« Un peu de poésie, en ces temps difficiles marqués par le réchauffement climatique | Accueil | Mariage annulé, une hystérie collective »

lundi 02 juin 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mateo

Encore une fois, un article qui vise juste, clair, concis, convaincant.

Vincent président! D'AL, du PLD ou pourquoi pas de la République! ;)

Pour revenir à l'article, et plus particulièrement à sa dernière partie, je me suis fait la même réflexion: j'espère que la gauche socialiste française ne fera pas comme les démocrates américains qui ont repris à leur compte et galvaudé le terme "libéral" après l'avoir rejeté, décrié et… galvaudé (mais pas dans le même sens).

En tout cas, tout cela me rappelle le roman d'Orwell où le sens des mots est modifié par la puissance médiatique fin de définir ce que l'on doit ou ne doit pas penser. Le détournement par les gauchistes puis repris par l'ensemble des médias des mots "libéral", "libéralisme" en est le parfait exemple.

michel

Cette mise au point est excellente, et je souhaiterais qu'elle se diffuse très largement au dela de l'audience de votre blog. Entre socialisme, même édulcoré à la sauce socio-démocrate, et libéralisme, il y a une incompatibilité fondamentale, et les contorsions de M. Delanoe pour attirer de nouveaux électeurs centristes sans se faire exclure par ses copains socialistes en sont l'illustration: vous le démontrez fort bien.

Robert Marchenoir

Je suggère que les libéraux n'insistent pas sur cette fameuse distinction entre le laissez-faire et le laisser-faire, qui me paraît aussi byzantine que branlante dans ses fondements grammaticaux.

C'est un argument qui risque de faire plouf auprès de la plupart, à l'exception des convaincus.

Mieux vaut mettre en avant, me semble-t-il, le substrat de cette distinction, fort bien expliqué dans ce passage du post de Vincent:

"Le libéralisme n'est pas l'absence de régulation,il est une philosophie différente et simple de la régulation, fondée sur la sanction sans faiblesse des atteintes aux droits naturels d'autrui, et de ces atteintes là uniquement, par des tribunaux jugeant en toute indépendance, cette sanction devant constituer une dissuasion nécessaire et suffisante des comportements dangereux ou malhonnêtes."

A l'heure où professeurs, journalistes et chefs d'entreprise ne maîtrisent plus ni l'orthographe ni la grammaire -- et s'en vantent, baser un raisonnement politique fondamental sur la différence entre un z et un r risque d'être perçu, à l'extérieur du cercle libéral, comme un jeu de mots, une escroquerie intellectuelle.

castagnette

Encore une avalanche de mots d'un prêcheur d'extrême-droite.Pitoyable.

vincent

D'habitude, il est conseillé de virer les commentaires trollesques.

Mais je ne puis laisser passer l'allusion du courageux anonyme "castagnette", IP 90.50.42.33, sans réagir. Plutôt que de donner à cette personne l'occasion de se plaindre d'être censurée, je vais profiter de l'occasion pour me défouler un peu. C'est mon blog, oui ou merde ?

Il y aura toujours des sombrissimes crétins pour tenter d'assimiler un discours qu'ils n'aiment pas à l'extrême droite, l'extrême connerie, ou que sais-je encore. Certains essaieront de le faire avec un minimum de finesse.

M. ou Mme Castagnette, courageusement drapé(e) d'un salutaire anonymat, ne se donne pas cette peine et, sans doute bercé(e) des doux chants de l'anti-libéralisme primaire que les cercles besanceniens se refilent de bouche à oreille, se contente de traiter de "prêcheur d'extrême droite" une personne dont, visiblement, elle n'apprécie pas l'opinion.

Sache, castaniais, que je défendrai bec et ongle, en tant que libéral, ton inaliénable droit à la connerie. Donc, vas y, lâche toi, si ça te donne un fugace sentiment de supériorité, assimile nous à des fachos, montre que tu es un vrai citoyen engagé dans la lutte contre le monde ultra libéral injuste qui nous entoure, masturbe toi en même temps si tu te sens mieux.

Mais, dans un élan de charité à l'égard de plus pitoyable que moi, laisse moi t'apprendre un ou deux trucs:

Hitler était socialiste. National socialiste, certes, mais socialiste tout de même. Il a entre autres nationalisé toute l'industrie lourde allemande. Mussolini ? il fut membre du PS italien jusqu'en 1912, avant de se faire jeter, trop autoritaire, nationaliste...

Bref, ceux que tu appelles l'extrême droite sont d'abord et avant tout des ultra-étatistes, ultra-autoritaires, qui niaient le libre abitre des individus. bref, des socialistes, juste un chouia moins collectivistes que les communistes, mais tout aussi autoritaires.

Que tu nous insultes passe encore, mais que tu fasses à ce point étalage, en seulement 12 mots (sûr qu'avec ta cervelle, on ne risque pas l'avalanche), d'un tel niveau d'inculture et de bêtise, en tentant une dérisoire tentative de réductio ab hitlerum des libéraux, fait honte à l'espèce humaine.

Sache, dramatique troll, que tu dois aux libéraux la déclaration des droits de l'homme, qui garantit, entre autres, ton droit à la connerie, je veux dire ta liberté d'expression. Tu leurs dois, si tu es français, le droit de grève, l'existence des syndicats, et la plupart des forces vives qui abolirent l'esclavage.

Alors, anonyme de mes deux, la prochaine fois que tu voudras de trainer les libéraux dans la boue, essaie au moins de faire preuve d'une once d'intelligence, si cela t'est possible.

JLL

Mort de rire comme castagnette s'est fait démonter par Vicent.
Nan plus sérieusement castagnette, si tu veux faire une critique, fais en sorte qu'elle soit constructive si déjà ok ?

Chaos Theory

Bonsoir Vincent,
Je me suis permis de reprendre certain passage sur mon blog... et de vous mettre en conclusion d'ailleurs de l'article en question.
Cordialement.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique