« Fréquentation d'Objectif Liberté, premier trimestre 2010: retour sur terre | Accueil | "La banque dynamitée" - Suite du premier avril »

mardi 06 avril 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Stéphane

Il n'y a pas à être rabat-joie: c'est simplement ce qui se passe pour l'instant, en effet. On ne pouvait pas imaginer des politiques abandonner un jouet pareil aussi facilement...

Mais cela ne va pas durer.

D'abord, la crise économique frappant l'Europe (faillite prochaine de la Grèce, fin de l'Euro, etc.) va occuper ces messieurs d'une façon bien plus cruciale que la forêt humide amazonienne. De même que leurs électeurs, même les plus bobos. L'écologie-culpabilisatrice est un luxe de pays développé - et elle sera très bientôt inabordable.

Ensuite, le retournement des opinions publiques offre un boulevard à n'importe quel politicien qui aura l'audace de se profiler sur cet aspect. Pas sûr que l'establishment actuel en soit capable (quoique même Sarkozy a repoussé la Taxe Carbone) mais une alternative surviendra, inévitablement, quelque part en Europe.

N'oublions pas qu'une bonne part de la population est perdue pour toujours à la cause réchauffiste. Lorsqu'on a une courbe qui passe de 40% à 60% puis retombe à 40%, ça ne veut pas dire qu'on est revenu à la situation initiale: les 20% qui ont "retourné leur veste" ne sont plus dupes, et ne pourront vraisemblablement plus être convaincus à nouveau. On ne peut tout simplement pas être naïf deux fois sur le même sujet.

Wait and see...

lolik

L'alliance objective des anti capitalistes verts, écolo à moustaches ou rouquins avec les groupes d'intérêts déguisés en "sauveurs de la planète" est du plus haut comique. C'est sans doute de chez eux que la dénonciation de la manipulation serait la plus efficace mais ils auront beaucoup de mal à s'y décider. Ce comique pourrait peut-être, être exploité...

simple citoyen

Pour emprunter les termes des zélateurs zintéressés: "we must act now, or there will be no turning back, and the world as we know it will have changed dramatically for the worse. What can we do? What should we do? In the face of such a formidable challenge we must not rest. Victory by the proponents of these thesis would increase tenfold their corrupting power and leave the world at the mercy of a handfull of greedy corrupt individuals disguised as the guardians of a benevollent world order.
The only power capable of facing and deterring such a threat to our most fundamental liberties lies solely within ourselves. The people."
Having said that, we must act. Most of us do not have the time or expertise to do so alone, but we must find a way to team up."
A little "appel du pied" to our goodman Vincent?

Benoit

Climate gate ou le retour des anti-réchauffistes adeptes de complots en tout genre. Non mais franchement, comment peut-on vous prendre au sérieux quand votre meilleur représentant, j'ai nommé le grrrrand scientifique Claude Allègre, n'est pas fichu d'écrire un bouquin sans erreurs et sans se sentir obligé de redessiner les graphes de vrai chercheurs "pour des raisons éditoriales". Admettez que cela fait un peu désordre. Si c'est votre meilleur canasson, je ne parierai pas un centime sur vos thèses. si ce n'était pas un sujet très sérieux, il me ferait bien rire ce rigolo.

Stéphane

Et un troll, un! :D

simple citoyen

Cher Benoit,
Comme c'est rassurant de voir l'étendue et la pertinence de vos commentaires sur les éléments révélés dans cet article. Les attaques ad hominem et autres vétupérations ne seraient donc que vos seuls arguments?
Ayez la bonté de nous éclairer sur la dimension économique des liens étroits entre la profession et la (profession de) foi des promoteurs du réchauffisme (comme vous dites), qu'à défaut d'être sauvés nous soyons rééduqués à votre convenance, à moins que nous ne soyons à ce point irrécupérables qu'un destin plus funeste vous saurait gré?

Warm

La conclusion de la comission est logique.

Au vue des preuves et des témoignages apportés par les protagonistes (je vous rappelle que le droit d'être entendu est tout de même un droit fondamental), aucune accusation ne pouvait tenir debout.

Nous avons à faire à une correspondance volée, et de plus une correspondance tout à fait fragmentaire. Ce fait a été relevé par le Pr Jones durant son témoignage devant la comission, le CRU l'a également confirmé dans un rapport.

Du côté américain, la comission d'enquête de la Penn State University qui a "relaxé" Mann a eu durant son enquête accès à la correspondance complète de Mann, et n'a pu que conclure qu'il n'avait pas caché des données, ou commis quoique ce soit de répréhensible.

http://www.research.psu.edu/orp/Findings_Mann_Inquiry.pdf

Quand on reconstitue dans quel contexte se place les e-mails soit disant "explosifs", on ne peut rien repprocher aux scientifiques mis en cause.

Le rapport le plus complet sur le sujet, c'est celui du CRU lui même.

http://www.cce-review.org/evidence/Climatic_Research_Unit.pdf


Ce document essentiel est à lire absolument pour avoir une vue complète du cas. Bien entendu, V. Bénard s'est bien gardé de le mettre en lien, préférent une présentation tout à fait partiale de l'affaire.

Il se trouve que les membres du CRU mis en cause (Jones et Briffa entre autres) peuvent présenter des preuves aux comissions d'enquête qui font toute la différence. Par exemple, on a accusé Briffa d'être intervenu dans le processus de revue d'un article pour en emêcher la parution, mais il a en sa possession, par exemple, les noms des reviewers et leur rapport sur l'article, pièce à conviction qui le disculpe complètement sur ce point.

Franck Boizard

Le marxisme a été réfuté dans les années 1890 et il y a encore des gens pour y croire.

La mort du réchauffisme comme thèse scientifique ne préjuge pas de sa mort comme opinion politique.

La vie d'une opinion politique est presque exclusivement reliée à son utilité, pas à sa véracité. Or, nous n'avons aucun doute sur l'utilité que le réchauffisme présente pour certains (étatistes, socialistes, etc.)

Par ailleurs, je ne suis pas entièrement serein à propos de l'effet de la crise sur le réchauffisme.

J'espère, comme d'autres, que la crise forcera à un retour à la réalité, fort négligée ces derniers temps et qui, c'est bien connu, se venge toujours.

Mais il est une autre possibilité. La crise va raréfier les brouzoufes publics. La compétition entre pique-assiettes à subventions va gagner en férocité.

Or, le réchauffisme n'est pas mal placé : toute crise favorise les millénarismes, les explications simplistes et l'usage intensif des boucs-émissaires. Les réchauffistes sont parfaitement à l'aise avec tout cela et complètement dénués de scrupules (ils savent où est le Bien, donc tout leur est permis).

Le réchauffisme pourrait donc être un dérivatif à la crise.

Bref, les réchauffistes n'ont pas fini de nous emmerder. L'agonie va être longue et douloureuse.

**********
(1) : cette mort scientifique du réchauffisme, c'est ce que prouve l'appel des 400. Si ils avaient des arguments scientifiques définitifs, ils les exposeraient et c'est tout. Ils ne feraient pas appel aux politiciens (qui n'y connaissent rien) A-t-on jamais vu Albert Einstein demander au Kaiser de défendre la théorie de la relativité ?

Jérômeb

Cette obstination à refuser l'évidence du réchauffement climatique (et de nombreux problèmes écologiques posés par l'exploitation de la planète) risque de discréditer pour longtemps le libéralisme. Je suis déçu et furieux de voir les libéraux se fourvoyer et persister dans la négation d'un problème, parce qu'ils refusent toute idée d'action collective.

Un certain nombre de faits sont indéniables :
1) Le CO2 est un puissant gaz à effet de serre.
2) Depuis la Révolution Industrielle, on a émis de grandes quantités de CO2 dans l'atmosphère, des quantités supérieures à celles provenant de causes naturelles. La concentration en CO2 a augmenté, cela est vérifié.
3) Depuis environ un siècle, on constate un réchauffement important.
4) Ce réchauffement coincide avec les émissions de CO2 dues aux activités humaines. Le lien de cause à effet est donc plus que probable.
5) Même si le climat est un ensemble de phénomènes complexes, les différents modèles rendent compte de la réalité d'une manière de plus en plus précise.

Cette histoire de grand complot des industriels et des politiques pour imposer l'idée du réchauffement est ridicule. Que des personnes ou des organisations pu scrupuleuses essaient d'en tirer profit, c'est malheureusement prévisible. Que les solutions proposées (nouvelles taxes) posent des problèmes, c'est indéniable. Mais il ne faut pas tout mélanger et refuser de voir le problème.

Christophe VINCENT

Bonjour Jéromeb,

>> Cette obstination à refuser l'évidence du réchauffement climatique (et de nombreux problèmes écologiques posés par l'exploitation de la planète) risque de discréditer pour longtemps le libéralisme. Je suis déçu et furieux de voir les libéraux se fourvoyer et persister dans la négation d'un problème, parce qu'ils refusent toute idée d'action collective.

Il y a en effet des "libéraux" pour qui il n'y a pas de réchauffement climatique du à l'homme, parce que s'il y en avait un, l'Etat devrait intervenir et donc il n'y a pas de réchauffement climatique du à l'homme.

Mais tous les libéraux qui mettent en doute que le réchauffement climatique soit du à l'activité humaine ne sont pas heureusement issus de ce même moule.

Je t'invite à regarder si tu ne l'a pas déjà fait les vidéos de Vincent COURTILLOT (un scientifique sceptique quant à l'influence de l'homme sur le réchauffement).

Pour moi et d'autres (dont Vincent Bénard à priori) :

Est ce qu'il y a un réchauffement ?

Oui, c'est ce que disent les scientifiques. Il y a consensus là dessus (autant que je sache).

Est-ce que ce réchauffement est du à l'homme ? (CO2)

On ne le sait pas. Les scientifiques sont divisés et rien ne le prouve formellement aujourd'hui.

Donc imposer, sur une base incertaine, des politiques drastiques de réduction de l'émission de CO2, ça n'est pas raisonnable.

vincent

@ Jerome b.

Tout d'abord, comme le fait remarquer Christophe V., tous les sceptiques ne sont pas libéraux. Allègre et Courtillot sont encartés PS, et à l'étranger, je doute que la liste de sceptiques qui s'allonge chaque jour un peu plus ne se recrute que chez les libertariens. A commencer par Graham Stringer cité dans l'article ou Bjorn Lomborg, pour ne citer qu'eux.

Mais là n'est pas le problème. Le RCA est une question qui dépasse très largement le clivage politique.

Le problème est que pour que les politiques interventionnistes anti CO2 soient justifiées, il faudrait que tout le logigramme suivant soit vérifié:

1 - La Terre se réchauffe

ET

2 - Ce Réchauffement est inhabituel

ET

3 - Ce Réchauffement inhabituel est dû essentiellement à nos rejets de CO2

ET
4 - Ce Réchauffement inhabituel et anthropogénique a des conséquences catastrophiques pour l'avenir

ET
5 - La meilleure politique pour lutter contre ces catastrophes futures est de lutter contre les rejets de CO2 dès à présent

Effectivement, tout le monde est d'accord sur l'affirmation 1. C'est ensuite que ça se gâte.

Aucune de vos prémisses, je dis bien aucune, n'est incontestable. Y compris le caractère prépondérant de "l'effet de serre" dans les évolutions de la température.

Et plutot que de résumer ce que j'ai dit dans une vingtaine d'articles, je vous invite à lire non pas le livre d'allègre, dont Benoit-le-troll fait à juste titre remarquer qu'il ne se vend que sur le nom de l'auteur mais est bâclé, mais celui de J.M. Bélouve, dont vous trouverez un lien en haut de la page d'accueil du blog, qui n'est pas un climato, honte à lui, mais qui a je pense, en toute subjectivité, bien syntétisé les différents points de vue, ou encore celui de B. Rittaud, qui se limite aux questions épistémologiques.

@ Benoit:

C'est vrai, nous nous tournons 5 fois par jour vers le siège de l'institut de physique du Globe pour prier st-Allègre. D'ailleurs, je vous laisse, c'est l'heure de ma dernière prière du jour. Allègrou akhbar !

Non mais ou avez vous vu qu'Allègre était la seule source de notre scepticisme ? Vous croyez qu'on ne sait pas lire l'anglais ici ?

(et, avec toute la subjectivité qu'un feuilletage rapide autorise, oui, son bouquin a l'air affreusement bâclé. Mais à l'heure de la télé réalité et de voici, peut être faut il raser les paquerettes pour toucher un public large ? C'est assurément dommage).

@ Warm: toujours la même tactique: dans le monde selon warm, les gentils scientifiques réchauffistes qui faont rien qu'à subir de vilaines attaques des méchants sceptiques et de l'ignoooooble Vincent Bénard, le plus fielleux de tous, disent forcément la vérité. la preuve: voici leurs auto justifications - (puis bombarder de PDF de 70 pages que l'ennemi ne pourra pas matériellement lire en entier).

Sauf que. Je prend le document numéro 2. Je le parcours: parmi les réponses qu'il donne, "ah non, c'est pas vrai, on n'a pas tenté de minimiser l'optimum médiéval".

Entre autres affirmations foireuses non démontrées, je cite, en page 15-16, "The evidence was also largely drawn from European sources"

j'invite les lecteurs qui se laisseraient prendre au jeu de Warm à découvrir la liste des études montrant DANS LE MONDE ENTIER l'existence de l'optimum médiéval.

http://www.co2science.org/subject/m/subject_m.php

Bon, je n'ai pas le temps de "fisker" l'intégralité de ce document. Si c'est du même tonneau...

Le CRU ne va pas lacher le morceau facilement.

----

Quant à la commission, c'est sur qu'en interviewant surtout pas les principaux scientifiques sceptiques, en évitant de poser les questions qui fachent, elle ne risque pas de trouver quoi que ce soit à redire aux e-mails de jones et les autres pieds nickelés.

Imaginez un seul instant que des mels identiques aient été échangés entre un directeur de labo pharmaceutique et des unités dispersées dans le monde révèlent des connivences pour "cacher les défauts" d'un traitement, introduire des "fudge factors" dans les résultats, faire pression sur des rédacteurs de revue médicale et en faire virer un...

Le monde entier leur serait tombés dessus, et aurait eu raison. Il y aurait eu enqupete pénale dès le premier jour, inculpations, poursuites. Justifiées.

Et là, rien ?

Mais là, "ah non, ce sont de bons défenseurs de l'orthodoxie réchauffiste, alors s'il vous plait, cessez vos attaques pour des vétilles, et d'ailleurs, ils se sont brillament auto-disculpés".

"Et laissez les experts décider des bonnes mesures à prendre pour guider serainement les veaux vers un avenir refroidi et radieux".

Très peu pour moi.

------

Warm

"puis bombarder de PDF de 70 pages que l'ennemi ne pourra pas matériellement lire en entier)."

Donc, si je comprends bien, vous condamner les gens juste sur des "ont-dit" sans prendre connaissance de l'ensemble des pièces à conviction.

Je n'en attendais pas moins de votre part. On sait très bien comment vous fonctionnez: on prend les infos auprès des détenteurs de l'orthotoxie du Parti (les thinks tank libéraux américains)... ils prémachent le travail, et ils on forcément raison, pourquoi se fatiguer à se faire sa propre opinion ?


"Imaginez un seul instant que des mels identiques aient été échangés entre un directeur de labo pharmaceutique et des unités dispersées dans le monde révèlent des connivences pour "cacher les défauts" d'un traitement, introduire des "fudge factors" dans les résultats, faire pression sur des rédacteurs de revue médicale et en faire virer un... "

Il n'y a rien de tel dans les e-mails volés... donnez donc un exemple plutôt que de rester dans l'accusation gratuite !

"j'invite les lecteurs qui se laisseraient prendre au jeu de Warm à découvrir la liste des études montrant DANS LE MONDE ENTIER l'existence de l'optimum médiéval. "

Arrêter de toujours sortir ce site bidon. J'ai déjà fait la démonstration que c'est de la manipulation pure et simple. Du reste, personne ne nie l'existence d'un optimum médiéval, ce qui fait débat c'est que la fin du XXe siècle est globalement plus chaud. Et pour démontrer celà il faut faire des études multi-proxy (donc agréger les résultats) ET les "mettre à l'échelle" des mesures instrumentales récentes.

"et d'ailleurs, ils se sont brillament auto-disculpés". "

Forcément, quand on accuse les gens en essayant de faire dire ce qu'ils n'ont pas dit en citant hors contexte leur propos (qui de plus n'avait pas à être rendu public), c'est encore ces personnes les mieux placées pour replacer les choses dans leur contexte. Et comme je l'ai dit plus haut (et comme démontrer dans le texte que vous ne voulez pas lire), les scientifiques impliqués dans le "climategate" ont également entre leur mains de nombreuses preuves de leur innoncence. Mais vous n'avez pas l'air de connaître la présomption d'innocence, ni le droit à se défendre devant ses juges, M. Bénard.

vincent

@ Warm : vous sombrez.

Sur le plan du droit, je pense n'avoir aucune leçon à recevoir de vous. Quant au fait que je ne chercherai qu'à entendre qu'un seul côté, non vous vous foutez du monde ? Que ne cessez vous de faire ici depuis déjà un certain temps ? Vous m'accusez d'être de mauvaise foi: libre à vous. Vous êtes quant à vous dans le déni total de réalité. On pourra vous présenter 10 climate-gates et 100 passages alarmistes du GIEC issus d'études bidon du WWF, vous direz toujours: "par la brabe de Saint-Jouzel, Bénard, vous êtes de mauvaise foi, d'ailleurs, Pachauri lui même l'a dit, il est blanc comme neige".

Et, oui, après m'être fadé le rapport de la commission du parlement britannique, je ne vais pas perdre de temps à me taper le mémoire de défense du CRU. autre chose à foutre, vraiment.

"Juste sur des on dits" : non, je voudrais juste qu'on (et de préférence la justice) se penche sur ce qu'ILS ont dit, ou plutôt écrit, et sur ce que cela implique. "en dehors de leur comtexte" ; je vous envoie à l'étude SPPI "que vous ne voulez pas lire".

"ce site bidon" (CO2science.org ): qui ne cite lui même que des dizaines d'études bidons, je suppose ?

Il est vrai que vous n'aurez pas matériellement le temps de toutes les lire, je vous le concède ;-)

Ah, c'est vrai, rien à voir avec les vrais scientifiques si honnêtes et intelligents de Real Climate. Ce Michael Mann, une crème de la crème, pas le genre à utiliser des "trucs" pour "cacher un déclin".

"Forcément, quand on accuse les gens en essayant de faire dire ce qu'ils n'ont pas dit en citant hors contexte leur propos (qui de plus n'avait pas à être rendu public), c'est encore ces personnes les mieux placées pour replacer les choses dans leur contexte"

Ouais, je pense que c'est cette ligne de défense qu'aurait du essayer Richard Nixon lors de l'instruction du WaterGate... "Oh, mais nos petites magouilles bien innocentes sont sorties de leur contexte, et en plus, on aurait jamais du les rendre publiques". C'est vrai, quoi... Laissez la science faire de la politique en paix, messieurs les sceptiques !

-------

Warm

""ce site bidon" (CO2science.org ): qui ne cite lui même que des dizaines d'études bidons, je suppose ? "

Le problème est qu'il ne se contente pas de les citer, mais il les ré-interprète, tout en ne donnant que rarement les liens vers la publication originale.

Warm

"Oh, mais nos petites magouilles bien innocentes sont sorties de leur contexte, et en plus, on aurait jamais du les rendre publiques". C'est vrai, quoi... Laissez la science faire de la politique en paix, messieurs les sceptiques ! "

Mais quelles magouilles ? Toujours des affirmations gratuites sans apporter le début d'une preuve.

Stéphane

(pourquoi perdre son temps à discuter avec des trolls?)

Quant au déroulement suivant:

1 - La Terre se réchauffe
2 - Ce Réchauffement est inhabituel
3 - Ce Réchauffement inhabituel est dû essentiellement à nos rejets de CO2
4 - Ce Réchauffement inhabituel et anthropogénique a des conséquences catastrophiques pour l'avenir
5 - La meilleure politique pour lutter contre ces catastrophes futures est de lutter contre les rejets de CO2 dès à présent

Je rajouterai 6:
6 - La lutte contre les rejets de CO2 dès à présent passe, pour être efficace, uniquement par les taxes, les interdictions contraignantes et les redistributions organisées par les Etats et les élites qui les dirigent.

Le point 6 est éminemment contestable, cela va sans dire. Mais après les divers -gates sur à peu près tout ce qui sort du GIEC (ilôts urbains et consort), je crois que même le point 1 a du plomb dans l'aile.

Vadrouille

Très bon article, comme toujours.

Dans un soucis d'ergotage ignoble et pour protéger la si belle langue de Twain, je tiens juste à vous signaler de la plus mesquine des manières que "blanchir qqch" en anglais se dit : "to launder"

Laundered money and such...

P.S: merci de nous nourrir l'esprit.

laterjuju

@Vincent

Vous me faites bien marrer... il y a encore 1 mois, le RCA était mort, le GIEC ne se relèverait pas, et bla bla bla et bla bla bla...

Aujourd'hui que la justice a tranché, c'est la justice qui est corrompue... La théorie du complot n'a aucune limite... C'est même (pour parodier une replique bien connue et très appropriée) à cela qu'on la reconnait !!

Sérieusement, on aurait pu (du!) anticiper votre billet il y a bien longtemps, tellement la chute était prévisible...

Quand vous dites "Quant à la commission, c'est sur qu'en interviewant surtout pas les principaux scientifiques sceptiques", on se dit que vous auriez voulu voir le débat scientifique porté au Parlement... Ce n'était pas l'objet de l'enquete, et le Parlement n'a de toute façon aucune compétence pour trancher. Quand ensuite vous reprochez à la pétition des 400 de faire appel au pouvoir politique, on se dit que ce n'est pas la cohérence qui vous étouffe !! Surtout que cette interpretation de la pétition est fausse...

"45 000 milliards de marché potentiel ? Le lobby pétrolier peut aller se rhabiller." C'est la dure loi de l'économie de marché :-) C'est pas ça que vous défendez ??

Effectivement, le compte-rendu du parlement britannique est une bonne gifle au climato-scepticisme... Les giffles suivantes ne devraient pas tarder côté français, avec la mise en branle du débat académique...ET ... nouvelles toutes fraiches...

1. avec la ré-affirmation de soutien de l'AllENVI, regroupant l'ensemble des organismes de recherche français, à la science climatique

2. avec la saisie du comité d'éthique par le directeur du CNRS...

Voir ici:

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/04/all%C3%A8gre-la-direction-du-cnrs-soutient-les-climatologues.html

laterjuju

On espère vivement que Allegre va enfin apprendre le respect de ses pairs...

... ce qui bien sur... ne doit pas empêcher le débat SCIENTIFIQUE de se poursuivre... Mais sereinement, un peu plus à l'écart des medias, des politiques et de la blogosphère...

laterjuju

Des fois... je me demande si Allegre est pas une taupe en fait... Un faux climato-sceptique chargé de les décredibiliser...

Ah... ça y'est ! je suis contaminé par la théorie du complot :-)

N'empêche, on aura beau dire, il est drôlement efficace ! Avec un ami comme lui, les sceptiques n'ont plus besoin d'ennemis...

floyd

Une bonne nouvelle quand même, skyfal est de retour! :
http://skyfal.free.fr/

Tom Rude

Il suffit de lire l'abyssale pauvrete intellectuelle des justifications scientifiques d'un modelisateur du climat du LMD, Directeur de recherche se surcroit (et de surcout pour les contribuables), s'ebrouant sur le blog TV5 Climat pour savoir immediatement que la science en question est simplement mauvaise.
L'appel des 400 et la reaction empressee des lobbies francais demontre la collusion politique.
Un ex-ministre non chercheur et un chercheur seul rameutent le landerneau parce que l'opinion a tourne definitivement.

Alors oui, face a cette evidence et comme la democratie c'est la liberte de penser la meme chose que le voisin, le CO2 regit tout, je confesse et j'expie: je vais meme affreter un jet pour aller accueillir Jean Louis Etienne et me prosterner aux pieds d'un vrai scientifique du climat, dument mandate par le LSCE. Oui je vais afficher un portrait de Mme Masson-Delmotte dans ma Prius pour ma garantir des coups d'accelerateurs intempestifs et atteindre le nirbanah -je suis enrhume- sous ma calotte polartec.
Je vais relire les oeuvres completes de Jancovici et Huet, estampillees LIBE.LMD.CNRS.CO2., les seules qui puissent etre lues sans culpabilite.
Je vais en fin me defaire de cette habitude deplorable qui consiste a penser.
Merci Jean pour la lobotomie: ma vie est simple, je pete, je pollue, je paie.

Wladir

Ce sujet passionnant n “ est pas prêt de se calmer .
1) Il fut un temps où il fallait sauver les âmes , maintenant il faut sauver la terre . Les vieilles religions étant en perte de vitesse , le terrain est libre pour le retour à Gaia . Les aspirations vers le ciel déclinant on peut pousser les gens à se préoccuper du sort de la terre . Il y a aussi le règne de la raison (qui est du domaine corporel donc terrestre) qui veut s”imposer avec notamment le scientisme .
2) Comme certaines religions incitent à sacrifier le présent pour un futur dans l”au-delà , il s “agit pour sauver la terre de faire des sacrifices présents pour un futur dans un siècle .
3) Le dogme de l “ infaillibilité pontificale s “ impose aux «fidèles» , la doctrine est longuement exposée par les théologiens et les Pères de l “ Eglise . L “ individu ayant de la richesse de vie n “ ira pas se perdre dans les méandres de leurs constructions intellectuelles que les autorités cléricales disent spirituelles . Toujours , on fait croire à certains , «nous avons compris» , «vous n”avez encore rien compris , alors lisez tout ce que nous avons écrit .»
L”espèce humaine reprend les trucs classiques . Le GIEC et ses représentants représentent la théologie de Gaia .
4) Il a toujours fallu faire peur aux foules , les inquiéter pour leur faire accepter certaines solutions . Peur de l”hécatombe avec la grippe A pour un passé très récent . Quant au réchauffement de la planète , il est ridicule de s”inquiéter pour une si faible hausse des températures depuis les années 1900 . Quelle rigolade de s”inquiéter pour quelques petits degrés . J “ ai dit quelques , alors que ce serait moins de 1 degré .
5) Les politiciens qui sont si favorables à la thèse du réchauffement n “étaient pas du tout écolos il y a quelques années en arrière . Une telle volte face générale de la part d”individus si peu fiables est pour moi artificielle et dissimule d”autres enjeux .
6a) Ayant observé Eric Zemmour en face de ses contestataires , j”ai été sidéré par la bêtise des partisans du réchauffement .
6b) Quelqu”un m” a montré un article paru récemment dans le point . On prend vraiment le lecteur pour un sot . Un article avec un flou artistique incroyable . Une argumentation perfide où toute donnée sérieuse est évitée . Et on se limite à la personne de Allègre pour représenter les contestataires . Mais de qui se moque-t-on ? Dans une telle revue , aucune étude de plusieurs pages avec des représentants de chaque camp . Et que les réchauffistes arrêtent de mettre Allègre comme unique porte drapeau de la contestation .
6c) Parler de négationnisme à propos des contestataires est quelque chose de profondément choquant dont ne se sont pas privés certains . Quand ce genre d”argument apparait , on sent le malsain de l “ affaire .
7) Ces formidables politiciens veulent gérer le futur de l “environnement , alors qu”ils sont incapables de gérer les finances du présent . La bulle des dettes gonfle de manière aberrante et ils prétendent être préoccupés par notre futur avec la planète . Et puis quoi encore ?
8) Il y a toujours eu des complots . Et qui continuent . Il suffit de jeter un oeil vers les religions pour en être persuadé . La Bible est un livre dont le nom est bien connu . Les foules ne contestent pas les textes mais seulement les interprétations . Et pourtant l “ authenticité des textes est très contestable . Car dès le départ , les contestataires furent marginalisés comme hérétiques et les textes transformés selon les volontés de certains . Mais cela , la foule l”ignore encore . Complot millénaire .
La commission officielle sur le 11 septembre aurait affirmé que plus de 90% de la version officielle est fausse . Mais dans les médias français , rien sur le sujet ! Tiens , tiens !
Et dans le domaine scientifique , qui a lu Béchamp contre Pasteur ? Car dés le début la constestation existait mais elle a été vite étouffée . Et plus de 100 ans après , cela continue .
Ce qui marche si bien dans certains domaines marche aussi bien dans un autre domaine comme le réchauffement climatique .
9) Il ne faut croire que ce que l”on voit ! C”est un principe de base . Par suite , on pourra me dire que la terre se refroidit ou qu”elle se réchauffe , ce n”est que l”opinion d”autrui . Je ne connais pas les gens du GIEC . Des braves gens et des crapules , il y en a partout . Une auréole de scientifique ne prouve ni qu”il domine son sujet ni qu”il est sincère . Il ne faut jamais s”incliner devant l”opinion d”autrui . Les preuves d”autrui ne sont aucunement les vraies preuves auxquelles on doit se référer .
Chacun a une intuition . Il est évident que beaucoup de choses mettent très mal à l”aise dans cette histoire climatique . Les explications des réchauffistes cherchent à faire taire cette intuition qui se rebelle en voulant faire travailler le cerveau en le noyant dans leurs explications scientifiques . Des centaines de pages scientifiques écrites par des experts ne représentent des preuves que pour ceux qui acceptent ce genre de preuve . L”intuition utilise d”autres preuves .
10) Ils sont donc vraiment habiles , ces réchauffistes .

Mais savent-ils tous pour qui ils travaillent ? Parce que derrière les intérêts financiers et politiques , il y a encore d”autres intérêts . Pour ceux qui ne comprennent pas les sous-entendus , il y a les forces du bien et les forces du mal . Et ainsi on revient au 1) .

Warm

"Des centaines de pages scientifiques écrites par des experts ne représentent des preuves que pour ceux qui acceptent ce genre de preuve . L”intuition utilise d”autres preuves ."

Oui, vous avez raison. Tout le monde sait bien que la théorie de la gravitation est fausse. La preuve, les oiseaux volent !


Franck Boizard

Je suis un peu irrité par cette tendance à faire le débat pour ou contre le réchauffisme dans les commentaires : comme si la science pouvait être tranchée par des commentaires de mille ou deux mille mots.

Sans compter qu'un fil de commentaires est inadapté pour une autre raison : tout le monde peut y intervenir, or tout le monde n'est pas apte à dire quelque chose d'intelligent sur le sujet, la science n'est pas démocratique.

vincent

@ Franck : le format est ce qu'il est, la liberté d'accès n'y favorise pas toujours la sérénité, mais je ne puis en aucun cas vous suivre sur votre remarque.

C'est à peu près le même type d'argument que les réchauffistes nous servent pour nous demander avec l'amabilité qui les caractérise souvent de "fermer nos gueules".

Heureusement que les espaces de discussion encore libres sur Internet permettent de diffuser des informations que personne ne pourrait trouver autrement. Et si le débat est parfois musclé, il faut se réjouir qu'il ait lieu.

@ Floyd : Merci de l'info.

@ Vadrouille: merci pour cette précision. Mais comment traduiriez vous "whitewashing" ?

Jérômeb

1 - La Terre se réchauffe
Qui peut le contester aujourd'hui ?

2 - Ce Réchauffement est inhabituel
Ce point n'est pas non plus contestable.

3 - Ce Réchauffement inhabituel est dû essentiellement à nos rejets de CO2

Ce point ne fait guère de doute :
On sait que le CO2 est un puissant gaz à effet de serre. Son effet est connu et mesuré. On peut évaluer les quantités de CO2 rejetées dans l'atmosphère depuis le début de l'ère industrielle. On connait également la capacité d'absorption du CO2 des forêts... On sait mesurer la concentration de CO2 dans l'atmosphère... Même si des incertitudes existent, les différents modèles ne laissent guère de doute...

Ensuite, l'élévation de la température moyenne augmente l'évaporation à la surface des océans, donc la concentration en vapeur d'eau dans l'atmosphère, vapeur d'eau qui est également un gaz à effet de serre...

4 - Ce Réchauffement inhabituel et anthropogénique a des conséquences catastrophiques pour l'avenir

Ces conséquences sont déjà visibles : fontes des glaces, acidification des océans, disparition de nombreuses espèces animales et prolifération d'espèces nuisibles, multiplication des tempêtes et tsunamis, désertification...

5 - La meilleure politique pour lutter contre ces catastrophes futures est de lutter contre les rejets de CO2 dès à présent

On n'a guère le choix. Et c'est ce point qui donne des boutons aux libéraux (du moins à la majorité d'entre eux). En effet, diminuer les rejets de CO2 nécessite de faire appel à l'action des Etats, via la réglementation, la taxation et la bureaucratie, alors même que celles-ci sont déjà excessives et pénalisent l'activité économique.

Le vrai problème est là : Comment favoriser une diminution des émissions de CO2 sans voir le poids des taxes et réglementations augmenter de façon excessive ?

J'ajoute un 6ème point :
6 - Si les mesures destinées à réduires les émissions de CO2 (réglementation et taxation) ont un coût, celui-ci doit être comparé au coût des conséquences du réchauffement climatique (destruction de capacités productives suites aux inondations ou tempêtes, baisse des rendements agricoles, etc.). De plus le coût des mesures doit être relativisé : l'importance économique des industries émettrices de CO2 ne cesse de décroître...

Franck Boizard

Vincent,

Je ne vous demande pas de censurer. Mais ces débats, je les ai vus cent fois, croyez vous qu'ils aient fait changer d'avis un seul réchauffiste ?

Regardez les asséner leurs «on ne peut contester que ...» à propos de points tout à fait contestables.

Si vos longs articles, si les sites spécialisés, ne les ont pas fait douter, croyez vous que le débat dans les commentaires y arrivera ? Vous sous-estimez la puissance de l'aveuglement idéologique.

Peut-être convaincrez vous quelques passants, ça ne sera déjà pas si mal.

Mais enfin, il restera qu'à mes yeux, il y a un mensonge implicite dans ce genre de débat : celui qui consiste à laisser croire que la science est démocratique et que tous les avis s'y valent.

Non, tous les avis peuvent s'exprimer, mais tous ne se valent pas. Il ne s'agit pas d'argument d'autorité : la valeur d'un avis ne dépend pas de la position celui qui l'émet, mais de ses qualités propres : cohérence, logique, prise en compte des faits, etc ...

J'ai réglé le problème de manière un peu brutal : je refuse désormais le débat et je commence par renvoyer le contradicteur à des sites ou à des livres. Après seulement j'accepte de discuter.

Bon, mais vous connaissez mon coté fachisse.

Wladir

Pour reprendre ce que dit ci-dessus Boizard , rien ne fera changer d'avis les réchauffistes .
Pour d'autres dont je fais partie , certains ont beaucoup appris dans les débats . Et j 'ai beaucoup observé les méthodes des réchauffistes .
Les débats apportent beaucoup à ceux qui sont ouverts mais qui manquent d'informations , ils apprennent comment se défendre . Car il ne suffit pas de connaitre les critiques mais il faut aussi connaitre les méthodes de l'adversaire .
La plupart des gens que je croisent sont sceptiques mais cela est assz superficiel . Il faut dire qu'ils ont subi un refroidissement incontestable cet hiver qui a trop duré et ils souhaitent que cela se réchauffe .
Je connais aussi des gens sceptiques au départ qui ont changé de bord pour des raisons politiques partisanes .

vincent

@ Franck : il ne s'agit pas d'écrire pour le réchauffiste qui ne veut pas débattre, mais pour le lecteur neutre, qui lit les deux points de vue et qui pourrait se laisser prendre à certaines ficelles réchauffistes si on affecte de ne pas réagir.

@ Jérôme b. : je re-copie colle l'interview d'un certain Phil Jones, sceptique bien connu ;-)

"2 - Ce Réchauffement est inhabituel
Ce point n'est pas non plus contestable."

Phil Jones (à contrecoeur il est vrai) à la BBC :


* Que les réchauffements observés dans les périodes 1860-1880, 1910-1940, 1975-1998 et 1975-2009 ne sont pas - statistiquement - différents.

* Que le réchauffement mesuré depuis 1995 n'est pas statistiquement significatif


* Que l'Optimum Médiéval a, peut-être, finalement, existé ... enfin ... qu'il y a au moins débat.


* Que la question de l'éventuelle source naturelle du réchauffement observé dans la période 1975-1998 est extérieure à son domaine d'expertise.


c) Point 3 : "puissant gaz à effet de serre" : en admettant, je le répète, que l'effet de serre soit correctement modélisé, le principal GES et de très loin est la vapeur d'eau.

Tout petit problème avec le CO2 : les modèles du GIEC pour fonctionner ont besoin que le temps de persistance atmosphérique d'une mollécule de CO2 soit de 100 années. Seul problème, dès1997, 37 études indépendantes les unes des autres avaient conclu que cette durée était comprise entre 5 et 20 ans. Le GIEC non seulement n'en a pas tenu compte mais n'a jamais daigné expliquer pourquoi.

http://folk.uio.no/tomvs/esef/ESEF3VO2.htm

point 4 - Tous ces points sont sujet au mieux à des controverses sévères, que je me suis efforcé de résumé au mieux de mes très maigres compétences et de mes capacités pédagogiques que j'espère un peu meilleures.

Vous récitez le catéchisme du GIEC, c'est bien. Continuez, vous prendrez du galon.

Point 5 - Je vous renvoie au chapitre "RCA" du livre des éconoclastes "sexe, drogue, et économie", qui ne remettent pas en cause les points 1 à 4 (pas leur créneau) et qui en plus est plutôt drôle pour un livre d'éco.

Araucan

@vincent,

Le support du gouvernement UK actuel au RCA malgré un scepticisme très répandu dans la population, tient principalement au développement des marchés carbone, qu'il espère bien capter à Londres ....

Franck Boizard

Bon, alors si vous voulez vraiment débattre, il y a un argument imparable en l'état actuel des connaissances :

> aucune attribution du réchauffement à des causes humaines ne résulte d'observations directes. Toutes ces attributions proviennent de l'interprétation d'observations par le biais de modélisations numériques.

Or les modélisations numériques climatiques ont une valeur de preuve scientifique nulle, inexistante, zéro. Regardez la peine que la météorologie a avec ses modélisations numériques, alors même que les données et les phénomènes sont beaucoup mieux connus.

«Shit in, shit out» : avec des données et des équations si parcellaires, ce que sortent les modèles numériques climatiques n'est pas le produit objectif de la science mais le résultat des multiples ajustements et bidouillages des modélisateurs.

Nous sommes dans le fétichisme de l'ordinateur et de l'image (les modèles donnent de très jolies images), pas dans la science.

Le seul moyen de faire de la science avec des modèles numériques, c'est en préalable d'en tester la fiabilité, c'est-à-dire, en climatologie, de faire des prédictions et de les confronter à la réalité. Autrement dit, il est urgent d'attendre quelques décennies avant de faire confiance à ces modèles (même si on sait déjà que le «debriefing» des premières prédictions faites dans les années 1990 n'est, avec vingt ans de recul, pas bon du tout - rappelons que les quais de Seine à Paris, d'après ces prédictions, devraient être sous les eaux. Ce qui confirme bien l'idée que la science par modèles numériques, c'est de la junk science, de la science de merde).

Wladir

En lisant Boizard , je suis d'accord en gros . Il dit à sa manière des choses que je disais autrement .
Je parlais de scientisme et de religion dès mon 1) du message plus haut . Lui parle du "fétichisme de l'ordinateur et de l'image" . Je ne conteste pas du tout ce qu'il dit . J'approuve .
Il ne faut croire que ce que l'on voit , écrivais-je au 9) . Lui dit "de les confronter à la réalité" . Il a bien dit .

Et le débat doit aller au-delà des arguments de la physique et autres sciences mathématiques . Le message de base du débat au départ de la file le faisait notamment au niveau de l'argent et de la politique . Rappel du titre : "L'enterrement du Climate Gate permet de maintenir ouverte la grande chasse aux milliards verts"
Un des pièges tendus , c'est de faire croire que le principal débat est scientifique .
L'enjeu majeur n'est pas la planète elle-même comme on veut nous le faire croire .

Arkh

Deux petits détails.
En ce qui concerne l'histoire de la température globale qui n'est pas statistiquement significative : la question a été choisie car si on tape à partir de 94, cela devient statistiquement significatif. Et apparemment la climato joue avec des périodes de 25 ou 30 ans minimum donc sortir une période de 15 ne vaut rien.
Et "The Register" n'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler un média neutre en ce qui concerne la polémique sur le changement climatique.

Le reste de l'article, que du bon conflit d'intérêts bien croustillant (l'affaire GLOBE sortie par Bishop Hill, et surtout les embrouilles entre ONG en forêt).

A propos du format commentaires de blog pour le débat, il est vrai que l'utilisation de forums serait bien plus approprié (beaucoup plus d'outils et de liberté disponibles). Dans le genre, la discussion qu'on trouve ici : http://ourchangingclimate.wordpress.com/2010/03/01/global-average-temperature-increase-giss-hadcru-and-ncdc-compared/#comment-1343 est assez énorme, très instructive et conviendrait plus à du forum (surtout les aller-retours entre plusieurs blogs).

Franck Boizard

Wladir,

Vous avez raison.

Il faut des années pour former un scientifique. Et il faut encore des mois, voire des années à celui-ci pour maîtriser une problématique particulière. Alors, croyez vous que beaucoup soient disposés à cet effort ? Bien sûr que non.

Il ne viendrait à personne l'idée de s'improviser médecin, alors pourquoi certains font-ils mine de s'improviser climatologues ?

C'est qu'en réalité, la science, tout le monde s'en fout. Ce qui les intéresse, c'est de se servir du prétexte de la science pour nous imposer leurs lubies.

Sauver la planète, c'est bien. Mais si en plus ça permet d'empêcher ce gros con de voisin de rouler en 4x4, c'est mieux.

Jérômeb

@Frank Boizard
L'aveuglement idéologique est plutôt du côté des libéraux. C'est bien par idéologie que ceux-ci s'évertuent à nier le problème du réchauffement, puisque celui-ci peut légitimer une intervention de l'Etat. Nier un problème parce qu'il ne correspond pas à son schéma de pensée habituel, c'est la définition même de l'aveuglement idéologique.
Pour ma part, ma position n'est en aucun cas à mettre sur le compte d'un aveuglement idéologique, puisque je suis plutôt libéral. J'estime notamment que la majorité des interventions étatiques en matière économomique et sociale sont néfastes.
Mais être libéral ne signifie pas rejeter aveuglément toute forme d'action étatique. Celle-ci s'avère parfois nécessaire.
Ayant une certaine culture générale scientifique, j'ai commencé à m'intéresser au problème du réchauffement bien avant qu'il ne soit médiatisé. C'est pour cela que je suis convaincu du danger du réchauffement (et de son origine humaine) même si je ne partage pas les vues les plus alarmistes sur ce sujet.

En fait ce qui me gène ce n'est pas le fait que certains nient le problème, mais le fait de voir les libéraux se focaliser sur le problème climatique. Ce site en est un exemple. Les autres dossiers (crise financière, aménagement urbain), pourtant très intéressants sont noyés dans la masse des articles sur le Climate Gate. C'est très regrettable.

Wladir

Qui a fait du problème climatique un cheval de bataille ? Les gouvernements politiques ! Il est donc normal de réagir en conséquence .
Si le sujet devient une des priorités politiques , alors il est légitime de le combattre comme un des sujets prioritaires .
L'aménagement urbain est un sujet fort secondaire par les temps qui courent . La crise financière est un sujet bien plus important et la lutte contre un supposé réchauffement climatique est une très mauvaise solution pour la résoudre . Car certains politiciens veulent relancer l'économie avec des mesures liées à l'environnement qui pourraient être dramatiques sur un plan financier . Le climategate est évidemment lié à de gros sous . Les 2 sujets ont des liens évidents .

Donc les vrais libéraux trouvent très louable la présence de nombreux articles sur le climategate .

La subversion consiste dans un premier temps à démoraliser les gens . A leur faire perdre le sens des vraies valeurs et à les remplacer par d'autres .
A notre époque de décadence , cette volonté affichée de lutte contre le réchauffement en est un des indices .
La subversion communiste connaissait très bien les méthodes de subversion . Qui ne voit pas un courant communiste vert qui cherche à s'imposer ?

Franck Boizard

Jeromeb,

Où est l'aveuglement ? Je me le demande. L'idéologie (je persiste à l'appeler ainsi) réchauffiste repose sur un enchainement d'hypothèses très fragiles. Cela fait que l'enchainement lui-même n'a aucune valeur.

Sur cet enchainement, voir un dessin que j'ai repris sur mon blog :

http://fboizard.blogspot.com/2009/12/le-rechauffisme-en-images.html

Avec des enchainements du même type, je peux vous «prouver» que les Martiens existent.

A contrario, les sceptiques font des objections basées non pas sur des modélisations numériques mais sur des observations et des principes physiques.

Comme je n'aime pas refaire vingt fois le même débat (vous l'aviez compris), vous trouverez tout ce qu'il faut sur Pensée Unique :

http://www.pensee-unique.fr/

ou

dans le livre d'André Legendre intitulé : L'homme est-il responsable du réchauffement climatique ?

Maintenant, il convient de vous interroger sur le biais qui fait que vous avez si fort envie de croire au réchauffisme (croyez bien que, de mon coté, je me suis interrogé sur les biais qui contribuent à faire de moi un sceptique).

Il y a un premier biais, évident mais à mon sens trop simpliste : c'est sympa de s'afficher comme «sauveur de la planète».

Il me semble qu'il y a un biais plus profond, qui expliquait déjà le succès du marxisme. L'homme n'aime pas l'incertitude, il préfère une mauvaise explication à pas d'explication du tout.

Et quand on a une explication, on préfère que l'homme soit responsable, même en mal, car ça nous donne l'impression de maitriser notre destin.

Je pense que ces deux biais, très puissants, expliquent le réchauffisme.

http://fboizard.blogspot.com/search/label/réchauffisme

Vadrouille

@ Vincent

Ca serait Laundering... Pour vous et votre sujet nous dirions donc data laundering.

"He's been sentenced to four years for money laundering"
"Laundering dirty money"
"To launder cash"

and so on...

Warm

"Tout petit problème avec le CO2 : les modèles du GIEC pour fonctionner ont besoin que le temps de persistance atmosphérique d'une mollécule de CO2 soit de 100 années. Seul problème, dès1997, 37 études indépendantes les unes des autres avaient conclu que cette durée était comprise entre 5 et 20 ans. Le GIEC non seulement n'en a pas tenu compte mais n'a jamais daigné expliquer pourquoi. "

Non. Ce que vous dites c'est une tentative de jouer sur les mots.

Lisez le glossaire (lifetime) du rapport du GIEC:

http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/en/annex1sglossary-e-o.html

Il ne faut pas confondre le "turnover time" qui est effectivement d'environ 5ans, et le "adjustement time" qui est bien plus conséquent.

vincent

@ Warm: le paragraphe 9 de l'étude de Segalstad que je cite en lien adresse votre remarque, si je ne m'abuse. (vous voyez que je ne lis pas que les résumés)

http://folk.uio.no/tomvs/esef/ESEF3VO2.htm

Naturellement, Segalstad a pu faire une erreur, mais j'ai tout de même l'impression que question cycle du CO2, ce monsieur en connait un sacré rayon. Il est régulièrement invité à parler devant l'AGU et des institutions de cet accabit.

cf. sa page, au design très page perso des années 90 :
http://www.co2web.info/

J'ose espérer que vous ne me direz pas qu'il est normal qu'il soit sceptique puisqu'employé par l'université d'Oslo, et que la norvège, gros pays pétrolier... etc.... blabla.

Warm

L'étude de Segalstad ? Quelle étude ?? Le papier mis en lien n'est pas un article scientifique, il n'a pas été publié dans une revue à comité de lecture.

http://www.geocraft.com/WVFossils/Reference_Docs/Carbon_cycle_update_Segalstad.pdf

De plus c'est vraiment vieux comme référence... 1997 ! Décidément, faut vraiment aller chercher les fond de tiroir, hein ? Bientôt vous allez me citer Aristote ? ;-) ;-) ;-)

Le seul endroit où il a été publié c'est dans un "livre" de l'ESEF

http://en.wikipedia.org/wiki/European_Science_and_Environment_Forum

Ce document est un essai de propagande politique, qui n'a RIEN de scientifique. Lisez donc l'histoire de l'ESEF pour vous en convaincre:

http://www.sourcewatch.org/index.php?title=ESEF

Comme le monde est petit, les connections avec le GMI dont j'ai déjà eu l'occasion de parler est également avéré.

Donc, avez vous un article scientifique récent de Segalstad ? Si il "en connait un sacré rayon", on doit bien pouvoir lire ses théories si "innovante" dans Nature ou Science, non ?

Ah oui, j'oubliais, le complot scientifique, couvert par le complot politique qui empêche la publication de la vérité ! ;-) ;-) ;-)

Franck Boizard

Je suis en train de me rendre compte qu'il y a un fétichisme des revues à comité de lecture tout à fait intéressant.

Si je comprends bien, tout ce qui est publié en dehors de ces revues est douteux ou faux et tout ce qui est publié dans ces revues est vrai.

C'est ignorer un siècle de sociologie et de psychologie !

laterjuju

@Frank Boizard

Très bon exemple la sociologie et la psychologie...

Ce sont justement deux disciplines dans lesquelles tout et n'importe quoi a été écrit au cours du siècle dernier (eg: psychanalyse, sociobiologie...)et qui n'ont réellement rejoint la science -au sens de Popper- qu'assez récemment.

Voilà peut être pourquoi ces disciplines se sont elles aussi mises, assez récemment et avec un peu de retard sur les sciences dures, au système de peer-review...

Ca permettra peut être d'eviter à l'avenir que des gens comme Elisabeth Teissier se prétendent scientifiques... et ridiculisent l'ensemble des sociologues...

Le système de peer-review n'est pas parfait... Mais on a rien trouvé de mieux pour faire un pré tri entre la vraie science et le ramassis de conneries publiées par les scientifiques auto-proclamés et autres génies incompris (dont j'ai tendance à me méfier, au vu de leur nombre excessif par rapport à ceux que l'Histoire retiendra réellement).

Si vous avez mieux à proposer que la peer-review, on vous écoute... La "blog-review" n'est pas une réponse acceptée :-)) Même si elle semble très tendance de nos jours... où tout un chacun à son mot à dire sur tout...


Warm

"Si vous avez mieux à proposer que la peer-review, on vous écoute... La "blog-review" n'est pas une réponse acceptée :-)) Même si elle semble très tendance de nos jours... où tout un chacun à son mot à dire sur tout..."

En fait, il vient d'y avoir une sorte de "blog-review" géante. L'EPA (l'agence américaine de protection de l'environnement) vient de sortir un rapport sur le réchauffement climatique. Cette agence a ouvert aux internautes un droit à poser des questions et à se prononcer sur le sujet... 300'000 interventions (!) ont été traitées ! Le résultat est sans appel:

"the current and projected concentrations of the six key well-mixed greenhouse gases--carbon dioxide (CO2), methane (CH4), nitrous oxide (N2O), hydrofluorocarbons (HFCs), perfluorocarbons (PFCs), and sulfur hexafluoride (SF6)--in the atmosphere threaten the public health and welfare of current and future generations.”

Le rapport de l'EPA:

http://epa.gov/climatechange/endangerment/downloads/Endangerment%20TSD.pdf

Et le plus intéressant, les réponses aux interventions. Du lourd 11 volumes, 700 pages. Toutes les âneries des climato-sceptiques passées en revue. Y'en a qui ont du courage ;-).

http://epa.gov/climatechange/endangerment.html#comments


Franck Boizard

Laterjuju,

Je veux juste dire que le style «c'est dans une revue à comité de lecture donc c'est vrai» est excessif.

Je suis sûr que vous connaissez comme moi les quelques affaires récentes où des revues à comité de lecture ont publié des âneries.

La science n'est pas démocratique : c'est valable pour les comités de lecture comme pour le grand public.

C'est même pire : en science, il n'y a pas de vérité absolue. Il faut vivre avec l'incertitude que la vérité d'aujourd'hui peut être l'erreur de demain.

C'est selon moi ce qui fait le succès du réchauffisme que de prétendre lever cette incertitude («le débat est clos»). Malheureusement, c'est une escroquerie.

Alors, d'accord pour les revues à comité de lecture, mais sans en faire une garantie absolue de vérité.

Quant à la «blog review», c'est un hochet pour les imbéciles : comment d'une compilation de discussions du café du commerce sort-on de la science ?

Le seul avantage des blogs est de confronter des points de vue opposés, les compter ou les concaténer ne sert à rien.

Il faut s'y résoudre (je sais, je me répète, mais ça n'a pas l'air de rentrer dans les têtes) : la science n'est pas démocratique. Les procédures de la démocratie, les sondages, les micro-trottoirs, n'y ont absolument aucune valeur.

Pour prendre un exemple hors de la science, Stendhal était quasiment inconnu de son vivant, si vous aviez fait un sondage sur les meilleurs écrivains de son temps, il ne serait même pas apparu dans la liste. Aujourd'hui, inversement, tous les écrivains qui auraient été dans cette liste sont oubliés, pas Stendhal.

Le sondage et le vote à la majorité ne garantissent pas en tout (plutôt même en rien) le meilleur jugement.

Il y a des circonstances où il faut s'abstenir d'agglomérer et de compter les opinions, où l'opinion d'un seul peut valoir plus que l'opinion de la foule.

C'est-y clair ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique