« Brèves | Accueil | Ebauche d'une loi de formation des bulles immobilières »

mardi 16 décembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

adalbert

Comme disait un copain américain : maintenant, ce n'est plus de l'or qu'il faut acheter, c'est des munitions !

adalbert

Comme disait un copain américain : maintenant, ce n'est plus de l'or qu'il faut acheter, c'est des munitions !

adalbert

Franck Boizard a bien raison de signaler ça :
http://www.jpchevallier.com/article-25828150.html

Vincent, quel est votre avis ?

ST

@adalbert : je reposte ici le commentaire que je viens de faire sur le thread plus ancien ou Frank Boizard a posté le lien vers l'article de Chevallier.

Article très intéressant en effet. Ceci dit il n'est pas en désaccord total. Il confirme comme on l'a dit qu'il y a une ruée des capitaux sur les bons du Trésors à court ou tres court terme pour des raisons conjoncturelles. Il apporte la précision tres intéressante que la cause des non souscription récentes proviendrait plus du manque de tresorerie des grosses banques européennes qui font le pont entre les émissions de bons du trésors et les marchés de capitaux. Et il abonde dans le sens de pas mal de chose lue récemment qui indiquent que la situation réelle des grosses banques européennes est aussi mauvaise que celles des géants américains. Il rejoint les déclaration d'un Jim Rogers qui pense que l'essentiel des plus grosses banques US sont virtuellement en faillite et que les injections de capitaux dont elles ont bénéficiées sont un outrage pour le reste des institutions financières saines (http://www.reuters.com/article/InvestmentOutlook09/idUSTRE4BA5CO20081211). Et il confirme ce qu'on peut lire sur le financial times sur le risque majeur que certains grands établissements bancaires européens font courir aux économies nationales de part leur taille démesurée : http://ftalphaville.ft.com/blog/2008/11/12/18122/spot-of-swiss/

En substance, il pourrait bien se passer la meme chose qu'en Islande ou la chute de deux banques dont les actifs dépassaient de beaucoup le PIB du pays. Ainsi les actifs cumulés d'UBS et du Credit Suisse sont 6 à 7 fois plus gros que le PIB de la Suisse. Si vraiment il se confirme que la situation de ces banques est nettement moins rose qu'annoncée, on pourrait passer du Too big to Fail (trop grosse pour risquer de les laisser tomber) au Too big to Save (trop grosse pour être capable de les sauver).

Tout ceci est fort intéressant, et ne remet pas en cause la santé financière des Etats qui est loin d'être reluisante, même si l'article de Chevallier écarte une corrélation entre ce qu'on peut voir sur le marché des capitaux et des bons du trésor et la solvabilité des Etats. A court terme et dans un marché ou tout le reste s'effondre, ca peut faire sens. A moyen ou long terme, c'est deja une autre histoire.

Pour moi, l'indice le plus frappant du problème de solvabilité de la France (pour ne parler que d'elle), c'est l'analyse du plan de relance Sarkozy que j'attendais nettement plus dispendieux. Si on enlève toutes les dépenses prévues mais seulement avancées (remboursement anticipé de credit d'impot, reduction des délais de paiement etc ...), il ne reste plus grand chose comme nouvelle dépense franche. Comme je ne crois pas à la frugalité de nos dirigeant quand il s'agit de "relancer", j'opte plus sur l'incapacité à faire plus. Si on ajoute cela au retrait anticipé de la réforme du lycée face à 3 clampins dans les rues, on a vraiment l'impression que le gouvernement sait des choses qu'il ne dit pas.

ST

@vincent : pour ce qui est de la Californie, on a un concentré de tout ce qu'il ne fallait pas faire. C'est d'abord un des Etats américain le plus touché par la bulle immobilière. Pendant toute la période ascendente, tout le monde a pris cela pour un enrichissement considérable de la Californie. L'Etat de Californie a alors agit comme les ménages qui s'endettaient encore plus sur l'augmentation théorique de la valeur de leur maison. La Californie est un des Etats les plus dépensiers en matière sociale, alors même qu'il est le plus touché par l'immigration clandestine. Les syndicats de la fonction publique de Californie sont très puissants et les dépenses de personnels comme les engagements pour la santé et la retraite n'ont rien à envier à l'Europe. On ajoute à cela des lois qui empêchent le développement d'une économie de production d'énergie locale et qui rend la californie dangereusement dépendante de ses voisins en alimentation électrique (le même genre d'hypocrisie qui fait bloquer en allemagne le développement du nucléaire mais qui rend les allemands dépendant de l'alimentation en electricité nucléraire francaise). La Californie a vécu au dessus de ses moyens pendant des années et va maintenant en payer le prix.

jb7756a

@ST :
« Si on ajoute cela au retrait anticipé de la réforme du lycée face à 3 clampins dans les rues, on a vraiment l'impression que le gouvernement sait des choses qu'il ne dit pas. »

C’est tout à fait exact. Je pense que les politiques sont dans l’ensemble bien conseillé. Simplement après il faut faire des choix entre différents avis en pensant aussi à se faire réélire (ou à maintenir ses soutiens quand on est en dictature). Les annonces ne coïncident pas toujours avec les choix réels qui restent plus ou moins secrets.

N’oublions pas que Euro oblige, l’usage de la planche à billet est désormais quasi interdit en France, du moins sans l’accord des autres membres.

vincent

@ Adalbert et Franck:

Ce qui me gêne chez JP Chevallier, c'est que lorsque il est écrit quelque part que "l'Allemagne a eu du mal à fourguer une obligation", alors il en déduit que "Tous les spécialistes en la matière en ont conclu panurgiquement qu’il n’y avait plus assez d’argent dans le monde pour financer les gigantesques plans de relance en Europe et même aux États-Unis."


Je n'ai moi même pas lu de gens prétendant qu'il n'y avait plus assez de capitaux POUR prêter aux états, mais qu'il risquait de ne plus y avoir assez de capitaux QUI VEULENT BIEN se prêter aux états. Pas tout à fait pareil, pas vrai ?

les panurgiques ont simplement déduit de l'aventure allemande que le contexte actuel rendait les emprunts d'état (et plus généralement publics) moins désirables, et que si l'allemagne avait du mal à faire souscrire à ses émissions, alors des états moins sérieux pouvaient avoir de sérieuses craintes sur le fait de trouver des prêteurs.

Et mon Dieu, je crois que les problèmes de la Californie, des collectivités US (les bons des municipalités US, qui jusqu'ici se négociaient sous les bons du trésor, du fait de leur défiscalisation, se négocient aujourd'hui avec un spread de 2% !), voire des Pays bas et de l'Autriche, ne donnent pas tout à fait tort aux panurgéens.

Je maintiens mon pronostic: si l'Allemagne intéresse moins les prêteurs, alors il y aura de la casse l'an prochain ou en 2010 chez les états moins solides. (ça a commencé cette année: Islande, Hongrie, Equateur... d'accord, c'est loin, c'est des petits pays, mais tout de même...)

(si je me trompe, tant mieux).

ST

@vincent : je m'etais fait la meme reflexion sur la réflexion sur la disponibilité des capitaux.

Je rajouterai, ne connaissant pas JP Chevallier jusqu'à hier, que son dernier post sur son site me laisse pantois (http://www.jpchevallier.com/article-25871093-6.html). A moins que ce ne soit de l'ironie, mais je n'ai pas l'impression, il conclut que baisser les taux directeurs à presque rien est un coup de génie et ajoute : "La reprise s’annonce forte sur d’excellents fondamentaux".

Ce remède est a peu de chose prêt la politique exacte qui a alimenté la bulle qui vient d'éclater et une des causes principales de problèmes que nous avons aujourd'hui : la cause, pas la solution. Cette solution n'a t-elle pas en outre été tentée par le Japon il y a vingt ans et a conduit à deux décennie de croissance nulle et de déflation ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique