« Banques américaines: encore des mauvaises nouvelles (refrain lancinant) | Accueil | Réchauffement Climatique: la science dénaturée par la politique »

mercredi 03 novembre 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

 ST

Et c'est à ce moment là que le nouveau congrès Républicain s'aperçoit qu'il a peut être "gagné" un peu "trop tôt" les élections ...

 ST

Pour info, Philippe Herlin de l'excellent blog la Dette de la France, a décelé dans les banques françaises, et notamment la Société Générale, les même techniques destinées à gonfler artificiellement les résultats en cette fin d'année :

http://ladettedelafrance.blogspot.com/2010/11/la-societe-generale-joue-avec-le-risque.html

La manip est simple pour ne pas dire simpliste : on avait pris des provisions pour couvrir les risques liés à la crise (un peu contraint et forcé). On en avait pris le moins possible (pour ne pas révéler qu'on est tout nu), et en tout cas pas assez (cf les fameux stress test). Et puis maintenant, on fait comme si finalement on en avait pris trop, qu'on avait surestimé le risque : on réduit ces provisions, et on gonfle d'autant les résultats.

Voyez vous, nos banques nous expliquent qu'elles ont été trop prévoyantes, trop frileuses.

Quand Vincent nous disait qu'on nage en plein délire collectif...

maurice b.

Vous n'ignorez pas que Ben Bernanke est surnommé "Copter man", tout simplement parce qu'il a donné "sa" solution pour sortir de l'ornière de la crise: Jeter des liasses de dollars à partir d'helicoptères, pour que les citoyens se remettent à consommer.
Vous avez compris le sens de cette image utilisée par le patron de la FED.
Doncpas de panique.
Ce ne sont pas quelques obscurs juges qui vont faire trèbucher l'économie US, même si certains d'entre-eux rêvent d'un pouvoir qu'il n'auont jamais.

 ST

@maurice b.

Il n'y que des débiles comme vous qui peuvent gober qu'on peu sauver une économie en faisant pleuvoir les billets de banques.

Le dernier sursaut de la Fed entrepris hier par Ben Bernanke est le plus sur moyen de conduire les Etats Unis vers la ruine. C'est probablement la plus grosse injection d'inflation jamais mise en oeuvre dans l'histoire. C'est le dernier shoot du drogué, celui qui provoque l'overdose. Je pense que Ben Bernanke devra un jour rendre de compte pour ce qu'il a fait.

Pour rappel : se remettre à consommer n'est pas la solution à cette crise, ç'en est la cause. Relancer la consommation par le crédit (ie planche à billet, ah non pardon, "Quantitative Easing") n'est pas le remède, c'est la maladie. Si avec ça la Fed ne flingue pas en 6-8 mois toute volonté d'investisseurs d'acheter de la dette publique américaine ...

> Ce ne sont pas quelques obscurs juges qui vont
> faire trèbucher l'économie US, même si certains
> d'entre-eux rêvent d'un pouvoir qu'il n'auont
> jamais.

C'est là que vous faites erreur : ils ont pour la plupart plus de pouvoir que vous ne l'imaginez. Ils sont pour nombre d'entre eux élus, et détiennent leur pouvoir du peuple. Ce ne sont pas des fonctionnaires affilié au Syndicat de la Magistrature. Ils détiennent tous le pouvoir de juger la loi au regard de la constitution et de l'invalider (et si leur décision peut être renversée, ce n'est que par un autre court de justice de rang supérieur, jamais par le pouvoir exécutif ou législatif). La seule façon pour le congrès de s'opposer à la décision de pouvoir judiciaire aux Etats Unis est de changer la constitution (amendement qui doit être ratifié par la totalité des 50 états).

On peut discuter de ce qu'ils ont fait de ce pouvoir depuis un siècle (de mon point de vue, pas que des bonnes choses), mais on ne peut pas remettre en cause le fait qu'ils l'ont. Rappelons également que les juges à la court suprême son inamovibles.

Alors je ne sais pas si "quelques obscurs juges" peuvent faire trébucher l'économie américaine. Il me semble plutôt qu'ils ont le pouvoir de la sauver.

vincent

@ Maurice b.

Rien à rajouter à la réponse de ST, mais juste à l'appui de son excellent argument, une fois n'est pas coutume une citation de... Joseph stiglitz:

http://www.dailyfinance.com/story/investing/joseph-stiglitz-corporate-crooks-to-jail/19684353/

"The legal system is supposed to be the codification of our norms and beliefs, things that we need to make our system work. If the legal system is seen as exploitative, then confidence in our whole system starts eroding."

"What should be done? I think we ought to go do what we did in the S&L [crisis] and actually put many of these guys in prison"

Stiglitz est à mon avis un macro-économiste très contestable mais un excellent analystes des rapports entre le droit et l'économie. Et le droit précède l'économie. Pas de respect du droit, pas de confiance.


maurice b.

>Stiglitz est à mon avis un macro-économiste très >contestable

Ah Ah la bonne blague, on s'en serait douté, vu que ses analyses sont aux antipodes des vôtres.

>"...and actually put many of these guys in prison"
Le tout est de savoir QUI doit être mis en prison.
Et là-dessus personne n'est d'accord pour désigner les responsables.

Alf

@ Troll Maurice b

Si Stiglitz n'était pas une girouette on lui accorderait un peu de crédit.

S'il n'avait pas tout fait pour cacher qu'en 2002, mandaté par Fannie Mae and Freddie Mac (face aux demandes d'enquêtes financières de John McCain) il avait conclu à l'absence complète de risque systémique, on pourrait presque le prendre pour un économiste.

http://www.pierrelemieux.org/stiglitzrisk.pdf

Conclusion
This analysis shows that, based on historical data, the probability of a shock as severe as embodied in the riskbased capital standard is substantially **less than one in 500,000** – and may be smaller than one in three million.20 Given the low probability of the stress test shock
occurring, and assuming that Fannie Mae and Freddie
Mac hold sufficient capital to withstand that shock, the exposure of the government to the risk that the GSEs will become insolvent appears quite low.


Notez aussi qu'un des coauteur de l'article Peter O à été conseilleur, entre autre de la banque centrale islandaise et de l'Etat de Californie, les deux états les plus en faillite de la planète.

Director, Competition Policy Associates, Inc. (Washington, DC); May 2003–January 2007;
Senior Director, Sebago Associates, Inc. (Washington, DC), March 2002–January 2007;
President, August 1998–February 2002. Clients included the World Bank, Nordic Council of
Ministers, Governor of California, Central Bank of Iceland, Government of Trinidad and
Tobago, National Collegiate Athletic Association, and businesses ranging from small
companies to the Fortune 500 corporations.


Bref s'il n'avait pas été là on aurait peut être limité la crise dans des proportions considérables.

vincent

@ Maurice b.
">"...and actually put many of these guys in prison"
Le tout est de savoir QUI doit être mis en prison.
Et là-dessus personne n'est d'accord pour désigner les responsables."

C'est justement pour cela que des procureurs, des magistrats instructeurs et des juges sont requis dans ce genre d'affaire: pour démêler l'échevau des responsabilités.

Quant à Stiglitz, vous ne pouvez pas me taxer d'incohérence à son égard. En 2003, j'approuvais son analyse des causes de la dureté des transitions vers le capitalisme dans les pays de l'est. ça s'appelait "le mystère du capital", un des tous premiers articles de ce blog.

http://www.objectifliberte.fr/2003/04/le-mystre-du-ca.html

Sinon, l'anecdote citée par ALF est également évoquée ici:
http://www.objectifliberte.fr/2008/10/stiglitz-embras.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique