« | Accueil | Climate Gate 2.0 : les reconstitutions de températures de la NASA falsifiées ! »

lundi 18 janvier 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

fred972

Mes cheveux se dressent effectivement sur ma tête, mais cette stratégie a le double mérite de "tenir la route" et d'être politiquement acceptable en France pour peu qu'on l'explique, et qu'on fasse circuler tant le PDF de l'institut Montaigne que l'url de l'article, comme je m'attelle à le faire...

Vincent Poncet

Le modèle à point est désormais proposé par le conseil d'orientation des retraites. Cela a été le sujet d'un de leur colloque en décembre.
http://www.cor-retraites.fr/article360.html
Et ils devraient sortir leur position pour février.

Objectif Liberté fait maintenant dans l'apologie des solutions proposées par les administrations publiques ? :D Je taquine.

Vincent Poncet

La position de Bichot sur la capitalisation n'est pas tant que ce n'est pas vraiment praticable vu le contexte, mais plutôt qu'un régime de base en capitalisation, avec les montants d'épargne que cela représenterait, ne pourrait être absorbé par le marché financier.
C'est un peu moins glop que ce que tu présentes :)

Warm

"Le problème numéro un réside dans l'opposition entre, d'une part, les systèmes à "prestations définies", ou l'on promet de servir "X%" du dernier salaire plus de 40 ans à l'avance, ce qui est voué à l'échec, et les systèmes à "cotisations définies", d'autre part, où l'on ne s'engage pas sur ce que le système pourra produire dans X années, mais sur un pourcentage de cotisation qui opère un bon compromis entre niveau de vie des personnes âgées et conservation d'un revenu du travail motivant pour les actifs."

Il me semble qu'il existe une 3e voie: des cotisations définies en pourcentage du salaire des actifs, et une rente pendant la retraitre fixe indépendante du revenu, dépendant principalement des années de cotisation. Ce système fourni un "revenu minimum" pendant la retraite, les salariés les plus favorisés ayant le choix de cotiser plus dans un système par capitalisation si ils veulent garder leur niveau de salaire à la retraite.

C'est un système fortement redistributif, mais qui peut être plus facilement stabilisé. La Suisse maintient une système de retraite (AVS) dans les chiffre noir sur ce genre de modèle.

Visiteur

"faute d'un rapport actifs/retraités défavorable"
Vous voulez sans doute dire le contraire.

ST

En tant que fervent défenseur du salaire complet comme première étape d'une lente révolution libérale, je ne peux qu'acquiescer. La (double) proposition de Vincent est modérée, rationnelle, et n'aurait aucune raison d'être taxée d'ultra libérale ou que sais je.

Je lui donne zéro chance de réussite dans les quelques années qui viennent. Maintenant, après une crise financière 2.0, une crise grave de l'euro et un effondrement des finances publiques, qui sais ... Les Français ont beau répondre dans les sondages douter dans leur majorité de la viabilité du système actuel, ils n'ont pas suffisamment peur pour affronter les difficultés que supposent une transition vers un tel régime.

@vincent Poncet :

> Le modèle à point est désormais proposé par le
> conseil d'orientation des retraites.

En effet. Mais entre l'évoquer dans un conseil d'orientation et le mettre en oeuvre politiquement ... On a déjà vu le gouvernement à l'oeuvre dans l'alignement supposé des régimes spéciaux de retraites. Oh, certes, on prononcera des mots qui font peurs, on parlera de capitalisation, de régime à point, d'alignement sur un régime unique et de tout ce que vous voulez, mais la réalité politique qui en ressortira sera toute autre, et tellement perclus d'exception ...

Un rééquilibrage suppose que certains perdent relativement aux autres. Ceux qui doivent perdre ici ne sont aucunement prêts à de telles concessions, soit qu'ils pensent déjà que ce que le système leur promet est déjà en soit beaucoup trop bas, soit qu'ils pensent que les avantages qu'ils ont sur leurs retraites sont la contrepartie de supposés désavantages tout au long de leur carrière. Dans tous les cas, ils ont tout à perdre, et rien à gagner, sauf à considérer que ce qu'ils ont à perdre est la faillite totale du système, la ruine économique nationale, mais au fond il n'y croient pas.

Rocou

@vincent Poncet :

"mais plutôt qu'un régime de base en capitalisation, avec les montants d'épargne que cela représenterait, ne pourrait être absorbé par le marché financier."

Bien au contraire. Non seulement l'afflux d'épargne serait sans problème "absorbé" par le marché mais en outre, cet argent permettrait enfin de capitaliser les entreprises françaises et notamment les PME qui ont des fonds propres exsangues et des besoins en fond de roulements non satisfaits par les banques.
Encore faudrait-il que la capitalisation soit simple, que chacun puisse investir où il veut sans contrainte.

Gribouille

Où avez-vous vu qu'il y avait un problème des retraites ?
On va comme toujours discuter, en fonction du rapport de force en présence, pour déterminer qui sera les bénéficiaires et les payeurs. C'est un jeu à somme nulle.
a priori, les générations du baby boom sont intouchables et sont de toute manière majoritaires dans le pays encore pour de nombreuses années. Le titulaire des régimes spéciaux aura comme d'habitude le soutien exclusif des syndicats.
Par contre, on va de nouveau renforcer les conditions pour ceux qui n'auront pas assez cotisés parce qu'ils auront été au chomage, et qu'ils avaient qu'à être fonctionnaire ou agent de la SNCF, après tout !
La direction donnée par les dernières réformes est assez claire. On va exclure de la retraite un maximum de gens parmi les plus fragiles, les plus faibles politiquement et syndicalement. Et on sauvera un système après avoir laissé une minorité croissante de cotisants sur la route.
Pourquoi s'inquiéter ? On a toujours fait comme ça et vous allez pas me dire que si vous êtes du bon coté du manche, vous ne serez pas content de cette solution ?
l'accumulation des réformes des retraites, d'une échéance à l'autre, et le non choix d'une réforme radicale (genre grand soir), est aussi un choix qui correspond à une forme de rationalité.
je suis étonné qu'on en soit encore à imaginer un plan de sauvetage des retraites qui correspondrait au meilleur de mondes sans tenir compte de la nature et du rôle de nos institutions dans les compromis sociaux. Comme tous les libéraux, vous avez une vision un peu trop mécaniste des choses, à mon avis.

Vincent Poncet

@Rocou
Je rapportais la position de Bichot, il ne faut pas me citer comme si c'était ma position.

Winston

le JDD en parle : http://www.lejdd.fr/Societe/Emploi/Actualite/Retraites-Le-rapport-qui-peut-tout-changer-166973/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique