« Dubaï : une faillite prévisible, et une explication que vous ne lirez nulle part ailleurs ! | Accueil | ClimateGate 4 : nouveaux éléments, nouvelles fraudes mises à jour, nausée chez certains scientifiques »

dimanche 29 novembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

ST


> Ainsi va l'économie actuelle: elle se réduit en
> taille, ceux qui restent dans le périmètre, au prix
> de sacrifices mineurs, vaquent à leurs affaires "as
> usual", ceux qui sortent du périmètre sont dans une
> situation difficile et les politiques actuelles ne
> leur donnent pas beaucoup d'espoir de réintégrer le
> périmètre de l'économie "saine" rapidement.

Voilà un point tout à fait pertinent, rarement énoncé et à ma connaissance trop peu analysé.

Le bouclier sélectif de l'Etat Providence et le concept des "acquis sociaux" concentrent aujourd'hui les effets direct des crises sur un nombre limité de personnes. Quand la richesse produite recule de 2%, elle ne recule pas de façon homogène pour tous. Toute la frange protégée de la population (et je ne parle pas uniquement de la fonction publique, loin de là) a du mal à se rendre compte de la réalité de la crise car ceux qui en font les frais concentrent la baisse de revenue.

C'est un point à rapprocher de l'enquête parue ce matin qui indique que 60% des Français jugent l'équilibre dans la relation entre eux et leur employeur en leur défaveur (ils pensent qu'au regarde de ce qu'ils fournissent en valeur ajoutée, ils devraient gagner plus). Les chiffres indiquent également que plus les employés travaillent pour des grosses entreprises, plus ils sont dans ce cas, les employés des PME/TPE étant plus nombreux à croise que la relation est équilibrée, car ils sont plus conscient des réalités économiques et de l'impact de leur valeur ajoutée sur l'entreprise. Dans une très grosses structures, chacun tend à surévaluer son propre apport en valeur ajoutée dans le mécanisme global de creation de valeur du groupe. Le poids de la structure, de la machine existante est sous-évalué (par exemple un commercial chez IBM qui gère des comptes clients sur-évaluera son importance personnelle dans le chiffre d'affaire qu'il enregistre chaque mois, qui tient beaucoup au nom de la société qui l'emploie, aux process de ventes mis en place au dessus de lui etc ...).

Notre société tend à rendre les plus protégés et aidés d'entre nous moins conscient de la réalité du soutient dont ils bénéficient directement ou indirectement. Les mieux lotis se retrouvent ainsi souvent les mécontents, avec un fort sentiment de manque de reconnaissance, ce qui engendre les plus grandes frustrations.

.cFree.Dem

bjr,

Vincent dit :

1/ L'enjeu va très au delà du simple audit de la banque centrale américaine.
2/ Il est de savoir si les USA, et le reste du monde dans sa foulée, vont continuer à essayer de rafistoler une "économie de la dette" qui prend l'eau de toute part, ne faisant que retarder une chute qui n'en sera que plus brutale et menaçante pour la pérennité de certaines démocraties...

sur le point 1/
l'audit de la FED,
on s'aventure en zone dangereuse.
Des voix s'élèveront alors pour s'opposer à cet audit, prétextant généralement "l'intérêt supérieur de la Nation"...
En fait, il s'agit d'écarter toute menace qui pourrait affecter l'intérêt particulier des Banksters, qui la possèdent* et l'utilisent pour leur propre fins et sans se soucier de l'intérêt du peuple américain.
(*rappelons que la FED est privée, ce que bcp de gens ignorent)

Si je ne devais citer qu'un exemple de l'opacité et de l'impunité qu'a réussi à imposer cette pieuvre maléfique, alors ce serait celui-ci :
- Le 5 Mai 2009, Alan Grayson, Membre Du Congrès, questionne l'Inspecteur Général, Elisabeth Coleman, de la FED, sur les 9,7 billions de dollars (!!!) qui ont disparu des caisses de la Federal Reserve Bank et sur ceux ou celui qui ont bénéficié de cet argent.
Regardez cette courte video (5 mn) :
http://www.dailymotion.com/video/x9oxgq_9-000-milliards-ont-disparu-de-la-f_news

Et maintenant posez vous cette simple question :
Sachant que les sommes en jeu sont véritablement colossales, sachant que les réponses de l'inspecteur (trice) général (e) sont des morceaux d'anthologie, sachant que la scène qui se déroule dans cet hémicycle est "cinémadabrantesque"
comment ce fait-il que la situation en soit restée là depuis 6 mois et comment se fait-il qu'AUCUN MEDIA "mainstream" européen (et notamment Français) n'ait repris et diffusé et commenté cet événement ???

=> les medias sont aux ordres. Les médias sont filtrés, infiltrés, censurés et ne vous diffusent plus qu'une bouillie de "sports-météo-people-publicité" et tout ça en boucle.

Pardon, j'ai oublié 2 thèmes :
a) attentats, terrorisme, violence urbaine, immigration, monde violent, besoin de police et de sécurité et de censure d'internet qui est un nid de complotistes.
b) fin du monde imminente à moins d'instaurer de nouvelles taxes mondiales (meri NOM !) pour taxer, non pas les entreprises qui polluent l'eau, l'air et la terre, mais les gens, pour leur apprendre à envoyer plein de CO2 dans le ciel.

Passons maintenant au point 2/
l'"économie de la dette"

Le plus simple pour moi est de vous renvoyer ers un forum dont j'ai déjà parlé :
LE SILENCE DES LOUPS (Décryptage d’un monde interdit aux moins de 16 dents)
http://www.pro-at.com/forums-bourse/bourse-1-30072.html

En ouverture du forum, l'auteur écrit :

"Je suis parti d’un constat : les politiques et les journalistes, pourtant friands de sujets polémiques, n’évoquent jamais certains thèmes se rapportant à l’emprise du monde financier sur la gouvernance de la planète.

Les Etats, les entreprises et les particuliers sont soumis, de manière direct et indirect, à une forme d’impôt scélérat et se voient contraints de verser une sorte de dîme permanente au monde de la finance.
Le caractère « systémique » et pyramidal de l’endettement des Nations permet à un cénacle de « banksters » de s’emparer progressivement d’une part toujours plus grande des richesses produites.
Tels des parasites aliénant leurs proies".

et plus loin :
"quelle opinion le public peut-il se forger quand il ne dispose que d'informations partielle et tronquée, une version officielle choisie pour lui par d'autres ?

Quelle opinion le public peut-il se forger quand il ignore
- quand on lui dissimule -
que le création monétaire est entre les mains d'intérêts privés depuis des décennies et que l'économie dans son ensemble s'appuie sur un processus de création de dettes qui aliène l'ensemble de la Société (Etat, donc contribuables, entreprise, consommateur).

Vous paraît-il supportable que, alors que les banquiers ont poussé la recherche du gain jusqu'à (au-delà de) la limite de leur implosion, vous paraît-il supportable qu'on vous dises :
"oui, mais notre système va s'écrouler si on ne sauve pas les banques privées coûte que coûte...avec votre argent et celui de vos enfants et de vos petits-enfants, chers contribuables."

et je conclue avec un extrait d'un message (toujours du même forum, page 37) :
"l'accroissement de la dette public globale depuis 10 ans.

de 19,500,000,000,000$ en 1999
à 35,430,000,000,000$ en 2009 (et 40 prévu pour 2010)

ce qui fait que je rejoins ce que labourse a dit ds son dernier message:
"Je suis convaincu que le système financier ne pourra pas se remettre d’une somme d’endettements tellement faramineux qu’ils n’ont plus aucun sens à l’échelle de l’économie réelle…à moins de nous sortir du chapeau un lapin gros comme la lune.
Ex : RESET généralisé = On efface toutes les dettes de tous les états et on repart de zéro. "

ça me ramène à l'origine du propos de labourse, en ouverture de son forum, sa valse à 3 temps.

l'éternel argument utilisé par des attardés au cerveau conditionné ou par les sbires des banksters, pour justifier les bienfaits de l'endettement, c'est :
l'endettement est une bonne chose nécessaire, puisqu'il permet d'investir et ainsi de créer de la richesse.

labourse nous a expliqué que cela ne constituait qu'une vision partielle (le temps 1 de la "danse avec les loups") et que la réalité était bien différente

la réalité de l'endettement, c'est la réalité de ces chiffres (doublement de la dette de 1999 à 2010)

le mensonge des défenseurs du système est là, bien visible.

parce que si le recours à l'endettement, créait de la richesse, s'il procurait un bénéfice, on pourrait simplement rembourser les dettes avec ce bénéfice. Et puis, ensuite, on pourrait investir à nouveau sans recourir à de nouvelles dettes, juste en réinvestissant les bénéfices, dans le but de les accroître encore par la suite.

si l'endettement doit me permettre de m'enrichir, le résultat doit être la richesse et non pas un endettement bien supérieur.

la seule richesse dans l'histoire,
c'est celle captée par ceux qui élaborent les instruments de dettes,
et celle captée par ceux qui "distribuent" les instruments de dettes
et celles captée par ceux qui touchent les intérêts de la dette
= la communauté des banksters !!!
(je rajoute: avec la complicité de "grands" capitaines d'entreprise qui se prêtent à ce jeu et se rémunèrent grassement sur le dos de leur entreprise)

labourse le disais ds son tout 1er message, en février :
"Les banquiers peuvent donc s’apparenter à des parasites improductifs et nuisibles qui s'engraissent sur le dos de l'économie réelle : ils amputent à leur profit mon pouvoir d’achat et me rendent captif de leur « service ». "

ils ne vivent pas au dépens du système,
ILS ONT CRÉÉ UN SYSTÈME POUR VIVRE À NOS DÉPENS
______________

Quelle place reste-t-il pour la justice, la liberté et la Démocratie dans ce système ?

De moins en moins...à moins...
que les esprits sortent massivement de la torpeur où les a plongé un matraquage idéologique porté par une pensée unique destructrice de valeurs (aux sens propre et figuré)

paul de solon

si on est d'accord que les valeurs de justice et liberté sont des valeurs relatives alors que on a pas connu ces valeurs depuis la naissance de l'humanité. c'est aussi la raison pour laquelle ces valeurs ne vont pas nous suivre jusqu'au fin de l'humanité , elles sont tous comme une époque normal , ex: soviétique.

la révélation de Chine , simplement nous dit, qu'il existe une autre possibilité même que ce modèle est sauvage. laissez le temps qui fait la contestation sur la Chine.

dans l'histoire humaine, la Chine n'est jamais tombée. son existence nous ne démontre rien ? ou le débat est simplement sur nos valeurs faibles tous comme les ' égalité , liberté' alors qu'on les a jamais vraiment eues.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique