« Débat Radio : JM Bélouve vs. Oxfam, "faut il créer un fonds vert à Cancun ?" | Accueil | Cancun, débat radio sur le fond vert, Bélouve vs. Oxfam »

lundi 06 décembre 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean-Michel Bélouve

La lecture des informations tirées des fichiers Wikileaks est fort intéressante et instructive, car elle nous fait découvrir des aspects méconnus de la diplomatie, et apporte des confirmations de ce que nous subodorions du jeu des gouvernants et des nations. Les révélations de crimes de guerre et d'exactions commises au cours des conflits sont extrêmement salutaires.

Je n'ai trouvé nulle part d'indiscrétions concernant des plans ou des opérations militaires, ce qui semble dédouaner le site des accusations d'espionnage. Quand aux allégations de complicité de vols de documents, elles restent à démontrer. Si les informateurs ont librement informé le site, c'est à eux de répondre de leurs actes s'ils sont découverts, mais Wikileaks ne fait que faire du journalisme, en diffusant la réalité,et en protégeant ses sources. Bien entendu, il en irait autrement au cas où Wikileaks serait convaincu d'avoir recherché la complicité d'informateurs personnellement identifiés, et on pourrait alors parler d'espionnage.

Jean-Michel Bélouve

Après avoir posté le précédent commentaire, je prends connaissance de cet article du Figaro:
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/12/06/97001-20101206FILWWW00341-wikileaks-devoile-les-sites-tres-sensibles.php

Wikileaks publie une liste de sites sensibles à protéger contre les attaques terroristes. Là, par contre, l'auteur du site est répréhensible, car on est très directement dans le domaine du secret défense. En publiant cette liste, en effet, Wikileaks donne des indications précises aux terroristes sur de très nombreux sites insuffisamment protégés.

brennec

Je ne pense pas que les secrets des services du même nom passent par les cables diplomatiques dont la confidentialité est a un niveau assez bas. S'il devait s'avérer qu'est mise en danger la vie d'un agent, la responsabilité serait partagée entre wikileaks et le service en question indiscutablement coupable de négligence. Quand a la liste des points sensibles, je ne crois pas que cela soit secret. En france, par exemple, on a la liste des établissements classés 'seveso' et il me semble qu'elle est publique.

p.a

Je parierais bien sur la publication de documents de Countrywide, puis sa mise en faillite par Bank of America, comme évoqué dans un de vos précédents articles.L'ex CEO de Countrywide, Angelo Mozilo a déjà accepté de payer 67 millions de dollars suite à ses différends avec la SEC,on verra s'il y a des suites.

FreesoulHV

Excellent article, félicitation pour une analyse précise.

Juste une précision concernant la publication par négligence d'informations potentiellement dangereuse pour des individus (agents), Wikileaks avait quand même proposé avant la publication des premiers cables au "state department" la possibilité de modérer les cables avant publications pour eviter ce genre de problème..la réponse fut du genre "nous ne traitons pas avec les terroristes".

Lettre de wikileak :http://www.google.com/url?sa=t&source=web&cd=1&sqi=2&ved=0CBgQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.foreignpolicy.com%2Ffiles%2Ffp_uploaded_documents%2F101129_plugin-Letter-to-US-Ambassador-from-Julian-Assange-26-November-2010.pdf&rct=j&q=assange%20letter%20to%20us%20ambassador&ei=SGr7TNfHLoi4vgPR06TMCg&usg=AFQjCNEOVzmHcPcvPMaPsH_OwPF9OTD_Lg&cad=rja

Site qui mentionne la réponse : http://forum.davidson.edu/trackingmadison/2010/11/28/us-warns-wikileaks-assange-on-possible-leak/

JB7756

Je préfère des abus de la presse à l’inverse.

Quand on voit un président que-nous-ne-citerons-pas traiter des journalistes de pédophiles (franchement comment peut on tomber à ce niveau ?), on se dit qu’il y a de la graine de Poutine qui n’attends que ça pour grandir. Il ne faut pas se laisser intimider.

En attendant il n’y a rien de transcendant pour l’instant dans les révélations de wikileaks : pas de complots extraterrestres, pas de preuves que le FBI a assassiné Kennedy…

JB7756

« On pourrait ajouter qu'un gouvernement que je ne citerai pas »

Tiens et pourquoi on ne le cite pas ? Autocensure ? Peur d’être cambriolé ? D’avoir des contrôles fiscaux, des procès ? Et oui Vincent, la peur est déjà là…

Pierre de La Coste

Félicitations pour cette belle analyse, nuancée, modérée et débouchant sur une vision réaliste de l'avenir. Les Etats, toujours garants de l'intérêt général, doivent trouver des modes de collaboration avec des services comme WikiLeaks et non chercher à les détruire! Bref, ils doivent s'adapter à ce nouveau monde, ce qui prendra un peu de temps semble-t-il...
Ce papier mérite d'être largement diffusé. Il doit contribuer à une prise de conscience et au débat dans l'opinion. Je ne dis pas cela pour te faire plaisir, Vincent, tu sais que l'on n'est pas toujours d'accord, notamment quand il s'agit des US. Mais cette fois, chapeau!

vincent

@ FreesoulHV: excellente contribution qui montre que la démarche d'Assange est nettement moins "cavalière" et "irresponsable" que certains ont bien voulu le dire. Merci.

Je copie colle le texte du courrier de WL au département d'état (via l'ambassadeur des USA en UK):

Dear Ambassador Susman,

I refer to recent public statements by United States Government officials expressing concern
about the possible publication by WikiLeaks and other media organisations of information
allegedly derived from United States Government records. I understand that the United States
Government has recently devoted substantial resources to examination of these records over
many months.

Subject to the general objective of ensuring maximum disclosure of information in the public
interest, WikiLeaks would be grateful for the United States Government to privately nominate
any specific instances (record numbers or names) where it considers the publication of
information would put individual persons at significant risk of harm that has not already been
addressed.

WikiLeaks will respect the confidentiality of advice provided by the United States Government
and is prepared to consider any such submissions made without delay.

Yours sincerely,

Julian Assange

----

vincent

@ Pierre: tu as toute lattitude pour diffuser où se présenteront des opportunités. Merci pour le compliment.

@JB: pensez donc si je tremble: je suis surveillé par Maurice b.

@p.a.: il semble que juridiquement, B.o.A aura bcp de mal a mettre en faillite sa filiale sans être éclaboussée. Querelle d'experts du droit des faillites aux USA, dans laquelle je ne puis rentrer...

Franck Boizard

Pour une fois, Vincent, je suis en total désaccord avec vous.

http://fboizard.blogspot.com/2010/12/wikileaks-des-journalistes-pareils-je.html

vincent

@ Franck : j'avais vu ça. Un débat s'impose ;-)

 ST

@Franck et Vincent

Et moi je suis d'accord avec l'analyse des deux.

Je pense comme Vincent que WikiLeaks est légitime dans sa publication. Comme le dit Ron Paul, "truth is treason in the empire of lies". Je suis horrifié par les déclarations de Besson qui invoque la violation des droits fondamentaux des Etats (moi qui croyait bêtement que c'étaient les individus qui avaient des droits fondamentaux, et que les Etats étaient des constructions sociales pour protéger ces droits individuels). Je suis mortifié par les déclaration de Baroin selon qui une société transparente est une société totalitaire (oubliant que la société totalitaire c'est la transparence au niveau des citoyens et le secret au niveau de l'Etat, quand une société libre c'est l'inverse : la transparence des institutions publiques et le respect de la vie privée du citoyen).

Mais je suis d'accord avec Franck Boizard sur le fait que les journalistes exploitent cette masse d'information comme des journaux people. En faisant remonter les petites histoires sans intérêts des coulisses, les avis personnels sur la personnalité privée de tel ou tel, etc. ils propulsent sur la place publique des non-dits que notre mode de relation sociale a besoin de conserver comme tels. C'est à dire non exprimé publiquement. Et ils font cela pour rien, car aucune des informations qu'on a pu y lire n'aurait pu ou n'avait déjà été livrée par une analyse des faits publics. Et là je fais une différence entre wikileaks, qui diffuse une info brute, et les organes de presse, qui vont choisir l'information qu'ils vont faire remonter, sélectionner et analyser. Quelque part, s'il existe un site de fuite sur lequel on trouve rapporté tel propos privé de tel chef d'Etat, ca reste du non-dit. Dès lors que c'est repris en une de tous les quotidiens de la planète, la nature de l'impact change. Si cette information changeait la donne sur le fond, si elle apportait la preuve d'un complot, d'un manquement, d'un mensonge politique ou autre, pourquoi pas. Mais si elle n'apporte aucune information de fond nouvelle, c'est du même niveau journalistique que Voici ou Gala.

Exactement comme lorsque le Canard Enchainé livre les petites phrases en off des politiques, je ne trouve pas que ce soit très classe ni intéressant. Tandis que lorsqu'ils sortent des documents qui mettent en lumière des manquements graves de telle ou telle personnalité publique, ils font un travail remarquable et utile.

Maintenant, pour conclure, je dirais surtout que les fuites de Wikileaks m'indiffèrent passablement.
Je ne crois pas que les plus gros scandales soient aujourd'hui dans les papiers secrets de telle ou telle administration. Ils ont lieu au vu et su de tous, et avec l'assentiment de la majorité. Les plus gros scandales de notre époque sont largement plus dévoilés dans les posts d'un Objectif Liberté que sur Wikileak. Si les journalistes du Monde, de Libération ou du Figaro voulaient bien se pencher dessus, ils y trouveraient une matière inépuisable à gros titres à scandale. Le scandale est tout autour de nous. Et il est tout autant dans le silence complice des faiseurs d'opinion, et dans leur incapacité à conceptualiser la nature du scandale, tant leur perte de repère culturel libéral est profonde.

vincent

Euh, ST

"Les plus gros scandales de notre époque sont largement plus dévoilés dans les posts d'un Objectif Liberté que sur Wikileaks" - Merci, mais tout de même, tu surestimes mes mérites...

Le climategate, même si ce n'était pas "wikileaks", ce sont bien les fuites "à la WL" qui l'ont révélé, pas moi. Les bloggueurs ne sont que des caisses de résonnance. Le MersGate (précuseur du foreclosuregate) est sorti par le NY Times, et mes mentions en Français à l'époque n'ont eu AUCUN écho.

Quand au prochain release sur Bank of America (enfin, non, "une grande banque")... On verra ce qu'il y a dedans, mais si je ne pense pas qu'il y aura "révélations", il y aura certainement des "confirmations" très gênantes qui rendront très difficile un "enterrement" judiciaire de l'affaire. Bref, même si la pépite est rare dans la botte de déchets, la pépite existe. après tout, la révélation de l'hypocrisie de l'administration Obama avant copenhague, même si c'était subodoré, je trouve ça assez intéressant.

Je ne crois pas, contrairement à Franck, que la révélation de l'attitude "off" de l'Arabie Saoudite sur l'Iran soit un vrai problème. Les gouvernements le savaient déjà, quant aux populations, elles ont un accès tellement manipulé à l'information que, bof bof...

Je voudrais un wikileaks des notes de la cellule fiscale de Bercy, des tractations secrètes entre le gouvernement et le lobby du renouvelable, du Karachigate, etc... Allo, le canard 2.0 ?

 ST

@vincent

Certes. Mais le plus gros scandale dans le réchauffement climatique, n'est pas la tricherie de certains scientifiques. Le plus gros scandale est dans le projet politique qui vise à contraindre la croissance mondiale.

De même le plus gros scandale dans la crise financière que nous affrontons n'est pas dans les agissement irrégulier et scandaleux de telle ou telle banque : il est dans la fuite en avant des Etats Providence, le mépris croissant du système pour la propriété privée, l'immoralité du système monétaire et ses conséquences.

Alors certes, je suis pour pourchasser la fraude partout où elle se produit. Aucun problème, je serais même toujours en tête de cortège. J'étais contre l'élection de Sarkozy parce qu'il avait tricher sur ses impôts et magouiller pour son appartement. Ca aurait suffit à m’empêcher de voter pour lui. Mais j'étais surtout contre les politiques qu'il prônait, et celles qu'il ne prônait pas mais que je devinais qu'elles seraient les siennes.

Quand je dis que les vrais scandales sont dans ObLib, je veux parler des articles sur les retraites, sur les dérives de l'endettement des Etats, sur le système monétaire, sur la politique foncière ... Le scandale aujourd'hui est moins dans la révélation d'un fait caché, que dans la lecture et l'analyse d'un fait public qui ne fait broncher personne. Comme l'avait prédit Hayek, nous ne sommes pas menacé par un totalitarisme en botte de cuir, mais par une servitude pervasive. La manifestation de ce totalitarisme aux Etats Unis n'est pas dans des cellules de police secrète qui exécuteraient des opposants en silence. Elle est dans chaque aéroport où les citoyens sont déshabillés électroniquement par des employés du TSA serviles et inconscient de participer à l'un des plus larges attentats contre les libertés civiles jamais commis dans ce pays depuis l'abolition de l'esclavage. Bon, je digresse.

En résumé, je n'ai rien contre Wikileak. Je suis plutôt content quand je vois que ca fait grincer des dents chez les politiciens qui nous dirigent. Mais je ne crois pas que c'est de là que viendra notre salut.

Jean-Michel Bélouve

Les British ont mis en prison Assange, et vont examiner la possibilité de l'extrader vers la Suède pour un motif qui ne constitue même pas un délit dans la loi du Royaume Uni. Simultanément, tous les comptes en banque d'Assange sont cloturés sous des prétextes divers.Les grands médias ne s'émeuvent pas de ces anomalies, et même ne cachent pas leur satisfaction.

Voila comment on traite maintenant la liberté d'information : par l'arbitraire. Le pouvoir politique et la banque s'allient, tandis que les médias de la pensée unique soutiennent des procédures qui attentent à leur liberté d'expression. Petit à petit, la toile du totalitarisme se tisse.

Alf

Excellente analyse, brillante même, rien à rajouter.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique