« Grenelle 2 : larges extraits repris par "le cri du contribuable" | Accueil | Traité de Lisbonne: une reddition de Vaclav Klaus serait une bien triste nouvelle »

vendredi 16 octobre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pascal

Voila qui est encore pire que ce que j'avais imaginé. Aprés avoir créé une innondation de crédit on tente de résorber l'innondation par un tsunami. Décidément les autorités politiquues sont aveugles et suicidaires, mais le plus grave c'est qu'elles entraînent tout le monde dans le raz-de-marée.

jb7756

Bon et bien que de bonnes nouvelles. La planche à billet va encore servir. Personnellement si j’étais à la place d’Obama je mettrai en place des allocations chômages généreuses pour éviter une perte de confiance trop importante et un cercle vicieux de dépression (au diable le déficit). Le chômage est appelé à durer car à coté de la crise, l’accélération des évolutions technologique entraîne une péremption de plus en plus rapide des compétences.

Mais si j’étais dirigeant militariste je pousserai à la faillite le secteur privé pour le nationaliser et bâtir une immense infrastructure militaro-industrielle (genre Allemagne année 30 ou Guerre Froide). Quel dommage que l’URSS ne soit plus là car sans ennemis cette politique manque de légitimité.

Stephane Laborde

Le dividende monétaire permettrait à plus de débiteurs de payer leurs prêts, et contribuerait à résorber les dettes de tout le monde et pas seulement des faux monnayeurs à un rythme progressif soutenable.

Les Banques ont été renflouées, il faut maintenant renflouer le peuple qui a payé. Le dividende monétaire permettrait cela.

ylyad

Intéressant, merci Vincent. Une remarque sur les deux premiers graphes: ça ne ressemble pas à une crosse de hockey, ça?... :-)

vincent

@ Iliad : si si... et en plus, le proxy utilisé pour reconstituer les taux de faillites antérieurs est la masse de déchets verts amenés en déchetterie: les maisons bien entretenues, beaucoup de gazon, les maisons abandonnées, plus de gazon...

comme quoi, l'économie est une science exacte ;-))

mica

Tous cela est quand même basé sur la capacité à remboursé des emprunteur? or le chomage à quand même du mal à passer les 10% et aurait tendance à se stabiliser non?
et puis tant de 'professionnel' passerait à côté de ce genre d'analyse, ils n'ont quand même pas l'air plus inquiet que çà... et si je me souvient bien même Roubini dernièrement à changer un peu d'avis sur ces 'prévisions' en préconisant un U shape plutot qu'un replongeon...

michel

La stratégie des autorités américaines me fait penser à la politique longtemps menée en France de sauvetage coûte que coûte des canards boîteux du monde industriel pour tenter de sauver l'emploi: on injecte toujours plus d'argent dans des structures moribondes incapables de se réformer. En préservant coûte que coûte les banques de la faillite, on ne fait que faire perdurer des habitudes détestables, et on conduit l'Etat lui même à la failite.

Si, dès le début, on avait mis en place une procédure spéciale aux banques, permettant, en un week end, de déclarer une banque en cessation de paiement, avec une protection limitée aux seuls comptes courants et d'épargne à court terme des clients (par mutualisation interbancaire avec en plus l'intervention de l'Etat, si nécessaire), avec remise à zéro des valeurs des actions, renvoi immédiat sans indemnité des dirigeants responsables de leur gestion (plus enquêtes judiciaires en recherche de responsabilité personnelle et extension de la faillite aux personnes responsables), constitution d'une masse de créanciers pour les dettes autres que les comptes courants et assimilés pour lesquels les garants seraient subrogés dans les droits des clients auxquels il est porté assitance, avec reprise d'activité le lundi matin sous tutelle et direction renouvelée et recherche immédiate de solutions de reprise des actifs et clientèles, on aurait connu quelques faillites spectaculaires, certes, mais on aurait obligé les autres banques à se réformer (quitte, si nécessaire, à prendre des mesures provisoires et de courte durée pour enrayer d'éventuelles paniques de déposants).

Il est encore temps de préparer les législations en conséquence pour parer à la deuxième déferlante. Hélas, je ne vois pas le pauvre Obama capable d'une politique de cette dimension.

Lulu

Résumons la philosophie de ces gens; On se goinfre jusqu'à créer une crise qui paupérise des millions de gens, on creuse de façon faramineuse les déficits publics pour se faire renflouer, puis on recommence à se goinfrer et si vous n'êtes pas contents allez vous faire f.....! La mafia est au pouvoir.

vincent

@ Lulu : c'est un résumé qui en vaut un autre.

(nb. Dans votre tagline: "totalE subjectivité")

Essepe

Pour les faillites de banques, ça ne m'a pas l'air si catastrophique que cela comparé aux crises précédentes :
http://mjperry.blogspot.com/2009/10/106-bank-failures-in-perspective.html

vincent

@ Essepe: si ça en reste là et que la tendance se retourne, vous aurez raison, et j'espère que vous avez raison. Mais quelque chose me dit que la purge n'est pas terminée, sujet de mon post du 29 octobre.
http://www.objectifliberte.fr/2009/10/armageddon-bancaire.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique