« Ob'Lib' buzze le climategate ! | Accueil | »

mercredi 02 décembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

gnarf

Ba euh...je suis sceptique sur le rechauffement anthropique mais il y a un probleme dans ce raisonnement.

Ce calcul (-128 degres) est exact si la terre presente toujours la meme face au soleil. Si la terre tourne, alors la face situee au soleil se retrouve a l'ombre et perd progressivement sa temperature en rayonnant, tandis que la face a l'ombre vient se rechauffer.
Il faudrait savoir a quelle vitesse un corps comme la terre perd sa temperature par rayonnement quand il n'est pas rechauffe mais ca doit etre bien plus lent qu'une journee (une rotation).

Du coup si on considere un point de la surface terrestre, il recoit regulierement le rayonnement solaire puis plus rien, puis encore le rayonnement solaire...si son inertie thermique est grande, c'est exactement comme s'il recevait le rayonnement solaire la moitie du temps. Donc a ce moment la le calcul initial (corps noir recevant la moitie du rayonnement solaire en continu) est valable.

gnarf

pardon je voulais dire :si son inertie thermique est grande, recevoir un rayonnement la moitie du temps, c'est exactement comme recevoir la moitie de ce rayonnement tout le temps.

vincent

@ Gnarf: l'article ne dit pas autre chose, et G&T dans leur article complexe non plus: Il n'affirme pas que la terre sans "effet de serre" aurait une température de -128


il a juste pour but de montrer que malgré la "simplification du corps noir" et autres simplifications du GIEC, le calcul de celui ci qui aboutit à -18°C est faux, et que le calcul mathématiquement correct (mais sans signification physique) aurait donné -128 ou -129°C

xavdr

La remarque de gnarf me semble tout à fait pertinente.

L'inertie thermique au sens strict est assez brève : la pellicule de surface perd en une fraction de seconde son énergie thermique. Mais ensuite se pose la question de la conduction thermique dans le sous-sol terrestre et dans l'océan. Je suppose qu'on peut trouver des informations là dessus à propos du fonctionnment des pompes à chaleur ou des forages ("boreholes") utilisés en paléoclimatologie. On peut peut-être également avoir des information via l'observation de la planète mars dont la composition n'est pas sans rappeler celle de notre planète.

Ceci dit le raisonnement tenu par Jean Michel BELOUVE a la suite de Gerlich et Tscheuschner porte de façon générique sur le fait que la moyenne arithmétique d'une racine 4ème n'est pas la racine 4ème de la moyenne arithmétique. Or cette critique reste vraie puisque l'exposition au rayonnement solaire n'est pas la même aux poles et à l'équateur. Il faut au minimum tenir compte de la latitude, plus aussi de l'amplitude thermique sur une planète sans atmosphère.

Certains y verront un appel à l'utilisation des modèles spatiotemporels sophistiqués chers aux réchauffistes et ouverts à toutes les bidouilles biaisées tant leur complexité est grande et l'arbitraire facile à insinuer via le choix de valeurs précalculées ou de laisser l'optimisation statistique fournir les valeurs qui minimisent l'écart du modèle avec les mesures faite sur le terrain.

gnarf

Oui la temperature moyenne n'est pas la moyenne des temperatures. Courtillot le rappelle d'ailleurs dans une de ses interventions. Thermodynamiquement faire la moyenne de temperatures n'a pas beaucoup de sens.

Cela dit, si l'on reprend le calcul des rechauffistes on arrive a des choses interessantes.
Imaginons que la terre a une atmosphere sans effet de serre.

La terre se comporte comme un corps noir. L'atmosphere par contre, rayonne differemment selon son altitude, car la temperature est differente a chaque altitude. Vue en infrarouge la terre est une boule lumineuse sans contour precis, car plus on s'enfonce dans son atmosphere plus elle brille.

En fait on arrive a calculer que la terre+son atmosphere rayonne de la meme facon qu'un corps noir dont le rayon est plus grand que celui de la terre. C'est evident intuitivement, a cause de l'atmosphere. Le rayon est celui de la terre + 4km.
C'est donc sur ce corps qu'on doit applique le calcul.
Donc la temperature a 4km d'altitude est celle du corps noir eclaire par le soleil, ce qui donne environ -18 degres.
Et quand on descend jusqu'a la surface la temperature augmente par la pression (atmosphere adiabatique) de 9 degres par km environ, ce qui nous donne environ 12 degres.

Voili voilou...12 degres sans aucun effet de serre. Simplement par la facon dont l'atmosphere rayonne et les differences de pression.

Ce qui est drole c'est que le meme calcul sur Venus donne aussi la temperature en surface de Venus...qui est donc due a sa tres epaisse atmosphere (90 fois celle de la terre je crois) et pas a l'effet de serre.

gnarf

Erreur de ma part. La temperature augmente entre 6 et 9 degres par km quand on descend.
Donc temperature de la surface entre 6 et 18 degres en moyenne.

Blanc Cassis

A quand une pétition pour demander la création d'une commission Galilée ?
Les politiques prennent des décisions telles que Taxe carbone et nous fabriqueront autres lois et règlements qui seront issus du sommet de Copenhague.
Le silence médiatique français en dit long alors que chez les anglo-saxons, ça semble bouger de plus en plus.
Alertons nos députés et sénateurs qui concoctent des textes pour transférer une partie de la taxe carbone vers les collectivités territoriales.
Et comme la reprise économique n'est pas du tout assurée quand on regarde de près les déclarations de Van Rompuy qui veut lancer un impôt européen ou Merkel qui s'inquiète de la situation des banques, il faudra s'attendre à ce que le Climat devienne le cache-sexe de la crise.

xavdr

gnarf, l'étonnante coïncidence issue du calcul faux que vous proposez est amusante !

Ceci dit outre l'argument de convexité vous embarquez une autre erreur puisque l'atmosphère terrestre n'est bien évidemment pas noire. Celle de Venus l'est peut-être un peu plus.

gordon

Trés intéressante démonstration, G&T mettent en évidance par la voix de JM bélouve, les contonrnements grossiers qui ont permis au GIEC, à partir de leurs modèles mathématiques, d'argumenter sur des bases erronées.
gnarf@
Ton intérrogation est fondée, mais c'est justement ce que tente de nous explique Bélouve, dans sa démonstration.
A savoir, la prise en compte unique de la partie recevant les rayonnements solaires, alors que G&T, proposent une solution mathématiques avec pondération, à partir de relevés multiples.
Ces relevés étant effectués sur les 2 faces du globe et toutes les latitudes représentatives en terme de réception du rayonnement.

gordon

Une autre info scientifique intéressante en provenance du Woods Hole Oceanographic Institution (plutôt sceptique il me semble) et d'ailleurs reléyée par papyjako, concerne les résultats d'expérience sur l'acidité des océans, autre grande prédiction du GIEC et de la bande al gorienne.
WHOI a testé une concentration 7 fois supérieure à la moyenne normale (ph)et il semble que cela ai supris tout ce petit monde.
http://www.lepost.fr/article/2009/12/02/1820060_les-langoustes-adorent-le-co2.html

xavdr

Gordon puisque vous abordez cet autre sujet qu'est l'"acidification" (en fait un très modeste début de débasification) des océans par le grand méchant CO2, voici une autre bonne nouvelle : les bébés poissons aiment ça !

http://www.co2science.org/articles/V12/N46/EDIT.php


PapyJako

J'avais déjà lu cela sur le site de Jean martin (cité par JM Belouze).

L'histoire de la confusion entre la "racine quatrième d'une moyenne" et la "moyenne des racines quatrièmes" est proprement renversante !

Je ne suis pas Physicien ...

Mais j'ai été Mathématicien ... même si j'ai un peu perdu.

Et le peu qui me reste me suffit à trouver ahurissant que l'on puisse faire de la Physique avec un bagage Mathématique aussi rudimentaire.

D'une façon générale f(somme(xi)) n'est égal à somme(f(xi)) que si (et seulement si) f est "linéaire".

Enfin, c'était, au temps où j'enseignais les maths en première année d'université, la définition de "linéaire".

Rassurez moi, le GIEC n'a pas réussi à faire changer cela aussi ?

www.facebook.com/profile.php?id=1215266807

Comme il fait un temps infect(je sais ,j'affabule, Mr. VanYperzeel nous concocte une anomalie de 2 ° ce qui nous procure un climat équivalent à Marbella),je vous propose un peu de lecture:
http://climaterealists.com/index.php?id=1562&linkbox=true
http://climaterealists.com/attachments/database/The%20Missing%20Climate%20Link.pdf
ces théories ne sont pas plus idiotes que certaines du GIEC
J'en ai une autre qui me plaît bien
http://www.thunderbolts.info/home.htm

C'est tout de même curieux que les gens qui étudient journellement l'atmosphère,les météorologues sont pour la plupart sceptiques?
Ah oui, la météo ,c'est pas le climat,et il faut toujours faire appel aux spécialistes.
Dans cet ordre d'idées, je trouve une phrase du rapport Wegman tout à fait indiquée avec ce qui se passe:
s'agissant de Man
"il est curieux de constater que Mr. Man, pour la partie statistique de son étude,n'aie pas fait appel à des spécialistes, car il ne maîtrise pas le sujet,et ceci d'autant qu'il y avait dans son université des statisticiens de renom"

gnarf

L'inertie thermique de la terre+atmosphere est enorme...la preuve la temperature (absolue, en K) varie seulement de quelques % entre le jour et la nuit.

Donc le raisonnement qui revient a imaginer un corps noir spherique recevant en permanence de tous cotes le rayonnement moyen que recoit la terre est tout a fait valable. On moyenne le rayonnement recu dans le temps (ce qui thermodynamiquement a un sens) et on en tire une temperature moyenne.

Tandis que dans le raisonnement propose par l'auteur, on calcule point par point la temperature et on en fait une moyenne, ce qui n'a pas de sens thermodynamiquement.

Le calcul des climatologues(-18 degres) est donc une approximation grossiere qui n'est cependant pas physiquement erronee, tandis que le calcul presente ici n'a pas de sens physiquement et ne demontre certainement pas que le calcul des climatologues est faux.

C'est le calcul presente ici, qui fait des moyennes de fonctions non lineaires (temperatures)...le calcul original qui donne -18 degres fait des moyennes de choses lineaires (energie recue par rayonnement). Quand je prends la feuille excel et que je moyenne les flux de radiation (et pas les temperatures) avant de faire le calcul de temperature au final, j'obtiens bien 255 K (-18 degres).

Cet article est errone, desole, et ne prouve pas que le raisonnement initial est errone.

xavdr

gnarf, je ne suis pas d'accord avec votre récent commentaire.

L'article de BELOUVE en vulgarisation de l'étude de Gerlich et Tscheuschner porte sur ce qui se passerait sans "effet de serre", c'est à dire sans la partie de l'inertie thermique due à l'atmosphère. Votre commentaire est donc hors sujet.

En outre même avec l'inertie thermique vous pouvez observer que les pôles sont beaucoup plus froids que l'équateur, la nuit que le jour surtout dans les zones à faible hydrométrie telles que les pôles ou les déserts arides (pour lesquels l'amplitude thermique entre jour et nuit peut atteindre me semble-t-il à vérifier) 60°C. Ces différences sont donc non négligeables et le problème de la différence entre racine 4ème de la moyenne et moyenne de la racine 4ème condamnent sans appel le calcul globaliste. Au final la température de -18°C couramment avancée par les réchauffistes est donc hautement fantaisiste ; le vrai nombre est plus probablement bien plus bas.

En outre cela illustre que le passage des modèles météorologiques au modèles climatologiques est sujet à caution puisque de fortes non-linéarités viennent biaiser les résultats reposant sur l'éventuel usage de moyennes temporelles.

gnarf

Sans effet de serre ne veut absolument pas dire sans inertie thermique. Ca n'a rien a voir.


Si on prend l'exemple de Mars qui a une atmosphere extremement tenue (150 fois moins que la terre). Bien qu'il y ait pas mal de CO2, il n'y a quasiment pas de vapeur d'eau qui est responsable des 3/4 de l'effet de serre sur terre. Donc logiquement la temperature moyenne mesuree par les sondes (moyenne des temperatures) doit etre proche de la temperature sans effet de serre calculee par l'une de ces deux methodes.

Voila les resultats:

Temperature moyenne mesuree par les sondes: -60 degres

Calcul rechauffiste: -63 C
http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/factsheet/marsfact.html

Calcul avec la feuille excel: -155/-144C (albedo 0.7-1)

Et vous allez me dire qu'il y a pile poil assez d'effet de serre pour passer de -150 degres a -60, avec une atmosphere de 0.007 bars?

gnarf

Mars est reputee sans effet de serre. Et comme vous voyez c'est le calcul rechauffiste qui donne la bonne reponse.

Cela prouve bien que le calcul classique de la temperature du corps noir est tout a fait valide pour une planete comme Mars, et a fortiori pour la Terre qui a bien plus d'inertie thermique (oceans).

JM Bélouve

@ gnarf:

Il me semble que vous commettez vous même une erreur. Vous dites:

"L'inertie thermique de la terre+atmosphere est énorme...la preuve la temperature (absolue, en K) varie seulement de quelques % entre le jour et la nuit."

OK.

"Donc le raisonnement qui revient a imaginer un corps noir spherique recevant en permanence de tous cotes le rayonnement moyen que recoit la terre est tout a fait valable. On moyenne le rayonnement recu dans le temps (ce qui thermodynamiquement a un sens) et on en tire une temperature moyenne.

Tandis que dans le raisonnement propose par l'auteur, on calcule point par point la temperature et on en fait une moyenne, ce qui n'a pas de sens thermodynamiquement.

Le calcul des climatologues(-18 degres) est donc une approximation grossiere qui n'est cependant pas physiquement erronee, tandis que le calcul presente ici n'a pas de sens physiquement et ne demontre certainement pas que le calcul des climatologues est faux.

C'est le calcul presente ici, qui fait des moyennes de fonctions non lineaires (temperatures)...le calcul original qui donne -18 degres fait des moyennes de choses lineaires (energie recue par rayonnement). Quand je prends la feuille excel et que je moyenne les flux de radiation (et pas les temperatures) avant de faire le calcul de temperature au final, j'obtiens bien 255 K (-18 degres).

Cet article est errone, desole, et ne prouve pas que le raisonnement initial est errone."
___________

Réponse:

Vous considérez valide de calculer un flux d'énergie moyen et d'en déduire une température moyenne. Une température de jour de 301 K et de nuit de 0 K donnent effectivement 255 K soit -18° C. Cela voudrait dire que vous considérez une inertie thermique de la Terre nulle. Mais non, vous dites qu'elle est énorme ! Là, je ne comprends plus.

Vous évoquez des moyennes de fonctions linéaires. Lesquelles ? La fonction flux énergie = sigma x T puissance 4, n'est pas linéaire. Utiliser un flux énergétique "moyen" pour en déduire une température moyenne n'a pas de sens.

vincent

@Gnarf, JMB: pour tenter d'alimenter le débat, sans pouvoir moi même trancher

je copie colle cet extrait du site de Jean Martin, qui je pense est assez clair:

==============

"ce qui est fondamental c'est de comprendre que les climatologues du GIEC et les partisans de l'effet de serre, calculent d'abord la moyenne de l'irradiance sur la surface du globe (le calcul mathématique est correct, heureusement !). Ils obtiennent ainsi une valeur moyenne de l'irradiance S(T) du globe dont ils extraient la racine quatrième pour obtenir la température moyenne de notre terre. C'est ainsi (ou, plus exactement, avec un calcul encore plus simplifié) que les climatologues trouvent les célèbres -18°C qui ont été popularisés à l'extrême et considérés depuis, hélas, par la multitude, comme la Bible de la climatologie des gaz à effets de serre. En effet, comme la température terrestre est, en réalité de 15°C, cela veut dire que les gaz à effets de serre réchauffent la planète de 15-(-18)=+33°C. CQFD (croient-ils !) . A vrai dire et de prime abord, tout cela paraît parfaitement correct et c'est sans doute pour cela que la plupart ont gobé ce résultat sans chercher plus avant....

* Oui, certes, cela parait exact...mais c'est, hélas, méconnaître les bases de la thermodynamique que de faire ce calcul !

En effet, la cause de l'irradiance S(T) de notre planète, c'est sa température et non pas l'inverse. Même si c'est le soleil qui réchauffe la planète, ce n'est pas l'irradiance de la terre qui crée la température! C'est l'opposé. Les différents points de la planète sont des émetteurs de chaleur qui génèrent des irradiances qui repartent dans l'espace. Trouver l'irradiance moyenne en moyennant des irradiances sur la surface de la terre et en déduire une température moyenne n'a aucun sens du point de vue de la thermodynamique ! En réalité, on doit donc d'abord calculer chaque température qui est effectivement égale à la racine quatrième de chaque irradiance puis (intégrer) faire la moyenne des températures avant d'en déduire une irradiance moyenne S(T) de la terre que l'on rend, ensuite, égale à celle venant du soleil au facteur géométrique près rappelé ci-dessus !"


==============


Ce raisonnement est également expliqué en anglais "dur" par G&T

Donc, si M. Martin a raison, et si G& T ont raison, alors JMB 1 - Gnarf 0

Si le GIEC a raison, renvoyant J.Martin et les deux germaniques à leurs chères études, Gnarf 1 - JMB 0 ;

Attention toutefois, Gnarf:

JMB a aucun moment ne dit que le calcul (-128) a une signification thermodynamique, pas plus que ne le disent G&T. Il dit juste que la méthode de calcul correcte compte tenu des hypothèses retenues (par ailleurs parfaitement abusives) du GIEC aurait du être celle qu'il expose et non une simple racine quatrième d'un "flux moyen".

Ajoutons que plusieurs travaux (cités par martin) ont conclu que l'hypothèse corps noir était en l'espèce inapplicable: Pielke, puis Robitaille.

======================

Perso, ce qui me frappe dans la démo de G@T, peut être plus encore que les -18°C ou -129°C selon la méthode de calcul, c'est que la climato "officielle" a besoin de considérer, pour que l'effet de serre fonctionne telle qu'il l'expliquent, que la conductivité thermique des gaz de haute atmosphère est de zéro, pour s'affranchir de la contradiction avec le second principe de la thermodynamique.

Or, le thermicien du bâtiment que je fus un peu pendant mes études sait que cela ne peut en aucun cas être vrai, puisque l'air en mouvement (convection) est un redoutable dissipateur de chaleur. C'est pour ça qu'on essaie de coincer une lame très mince d'air, voire d'argon (plus lourd) entre deux tranches de verre rapprochées pour isoler les baraques: l'air n'est isolant que lorsqu'il est immobile.

Je ne suis pas suffisamment calé pour démontrer quoi que ce soit plus finement. Mais compte tenu de ce que je sais, ce C=0 de l'air me parait irréel et donc ceux qui tiennent le même discours, comme G et T, "me parlent".

vincent

@ Profil facebook :

j'aime beaucoup votre chien !

Plus sérieusement, merci pour le lien vers l'article de Steven Wilde, qui malgré son ton provoc, me parait pertinent a plus d'un titre, et a le mérite de considérer l'ensemble des phénomènes d'échange de chaleur (radiation, conduction, convection, changement d'états) et non uniquement les phénomènes radiatifs.

Je copie colle sa conclusion:

============

The Greenhouse Effect is only a tiny part of the global temperature control mechanism. In addition there is The Hot Water Bottle Effect whereby the oceans release stored heat intermittently at variable rates depending on the average state of the various oceanic oscillations at any particular time. The current assumption that the oceanic oscillations are ‘just’ a mechanism for redistributing heat already available to the atmosphere must be wrong. The oceanic heat store should be regarded as an additional heat source that adds or subtracts the effect of earlier solar irradiance (or lack of it) to or from the present day effect of current solar irradiance.

The total heat store available in the oceans is so large that it is capable of rendering changes in any Greenhouse Effect an irrelevance for all practical purposes.

Oceanic oscillations are sufficient to cancel out or enhance the effects of natural variations in solar irradiance or other forms of solar input to the heat budget of the Earth for variable periods of time. A range of a mere 4 Watts per square metre or less in Total Solar Irradiance is sufficient to explain changes in Earth’s atmospheric temperature for the past 400 years. Outside that narrow band of apparent solar normality we would have more to worry about than any Greenhouse Effect.

The global temperature switches from cooling to warming mode frequently as a result of the ever changing interplay between variations in solar influence and intermittent heat flows from the oceanic Hot Water Bottle. The mechanism by which the oceanic effect is transferred to the atmosphere involves evaporation, convection, clouds and rainfall the significance of which has to date been almost entirely ignored due to the absence of any relevant figures.

The atmospheric Greenhouse Effect merely sets a theoretical background atmospheric temperature level that is continually overridden as a result of the size of the constant interlinked changes in both the solar and oceanic heat inputs. It is wholly swamped by the far more powerful oceanic Hot Water Bottle Effect.

The atmospheric greenhouse effect is a flea on the back of an oceanic elephant and the influence of CO2 but a microbe on the back of the flea and the influence of anthropogenic CO2 but a molecule on the back of the microbe.

 Robert

Monsieur Bélouve @

""""Lorsque sa naissance chaotique déboucha sur une enfance plus tranquille, elle se mit à refroidir, très lentement, dans l’immense bouteille thermos du vide intersidéral. Une croute superficielle se forma, enfermant le feu de ses entrailles. Elle acquit une atmosphère, de l’eau. Puis se formèrent des organismes vivants qui évoluèrent en végétation. Son refroidissement s’arrêta lorsqu’elle atteignit la température qui permettait un équilibre avec l’énergie que lui fournissait en permanence le soleil, et c’est ainsi que son atmosphère, au niveau du sol, acquit cette température moyenne qui oscille entre 10° C et 15° C suivant les âges."""""

Où êtes vous allé chercher ça? La terre continue à se refroidir et la croûte terrestre est un isolant parfait ce qui fait que la chaleur interne (flux géothermique) ne représente que le 10000ème de l'énergie solaire. On peut prendre un autre cas Vénus, la température très élevée de cette planète (740K ou 460°) est majoritairemnt due à un énorme effet de serre.

Essepe

@Robert: qu'est ce qui vous choque, il dit bien que l'énergie en surface de la Terre vient du soleil ...

B. Capai

Article très intéressant. Avons nous utilisé la théorie du corps noir pour un objet (la terre) qui possède une masse immense et donc une inertie? Il est certain que la théorie du rayonnement appliqué au corps noir ne fait pas intervenir la masse à aucun moment.
Il serait intéressant, de plus, d'additionner le flux énergétique andogène (les réaction de fissions qui chauffent le centre de la terre) avec le flux énergétique solaire et de re-derterminer, par cette méthode, la température moyenne.

Robert

Vincent@

"""je copie colle cet extrait du site de Jean Martin, qui je pense est assez clair:"""


J'ai quelques doutes sur la fiabilité de Mr **Jean-Martin**, Une personne qui utilise un pseudo et qui tient à son anonymat (une simple recherche par whois vous le confirmera) me semble étrange,
Anonymat sans dout destiné à le protéger de la volée de bois vert que ne manqueraient pas de lui adresser quelques scientifiques.

gnarf

"Vous considérez valide de calculer un flux d'énergie moyen et d'en déduire une température moyenne. Une température de jour de 301 K et de nuit de 0 K donnent effectivement 255 K soit -18° C. Cela voudrait dire que vous considérez une inertie thermique de la Terre nulle. Mais non, vous dites qu'elle est énorme ! Là, je ne comprends plus."

C'est simple. Quand l'inertie thermique est grande, la temperature met du temps a monter et a descendre. Elle ne varie meme que de quelques % entre le jour et la nuit.
Dans ce cas, la temperature est justement proche de Tefficace, c'est a dire la temperature calculeee a partir du rayonnement moyen recu par le corps noir dans le temps. Ce qu'on appelle l'inertie thermique moyenne les rayonnements entrants et sortants. C'est une moyenne de flux d'energie, pas de temperature...donc la logique est de moyenner l'energie puis d'en deduire la temperature.

"Vous évoquez des moyennes de fonctions linéaires. Lesquelles ? La fonction flux énergie = sigma x T puissance 4, n'est pas linéaire. Utiliser un flux énergétique "moyen" pour en déduire une température moyenne n'a pas de sens. "

La temperature est une bete curieuse, thermodynamiquement. En faire une somme ou une moyenne ne donne pas un resultat valable. Par contre l'energie, et les flux d'energie s'ajoutent, se moyennent dans le temps. Donc la simple logique veut que l'on travaille tout le temps sur les flux d'energie, et qu'on ne derive la temperature qu'a la fin.
Dire que la temperature est la cause du rayonnement est une astuce. Dans le cas du corps noir, temperature et rayonnement sont la meme chose. Mais le rayonnement se moyenne, se soustraie, s'ajoute. La temperature non.

En plus de cela, considerer chaque morceau de la surface de la planete comme un corps noir independant est pour le moins curieux. Le calcul des rechauffistes/astronomes est une grossiere approximation, mais la on s'eloigne dans la fantaisie...plus d'inertie thermique, un assemblage de corps noirs isoles...alors que la planete est un tout.

En tout cas, le calcul de la temperature du corps noir fonctionne parfaitement pour Mars qui n'a pas d'effet de serre et donne exactement la temperature observee, tandis que celui de l'auteur est completement a cote. Donc les cailloux de mars ont deja assez d'inertie thermique pour que la temperature moyenne observee soit proche du calcul rechauffiste. Donc logiquement ce calcul est aussi le meilleur des deux pour la terre.

Et ce calcul de temperature efficace du corps noir equivalent est utilise partout en astronomie.

Philippe Pons

@Robert
Perso, je trouve le site de Jean Martin très intéressant.
Comme il règne plutôt un climat de chasse aux sorcières, je comprend son anonymat(il a peut être d'autres raisons, d'ailleurs).
Ceci dit, s'il y a des contestations sur le contenu de son site, je suis preneur.
Avez vous des exemples de contestation?

Blanc Cassis

Nouvelle mise à jour

http://www.pensee-unique.fr/paroles.html#hulme2

Robert


on en parle un peu ici:

http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/174887-effet-de-serre-co2-absorbance-rechauffement.html

Bernard

Je vous cite:

L’autre demi sphère ne reçoit aucun rayonnement, donc un flux de 0 watt/m². Sa température moyenne est de :

T = (F/σ)1/4 = (0/(5.67/100000000))1/4 = 0 K, soit -273,15 ° C
………………………………………………………………………………………………..
On ne peut pas être contre ce résultat, mais des phénomènes physiques importants interviennent qui ne sont pas facilement modélisables:

La partie non éclairée de la demi sphère était chauffée en surface à une température moyenne (si on peu parler de moyenne pour les températures) de 30°C avant de se retrouver dans l'obscurité. On ne peut pas dire que le flux thermique est de 0 car cette partie non éclairée se refroidi avec une certaine cinétique qui dépend de nombreux paramètres dont la masse chauffée, la capacité calorifique, la conductivité thermique, le changement de phase physique de certains composés, le rôle de l'atmosphère et ses composants etc...

Le modèle est sans aucun doute complexe!
Pour le cerner convenablement il est nécessaire d'éviter toute polémiques et, sans parti pris, de mettre toutes les compétences (qui ne sont pas la propriété des seuls climatologues) au service de la science du climat.

CECI MONTRE BIEN QUE TOUT N'EST PAS DÉFINITIVEMENT RÉGLÉ!

Robert

Il me faut admettre que les libéraux ont un comportement étrange et quelque peu irrationnel.

Effectivement, quand on voit que les libéraux (souvent sans compétences dans ce domaine) réfutent de manière très agressive les travaux de milliers de scientifiques ayant pignon sur rue et dont le CV est consultable par tous ; et ceci en prenant pour référence l’auteur d’un site pour le moins équivoque quand à la pertinence de son contenu, je ne peux que me dire que pour les libéraux tout est bon du moment que ça abonde dans leur sens et que dans ce cas là leur scepticisme est aux abonnés absents. Je me plais également à penser à ce que deviendrait notre pays s’il devait tomber un jour sous la gouvernance de ces libéraux et je me dis qu’on serait dans la mouise.

Quand on y regarde bien le CV de ce monsieur laisse rêveur (et je pourrais encore faire mieux) :

"""Grande école scientifique, thèse, Doctorat."""

Quelle grande école ? Quel doctorat ? Sur quelle matière ? Mystère.

"""Intégration au CNRS, service militaire."""

Un peu contradictoire, vu l’âge de ce monsieur, il a connu la conscription et en tant que sursitaire, il aurait dû effectuer son service avant d’intégrer le CNRS. En quelle année ? Mystère.

"""Recherche CNRS après avoir dirigé deux laboratoires associés au CNRS et exercé des responsabilités à l’Université et en grande école."""

On recommence !! Où, quand, quelles écoles et quelles matières ? Toujours le plus grand mystère.

"""Je suis très loin d’être célèbre comme Hubert Reeves, par exemple, mais j’ai été interviouvé de nombreuses fois à la radio (France Inter, France Culture, France Info, RFI, Europe etc.) et à la télé (Arte, FR3, chaîne météo...).""""

Bien entendu pas de références sur ces émissions.

""" Enfin, que ceux qui mettraient perfidement en doute mes capacités de jugement scientifique, sachent que je suis l'auteur de plus d'une centaine d'articles publiés dans des revues à comité de lecture (dont plusieurs Physical Review Letters), de dizaines de contributions dans des livres scientifiques et que j'ai publié, sous mon seul nom, cinq livres scientifiques en français, anglais, hollandais et japonais. J'ai été referee (arbitre) officiel d'une bonne douzaine de revues internationales dont Physical Review Letters, Physical Review B, New Journal of Physics (UK), Journal de Physique (Fr) etc... Ainsi qu'expert à la NASA. J'ajoute que j'ai enseigné pendant plusieurs années en troisième cycle en Université. Je peux sans doute me tromper comme tous mes collègues mais qu'on me laisse, au moins, le bénéfice de la bonne foi !
Et là le bouquet final, Bien entendu ce monsieur ne cite aucune des revues dans lesquelles il a soi-disant publié, il ne dit pas non plus sur quel sujet étaient ces publications."""

Quant aux livres que ce monsieur aurait commis, hormis le fait d’ajouter qu’il semble polyglotte (surtout le japonais) il ne cite ni titre ni référence (ISBN ou autre) ce qui nous met dans l’impossibilité de pouvoir en faire l’acquisition, ce qui vous me l'accorderez est pour le moins bizarre pour une personne qui dit voulooir rendre la science accessibla à tous.

En conclusion, nous nageons en plein mystère et rien que ceci me fait penser que ce monsieur est un beau mythomane et ceux qui le croient des gogos….


Bonne journée.


gnarf

Vous generalisez abusivement. Je suis liberal, je suis sceptique, et vous voyez bien que je ne suis pas d'accord avec ce calcul.

Par contre, absolument objectivement, vous devez reconnaitre que:

- l'ensemble de la science climatique repose sur des historiques de temperatures. Les analyses statistiques sont faites sur ces historiques, les correlations entre rechauffement et CO2 sont mesurees sur ces historiques, et projetees dans l'avenir par des modeles informatiques qui sont aussi testes sur ces historiques.

- ces historiques de temperature sont tres divers et divergents. Ils montrent tous un rechauffement recent, mais d'amplitude tres variable d'un historique a l'autre. L'historique satellite depuis 1970 montre 2 fois moins de rechauffement que les historiques fait par les stations meteo. Et les historiques des stations meteo sont tres abondamment corriges a la main car ils sont extremement lacunaires. Des zones entieres du globe ne sont pas couvertes, les stations sont victimes de l'effet bulle de chaleur des agglomerations grandissantes...etc.

-Donc au final il n'y a pas de consensus sur l'ampleur du rechauffement mesure par les historiques de temperature. Ni meme sur les temperatures du passe. Mann vient de publier une etude qui montre un rechauffement medieval quasiment au meme niveau que le rechauffement actuel...contredisant completement sa courbe en crosse de hockey.


Donc la science climatique toute entiere est nourrie a la base d'historiques qui ne sont meme pas encore figes. Au fur et a mesure que ces historiques s'affinent, l'interpretation du recent rechauffement change dramatiquement. Il etait dramatique et jamais vu, le voila maintenant un peu plus eleve que celui du moyen age qui ne devait rien au CO2 humain. Vous comprendrez aisement que cela change completement la facon de voir les choses.

gordon

Robert@
Vous nous aviez répondu dans un précédent post être profondément libéral, et de plus rentier (je vous cite), grâce à une profession libéral que vous aviez excercer.
Il semble que vous soyez non seulement en totale contradiction dans vos propos et commentaires, vous vous contredisez au fil de vos posts.
Vos discours ne trompe personne, sur vos aspirations politiques et idéologiques.
Robert, peut être que vos parents, vous ont maltraités étant petit, ou alors un mal de l'altitude, certainement dû à vos séjours en montagne, dites nous tout , on pourra alors vous diriger vers des gens plus compétents que nous pour vous aider... on ai vraiment désolé que n'ayez pas d'amis à qui parler.

Robert

Gordon@

J'ai décidé de ne plus vous répondre, car j'estime que vous n'êtes en aucun cas un interlocuteur valable, mais je vais faire une exception pour préciser ceci:

Bien qu'ayant exercé une profession libérale et vivant de mes rentes, je ne me suis jamais senti libéral ni politiquement ni humainement parlant.

Cette précision faite. Bien le bonjour chez vous...

gordon

Robert@
Vous prétendiez le contraire dans 1 précédent post,où vous nous afirmiez partager les idées du libéralisme, belle exemple de constance de votre part et vous abusez d'une rhétorique simpliste digne d'un pétion.
Alors enseignant à la retraite...

JM Belouve

@ robert :

Robert dit:
"J'ai quelques doutes sur la fiabilité de Mr **Jean-Martin**, Une personne qui utilise un pseudo et qui tient à son anonymat (une simple recherche par whois vous le confirmera) me semble étrange,
Anonymat sans dout destiné à le protéger de la volée de bois vert que ne manqueraient pas de lui adresser quelques scientifiques."

réponse:

Vos doutes ne reposent sur aucune raison objective sérieuse. De nombreux hommes et femmes de plume signent d'un pseudonyme. Moi-même, j'utilise le pseudonyme de Bélouve, qui, dans le climat passionnel et agressif qui règne dans le champ de la controverse climatique m'apporte et apporte à ma famille une protection contre les débordements de certains fanatiques. Le pseudonyme protège également les sources du journaliste lorsque l'information lui provient de personnes qui lui sont proches dans son milieu professionnel.

Je connais personnellement Jean-Martin, et je garantis qu'il s'agit d'un scientifique, aujourd'hui retraité, de très haut niveau, diplômé d'une grande école prestigieuse, ayant à son actif d'innombrables recherches et ayant dirigé, au cours de sa carrière, d'importants centres de recherche. J'ai lu quelques uns de ses livres, de grande qualité. Sa compétence pour étudier, analyser et vulgariser la science climatique ne fait aucun doute.

Plutôt que dénigrer des gens sur vos inférences, vous devriez vous attacher à rechercher s'il y a des erreurs scientifiques dans ses exposés. Mais quand on veut abattre son chien, on l'accuse de la rage !

@ Bernard :

"La partie non éclairée de la demi sphère était chauffée en surface à une température moyenne (si on peu parler de moyenne pour les températures) de 30°C avant de se retrouver dans l'obscurité. On ne peut pas dire que le flux thermique est de 0 car cette partie non éclairée se refroidi avec une certaine cinétique qui dépend de nombreux paramètres dont la masse chauffée, la capacité calorifique, la conductivité thermique, le changement de phase physique de certains composés, le rôle de l'atmosphère et ses composants etc..."

Votre remarque est évidemment judicieuse. Je dis la même chose, dans la deuxième partie de l'article, en critiquant le fait que les auteurs du -18° C ont purement et simplement "oublié", -entre beaucoup d'autres choses-, l'inertie thermique de la Terre. Ce sont ces auteurs là qui considèrent implicitement que la surface non éclairée du globe tombe à -273° C la nuit, en appliquant leur stupide division par quatre à l'irradiance solaire corrigée de l'albédo. Il s'agit la de l'artifice grossier de gens qui qui se rendent coupables d'un sophisme de calcul, qui ne peut provenir d'une simple étourderie, venant de docteurs en sciences, mais correspond, à mon avis, à une volonté délibérée de tromper.

@ Robert, encore: "Il me faut admettre que les libéraux ont un comportement étrange et quelque peu irrationnel.
Effectivement, quand on voit que les libéraux (souvent sans compétences dans ce domaine) réfutent de manière très agressive les travaux de milliers de scientifiques ayant pignon sur rue et dont le CV est consultable par tous"

Je vous concède que, dans ce beau pays de France, il est totalement étrange et irrationnel de critiquer la vérité officielle. Une attitude soumise et moutonnière est la norme. Il est bien sur inconvenant, même au pays des droits de l'homme, d'émettre une critique sur les travaux de scientifiques ayant pignon sur rue. Il convient de les respecter et de leur cirer les pompes. On l'a vivement reproché jadis à Galilée. C'est donc toujours la règle aujourd'hui. Quand aux libéraux,pour vous il n'y a pas de scientifiques chez eux. Baste, les cerveaux seraient-ils tous de gôooche ? "Ils réfutent de manière agressive" ? agressif, votre terme est fort, je dirais plutôt pugnace, mais réfutez donc plutôt ma réfutation, plutôt que de vous complaire dans le procès d'intention spécieux.

gnarf

"Je dis la même chose, dans la deuxième partie de l'article, en critiquant le fait que les auteurs du -18° C ont purement et simplement "oublié", -entre beaucoup d'autres choses-, l'inertie thermique de la Terre. "

Desole mais c'est exactement le contraire. Le premier calcul considere que la surface terrestre toute entiere est a la meme temperature cote jour comme cote nuit, donc que la terre encaisse les changements nuit/jour sans changer de temperature donc que sa capacite calorifique (ou inertie thermique) est enorme. Il suffit de penser que notre sous-sol proche a quelques metres de profondeur reste a la meme temperature toute l'annee, plus de 273 degres kelvins ca en fait de l'energie emmagasinee, de l'inertie.

C'est dans le deuxieme calcul (-128degres) que vous considerez que les points de la surface qui arrivent au soleil sont instantanement chauds, et que ceux qui vont dans l'ombre sont instantanement a 0 degres K donc que la capacite calorifique est nulle.

"Ce sont ces auteurs là qui considèrent implicitement que la surface non éclairée du globe tombe à -273° C la nuit, en appliquant leur stupide division par quatre à l'irradiance solaire corrigée de l'albédo."

Asolument pas. La terre recoit un flux d'energie solaire par rayonnement proportionnel a la surface du disque terrestre Pi.R2 car vu du soleil la terre est un simple disque et capte le rayonnement solaire sur cette surface.
Et la terre a une surface de 4Pi.R2...donc le flux total qu'elle recoit est le flux solaire maximum sur un quart de sa surface.
On obtient le meme resultat en integrant precisement sur tout le quart de sphere. Avec votre feuille excel aussi.

Robert

JM Belouve @

"""J'ai lu quelques uns de ses livres, de grande qualité."""

J'aimerais en faire de même merci de me transmettre les coordonnées de ces livres.

Quant à la fiabilité de ce monsieur, Comparer une serre de jardin avec l'effet de serre d'une planète montre bien qu'il n'a rien compris...Où qu'il ignore de quoi il parle.

Robert

Monsieur "BElouve"

http://forums.futura-sciences.com/debats-scientifiques/174887-effet-de-serre-co2-absorbance-rechauffement.html

http://www.eco-citoyen.org/pensee-unique-fr-t3566.html

Je ne suis pas le seul à mettre en doute les compétences de votre "ami".

Vincent

@ robert : Vos attaques concernant M. Martin sont parfaitement ridicules. Lui cite absolument TOUTES les sources des travaux qui fondent ses publications. Et si MM. Wood, Clausius,(liste non limitative) sont des burnes qui n'ont rien compris, nous serions heureux d'en décourvrir la démonstration par "Robert".

Robert

Vincent @

Eh bien que monsieur Martin prouve qu'il est ce qu'il prétend être, et n'inversez pas le principe de la charge de la preuve.

C'est un imposteur point barre, et ceux qui le suivent des gogos.

Vincent

Désolé de vous faire un cours de droit, mais c'est vous qui, dans ces colonnes, avez commencé vos insinuations malodorantes, de surcroit sur une personne qui ne vient pas ici. La "Charge de la preuve" ? Elle est pour vous

et à partir de maintenant, "I don't feed the troll".

gnarf

Je souhaitais discuter de ce calcul avec JM Belouve. Dommage que la discussion soit polluee par des attaques personnelles.

Il s'agit d'un calcul, d'une approximation grossiere d'un phenomene naturel (rayonnement du soleil sur la terre) pour estimer la temperature de la planete sans effet de serre.

C'est de la science. Ca se partage en parlant du probleme lui-meme, et certainement pas en declarant que celui qui apporte le calcul ou ses amis ne vous reviennent pas.

Dommage. La capacite thermique moyenne par unite de surface de notre planete (avec ce qui se trouve en dessous) est de 2.10e08 J/m2.K.
Ce qui veut dire que en moyenne, un bout de notre planete a 270 K perdra 1/18eme de degre pendant une nuit de 12 heures. Oui l'atmosphere se refroidit plus vite mais ici on parle de l'ensemble planete+atmosphere.
Et inversement, pendant le jour un bout de notre planete gagnera en moyenne 0.11 degres pendant une journee de 12 heures aux latitudes les plus exposees.

Donc le calcul qui suppose que la terre tombe subitement a zero kelvins cote nuit est bien plus mauvais que le premier calcul, qui suppose que l'ensemble terre+atmosphere rayonne uniformement cote jour et cote nuit.

Ici l'explication du calcul de la capacite thermique de la planete:
http://physics.gac.edu/~huber/envision/instruct/ebm1doc.htm

jb7756

On peut aussi comparer le climat terrien avec d’autres planètes :

Sur la Lune qui est la même distance du Soleil que la Terre :
Temp max, le jour : 123°C (Terre : 57,8°C)
Temp min, la nuit : -233°C (Terre : -89,2°C)
Temp moyenne : -77°C (Terre : 15°C)

Clairement l’atmosphère réchauffe et régularise la température terrestre.

Maintenant prenons Venus :
A la surface il règne une température infernal de 462°C mais la pression est de 92 Bar (92 fois celle de la Terre). Il y a 96,6% de CO2.
Mais si on monte à 50 Km du sol on trouve des conditions proche de la Terre :
Pression 1 Bar, Température 75°C (348°K) avec 96,6% de CO2.

Faisons un petit calcul si on plaçait Venus au niveau de l’orbite de la Terre :
Venus est plus proche du Soleil : 0,723 UA. Donc elle reçoit (1/0,723)^2 = 1,913 fois plus d’énergie que la Terre.
Mais son Albédo (énergie qu’elle reflète) est 0,65 contre 0,37 pour la Terre.
Donc si Vénus reçoit en fait 1,913 * (0,37/0,65) = 1,0889 fois plus d’énergie que la Terre.
Si elle était donc à l’emplacement de la Terre sa température à 50 Km serait de 348 / 1,0889 = 319 K soit 46°C

Donc si on avait 96,6% de CO2 sur Terre on aurait 46°C. Or on en est a 0,038% pour 15°C. Donc si on doublait le taux de CO2 et en considérant que c’est linéaire la température terrestre serait de :
288 + ((319-288) / (0,966 – 0,038) *0,038) = 289,27 K soit 16,27°C

En doublant le taux de CO2, la température ne ferait que prendre 1,27°C. Bien sur ce calcul est grossier et ignore les autres gaz, en particulier la vapeur d’eau.

Remarquons qu’avant l’apparition de la vie le CO2 était très présent voir majoritaire dans l’atmosphère terrestre. Et même si on avait 46°C de temp à sa surface, la vie serait encore possible et les océans toujours liquide.

jb7756

ERRATUM

J'ai fait une erreur :

Donc si on doublait le taux de CO2 et en considérant que c’est linéaire la température terrestre serait de :
288 + ((319-288) / (0,966 – 0,00038) *0,00038) = 289,012 K soit 15,012°C

En doublant le taux de CO2, la température ne ferait que prendre 0,012°C. (et non 1,27°C comme marqué précédemment - oublié de diviser par 100, 0,038%)

Robert

jb7756 @

"""Et même si on avait 46°C de temp à sa surface, la vie serait encore possible et les océans toujours liquide."""

Le 46° que vous citez n'est qu'une moyenne (je vous laisse deviner quels pourraient être les pics de chaleur). De plus la température corporelle de l'être humain n'est que de 37.2° ce qui nous rendrait la vie impossible. Pour info, à Tamanrasset les températures d'été sont voisines de 35°

jb7756

@Robert

J’ai dit la vie, pas la vie humaine. C’est pas la température qui serait dangereuse, c’est les 96% de CO2 qui serait irrespirable. Il existe des bactéries qui fonctionnent sans oxygène (anaérobies). Elles étaient très répandu quand l’atmosphère et les océans étaient riches en CO2. Elles ont consommés tout le CO2 et ont libéré l’oxygène qui nous respirons.

Robert

jb7756 @

Il y a deux cent cinquante millions d'années la température à augmentée brusquement de 6/7° et a provoquà la disparition de 98% des espèces vivantes et elle était loin d'atteindre les 46°.

Maintenant que la température atteigne 46° est un chose certaine, elle devrait atteindre 75° dans un milliard d'années.

Warm

Dommage que j'arrive après la bataille...

"e rejoins donc ici l'invitation faite par M. Bélouve dans son texte, et invite les gens qui seraient en désaccord avec ce qui est écrit à faire parvenir à M. Belouve (boite mail dédiée en cours de création) ou au pire à moi même, qui transmettrai (vincent at benard point com) leur réfutation argumentée, ou à poster en commentaire tout lien qui concourrait à prouver l'existence d'une erreur dans le raisonnement de M. Bélouve. "

Rien de plus facile, tant les calculs de M. Bélouve sont FAUX. En effet... il a fait le calcul pour une terre... immobile qui ne tourne pas sur elle même !!

Qu'il reface le calcul en incluant une dépendance temporelle (la période de rotation), et une capacité locale d'accumulation de chaleur à la surface, ce qui est nettement plus réaliste...

Il sera surprit du résultat ;-).

La grande erreur, c'est de confondre la température effective (celle toute théorique de l'équilibre radiatif) et la température moyenne (la température réelle à la surface, résultant de la moyenne de température à chaque point de la planète).

Les équations ne montrent jamais que la température moyenne doit être égale à la température effective. La contrainte physique est que la température moyenne d'une planète sans atmosphère est AU MAXIMUM la température radiative effective (inéquation de Hödler). Dans le pire des cas (une planète qui ne tourne pas et sans capacité de chaleur), il y a une grande différence, c'est ce que calcul M. Bélouve, en croyant faire une découverte fondamentale, alors que c'est le B.A. BA de la physique climatique.

Du reste G & T le disent également, lire à la section 3.7 le tableau 12 et l'équation 83 (pg 64).

La seule manière pour la surface d'une planète de dépasser la limite physique de la température radiative effective c'est de posséder une atmosphère au moins partiellement opaque aux infrarouges: c'est l'effet de serre.

Le plus drôle dans l'histoire, c'est de mettre en évidence la "prudence" des climatologues, qui parlent d'un effet de serre de 33degré, alors que c'est l'effet MINIMUM, qui ne serait réel que dans le cas ou la température radiative effective serait égale à la température moyenne. Mais en réalité, la température moyenne de la terre sans atmosphère serait inférieure au -18 théorique de l'équilibre radiatif, mais pas dans les proportions prédites par M. Bélouve: je lui laisse le plaisir de calculer a température moyenne de la terre sans atmosphère EN ROTATION...

jean-michel bélouve

@warm
je vous répondrai succinctement sur ce blog, faute de temps et d'espace pour une réponse circonstanciée. Vous avez pris la peine d'adresser un courriel à Vincent, qui me l'a transmis. Nous échangerons plus longuement en privé, et éventuellement, donnerons la conclusion de ces échanges sur ce blog, si Vincent est d'accord.

Je crois que vous n'avez pas lu d'assez près mon texte, ou alors que je ne me suis pas exprimé clairement. Je dis bien que le calcul que je présente est un SOPHISME MATHEMATIQUE, c'est à dire un calcul faux, et destiné à tromper. Je n'ai pas prétendu remplacer le grossier sophisme mathématique des néo-climatologues du GIEC par un calcul pertinent, mais j'ai voulu simplement mettre en évidence l'erreur arithmétique qu'ils ont commise. C'est également ce qu'ont fait Gerlich et Tscheuschner. Ma démarche a consisté à utiliser un outil de calcul plus accessible à un grand nombre: le tableur excel.

Ce que je demande donc, c'est de prouver que mon calcul ne démontre pas la fausseté du calcul qui aboutit à -18° C en tirant une température moyenne à partir d'un flux d'énergie moyen par la simple extraction d'une racine quatrième.

Mon calcul est un calcul approché, contrairement à celui des allemands, mais il est arithmétiquement juste. Et si l'on aboutit à un résultat absurde à partir d'un calcul mathématique juste, c'est que les prémices sont fausses.

Vous me proposez de refaire mon calcul en faisant tourner la Terre autour des son axe. Vous devriez le demander aussi à ceux qui ont proposé ce -18° C ! Désolé, je ne sais pas faire cela avec un tableur excel, et ne me demandez pas de poser l'intégrale triple qu'il faudrait résoudre, je suis nul en calcul intégral. Mais je serais heureux de prendre connaissance de votre propre calcul. Il faudrait toutefois que vous y ajoutiez l'inclinaison saisonnière variable de l'axe, le fait que l'une des régions polaires est illuminée 24 heures sur 24 pendant que l'autre est plongée dans une nuit prolongée...et puis, l'inertie thermique des matériaux solides, liquides, gazeux. Et pusi, la température préexistante. Et puis...

La suite en courrier privé, pour ne pas ennuyer les lecteurs avec nos arguties, et la conclusion ici, peut-être, si nous parvenons à en tirer une.

Robert

J'aime bien ce qui est dit sur ce lien....


http://rabett.blogspot.com/2009/03/burrow-project-gerlich-and-t-have.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique