« Oui, il faut permettre à Bricorama, et à tous les autres, d'ouvrir le dimanche | Accueil | Spirale de la dette: peut-on croire les prévisions du gouvernement ? »

lundi 12 novembre 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

richard

je ne vois pas pourquoi on devrait tolérer le travail au noir dans les transports, tandis que les travailleurs ou les commerçants d'autres branches seraient soumis à l'impôt, à la TVA et aux cotisations sociales.

De plus, l'article ne dit pas un mot, bien entendu, de ce qui pourra se passer, si un de ces "travailleurs libéraux" qui transportent des passagers d'une ville à l'autre, moyennant paiement en espèces de la main à la main, a un accident occasionnant des victimes dans son véhicule.
Les victimes transportés n'auront alors que leurs yeux pour pleurer ?
Les liberaux sont en fait des gens extrèmement imprévoyants.

Vincent

@ Richard: d'ou la proposition de libéraliser les entreprises de transport pour remettre tout ces gens aujourd'hui au black dans la légalité. Je croyais avoir été clair...

Vincent

je précise : "libéraliser le droit de créer une entreprise de transport" (et donc de payer les gentils zimpôts qui vont avec)

ST

@richard

Quand l'Etat interdit de fournir un service pour lequel les gens sont prêts à payer (un service avec une demande en face, un service qui n'est pas rendu correctement, ou pas rendu du tout, par les sociétés à qui on a indûment confié le monopole du secteur), comment s'étonner qu'une offre illégale se mette en place. Mais cette offre n'est pas illégale par nature, elle est illégale parce que l'Etat a décrété qu'elle devait l'être.

Ce qui vous choque c'est que des gens travaillent dans l'illégalité. Ce qui nous choque c'est que des gens soient obligés d'être dans l'illégalité pour travailler. Ce qui nous choque c'est que dans un pays ou plus d'un travailleur sur dix est au chômage, l'Etat continue à édicter des règles qui rendent illégale le fait de travailler (dans des secteurs, ou à un certain prix par exemple comme avec les salaires minimaux).

Sinon pour en revenir à l'article, je connaissais bien Megabus aux US, mais je n'avais pas vu qu'ils avaient traversé l'atlantique et desservait Paris (Londres, Bruxelles et Amsterdam). Leur modèle de pricing est comme beaucoup de low cost, d'afficher des prix planchers pour les premiers billets écoulés sur chaque trajet, et de relever les prix au fur et à mesure du remplissage du car : du coup, si vous réservez 3 mois à l'avance, vous pouvez faire un aller retour Paris-Londres pour 6€ tout compris. Et une partie de leur flotte de bus est équipée Wifi. Quand aux Dollar Vans New Yorkais, ce furent les derniers transports collectifs à circuler avant le passage de l'ouragan Sandy, quand les transports en commun réguliers étaient fermés par la municipalité, et les premiers à recirculer après le passage de l'ouragan.

François

Richard, le " travail au noir" consiste à ne pas payer les charges sociales. Mais si celles ci étaient comprises dans le salaire versé au salarié en le laissant libre d'en faire ce que bon lui semble, le "travail au noir" n'existerait plus, sans contrôle ni répression (double économie)...Pour info, c'est un peu le système Suisse. Et les résultats montrent que cela marche plutôt bien...
D'autre part, votre charge sur "l'imprévoyance des libéraux" méconnaît un aspect fondamental du libéralisme: La RESPONSABILITE. C'est à dire que dans un système libéral, on répond et on assume, au niveau INDIVIDUEL, les conséquences positives ou négatives de ses actes, choix et manquements. Évidement, pour les tenants de l'étatisme et de l'économie administrée, c'est du chinois...

richard

@françois
"Richard, le " travail au noir" consiste à ne pas payer les charges sociales. "
Je suppose, mon cher François, que vous avez lu la première page du quotidien "Le Parisien" de ce mardi qui est consacré aux 300 000 salariés des pays de l'Est qui travaillent régulièrement depuis 2010 sur le sol français sans verser un seul euro de cotisation dans les caisses qui devront financer, votre retraite plus tard.
je rappellerais que sur ce blog on a toujours appelé avec insistance, à ouvrir en grand les vannes aux travailleurs de ces pays .
Donc ne venez pas vous plaindre si dans 20 ans,(et si l'état n'intervient pas comme vous le demandez) les caisses se retrouve quasi vides et incapables de payer ce qu'elles vous doivent.
Les polonais les roumains les serbo-croates et autres, ils pourront rigoler du bon coup de main .

François

Je crois, Richard, que vous ne m'avez pas bien lu. Vous restez prisonnier du concept soviétique de l'état qui subvient (de moins en moins) à vos besoins en vous ayant, pour ce faire, confisqué plus de 40% (et de plus en plus) à la source de ce que vous avez gagné. (+ ensuite une bonne partie de ce qui vous reste). Je prétends simplement qu'en laissant aux salariés ces 40%, en les laissant libres d'en faire ce qu'ils veulent ( et par exemple de l'investir eux même pour leur retraite et leur protection sociale), non seulement les salariés seraient mieux servis (voir la Suisse) mais votre plombier Polonais ne ferait plus de tort à personne et qu'il n'y aurait plus besoin de chercher les fraudeurs...Que d'économies! Que de simplifications!

Robert Marchenoir

"Je rappellerais que sur ce blog on a toujours appelé avec insistance, à ouvrir en grand les vannes aux travailleurs de ces pays."

Vous devez vous tromper de blog. Dans quels articles Objectif Liberté a-t-il appelé à l'immigration de masse ?

Robert Marchenoir

"Donc ne venez pas vous plaindre si dans 20 ans, (et si l'état n'intervient pas comme vous le demandez) les caisses se retrouve quasi vides."

Mais les caisses sont déjà vides. Elles le sont depuis 35 ans. Elles sont vides parce que l'Etat dépense sans compter.

C'est pour cela que les gens font venir des plombiers polonais. Parce qu'à force de payer des impôts, ils n'ont plus d'argent pour payer des plombiers français.

Cassez les pattes à l'Etat, mutilez-le, empêchez-le de nuire, et vous rendrez immédiatement aux Français le fruit de leur travail. Alors ils pourront payer les plombiers français.

richard

@ françois , @robert marchenoir

les caisses ne sont pas vides . Ne noircissez pas, à dessein, la situation pour réclamer le changement du système
Pour mon compte personnel cela fait déjà 6 ans que je ne cotise plus car je perçois une retraite globale de 3500 euros par mois (retraite secu + retraite cadres) Je n'ai pas l'impression de m'être fait entuber par le système, ni de vivre actuellement en parasite sur le dos des actifs
Je ne me suis d'ailleurs jamais posé, tout au long de ma carrière, la question de récuperer mes cotisations pour les gérer moi-même et je n'ai d'ailleurs jamais eu ce genre de discussions avec les centaines de collègues que j'ai cotoyé dans les entreprises.
je crois que vous faites preuve d'un excés de suspicion à l'egard de la protection sociale

Mateo

C'est vraiment désolant de voir que même avec un texte expliquant les choses très simplement, sur un sujet pas très compliqué qui plus est, les gens (enfin, certains) n'arrivent tout de même pas à comprendre son sens... L'Ed Nat fait vraiment des ravages!
Alors imaginez lorsqu'il s'agit d'un sujet un peu moins compliqué!
Bref c'est décourageant. Rien que pour ça, chapeau aux personnes comme Vincent Bénard qui malgré tout continuent leur travail pédagogique!
Bref...

@ richard

Ceux de ma génération (les trentenaires) payent votre retraite "généreuse" (par rapport aux autres) alors que nous n'aurons droit à que dalle (vu le rapport actifs/inactifs qu'il y aura quand nous prendrons notre retraite).

D'autre part, sur le travail du Français moyen qui gagne 1500€ net par mois (salaire médian en gros), sont ponctionnés pas moins de... 15000€ par an pour la sécu!!! Oui quinze mille. Imaginez l'assurance santé et l'assurance retraite qu'il pourrait se payer si on lui laissait son salaire complet.

Au lieu de ça, il se tape la sécu monopolistique (laisser les gens libres de choisir eux-même leur assurance santé ou retraite? Mais vous n'y pensez pas ma bonne dame!) avec ses remboursements de plus en plus risibles, ses pensions de retraite généralement faméliques etc.

Richard, vu votre retraite, vous deviez bien gagner votre vie (ou alors vous étiez dans la fonction publique). Imaginons qu'au cours de votre carrière vous ayez gagné en moyenne 3000€ (actuels) net par mois pendant 40 ans, et supposons que les charges étaient pendant ces 40 ans plus ou moins les mêmes qu’aujourd’hui. Et bien dans ce cas, pas moins de 1,2 millions d'euros (actuels) sur votre travail ont été prélevés pour la sécu!
Imaginez maintenant que l'état vous ait laissé ces 1,2 millions d'euros. Vous croyez franchement que vous n'auriez pas eu une meilleure assurance santé, et une meilleure assurance retraite que celles dont vous bénéficiez?

Mateo

"les caisses ne sont pas vides . Ne noircissez pas, à dessein, la situation pour réclamer le changement du système"

Vous plaisantez? Y'a pas comme un "léger" problème de surendettement de l'état français? Qu'il n'arrive pas à combler depuis presque 40 ans?
Alors que les prélèvements sont déjà quasiment au maximum du supportable pour l'économie? On détient le record mondial du taux de prélèvements (ou pas loin), hors régimes communistes.

Réveillez vous!

Mateo

"je n'ai d'ailleurs jamais eu ce genre de discussions avec les centaines de collègues que j'ai cotoyé dans les entreprises."

Mais personne ne sait réellement le montant annuel qui est prélevé sur son travail!

Et c'est voulu. Ça commence en donnant l'illusion qu'il y a des charges "patronales" ("payées par le patron") et des charges "salariales". Alors qu'évidemment c'est une distinction totalement virtuelle. Les charges pourraient être 100% "patronales" et 0% "salariales" ou l'inverse que ça ne changerait rien ni pour l'employeur ni pour l'employé.

L'employeur vous embauche car il pense que la richesse que votre travail va créer est supérieure à ce que ça lui COÛTE, et pas à votre salaire brut ou net ou que sais-je. Votre salaire brut ou votre salaire net n'a pour ainsi dire aucune importance pour l'employeur, et don, que la différence entre le salaire net et le salaire complet (ce que l'entreprise débourse pour votre travail) soit appelée charges "patronales" ou "salariales" n'a aucune importance.

Bref, pas grand monde ne se plaint car pas grand monde ne réalise combien il verse chaque année à la sécu.

Ah, et puis demandez à un artisan par exemple, ce qu'il pense du rapport entre ce qu'il verse à l'URSSaf et ce qu'il obtient en retour... Pour rigoler.

Mateo

@ Vincent

Mon premier commentaire a disparu. Evidemment, c'était le plus intéressant, ou tout du moins le moins inintéressant.

richard

" Mais personne ne sait réellement le montant annuel qui est prélevé sur son travail!"
oui, c'est la raison pour laquelle comme je vous l'expliquait tout au long de ma carrière, je n'ai jamais vu, parmi les salariés,ce problème abordé de manière aussi véhémente. Tandis que la préoccupation était davantage de vérifier si l'entreprise comptabilisait bien le paiement des primes et heures supplémentaires.

xavier

Pour en revenir au sujet de l'article, C'est parfaitement illustré par les propositions Delanoé de restriction de Circulation. je suis allé manifester Lundi avec les motards devant l'Hotel de Villle (nous étions un peu seuls, bien encadrés par les CRS!). Un des commentaires entendu d'un des Co-Manifestant : "Les politiques, maintenant, ils ne savent que taxer et interdire: plus aucune proposition !" Si les taxis collectifs ou similaires étaient plus facilement disponibles, notamment le soir ou en banlieue, les gens auraient moins le besoin de prendre leur voiture, d'où moins de pollution... Dans ce domaine, le succès apparemment rencontre par la société "Les Voitures Jaunes" est symptomatique. Mes parents les prennent maintenant quand ils arrivent à la gare d'Austerlitz (et leur évite 45mn d'attente pour un taxi) et on commence à les commander au boulot : l'article sur Rue89 est pas mal : http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/10/18/les-voitures-jaunes-concurrence-frontale-aux-taxis-paris-236250

Bob

Voir Uber, un service du même type, mais plus abouti (application smartphone avec suivi en direct des "taxis" par géolocalisation, tarification en fonction de l'offre et de la demande, etc) qui a l'air de bien marcher (mis à part la guerre avec les lobbies de taxi locaux, bien sûr).

https://www.uber.com:443/

Pour ma part j'ai depuis longtemps abandonné les transports Communistes, et j'utilise le moyen de transport libéral ultime : le vélo.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Tout savoir sur le Foreclosure Gate

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique

blogroll