettront de "streamliner" le processus de restructuration du capital d'une faillite bancaire. Et le jour ou ça arrive, hop, ça passe comme une lettre à la poste. C'est (presque) ce que fait la FDIC avec les banques de dépôt.

Là, nos diafoirus se plantent, parce qu'ils n'ont jamais pensé à la façon dont ils réagiraient à une situation foireuse. Alors ils improvisent...

Encore un argument contre l'intrusion de l'état exécutif dans ce genre de situation. La faillite devrait rester un process essentiellement judiciaire et contractuel.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique