« Aix en Provence, 7 avril : conférence sur la crise du logement, la vidéo | Accueil | Brèves : impressions de Seattle »

vendredi 24 avril 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

 Mr_Zlu

C'est dingue ça, mais j'ai l'impression que l'état d'esprit "socialisant" se retrouve partout dans le subconscient des gens : on trouve que toute cette prise en charge par l'état des aspects de notre vie comme normale et acceptable.

"Plus de liberté ? plus de compétition ? ah mais non, c'est mal ! et il y a même des études qui montrent que c'est nuisible ! Les riches ? ah mais ce sont eux les méchants et ne font que de magouiller ensembles ! les pauvres ? ah mais il faut les aider inconditionnellement ! mais par contre, il faut baisser les taxes et relancer la consommation."

Je me répète sûrement mais tous ces préjugés et raccourcis intellectuels sont vraiment difficilement supportables. Toute cette béatitude étatique et égalitaire m'écoeure !

Malgré le bon sens de tes écrits, je crains qu'ils ne trouveront pas l'attention qu'ils méritent, pour le moment du moins.


Par contre, pour en revenir à ton article, un des arguments avancés par les détracteurs de l'étalement urbain est la question des transports individuels. Tu l'as sûrement deviné : pollution, réserves de pétrole et diverses ressources qui s'épuisent, réchauffement extrêêêêêême climatique etc... qu'as-tu à répondre à cela ?


A l'instar de l'économie, peut-être que l'état d'esprit politique marche aussi par cycle ? peut-être que l'on est retourné dans l'ère du "Quelque-chose Socialisme" ?

Mateo

@ Mr_Zlu

Comme l'explique Vincent dans son livre et sur son blog, la lutte contre "l'étalement urbain" provoque… l'hyper étalement urbain, qu'il appelle "étoilement urbain".
Le mécanisme est simple: la planification causant la raréfaction de l'offre (qui ne peut plus s'adapter à la demande), les prix dans les "suburbs", c'est-à-dire les zones situées en périphérie des villes, deviennent trop élevés pour de nombreux foyers, qui sont donc obligés d'aller s'installer plus loin. D'où l'hyper étalement urbain.

ST

Obama me fait penser à Sarkozy : une campagne avec des promesses tout azimuts, et son lot de discours contradictoires en fonction de l'auditoire. Une agitation maladive suivi de très peu d'effets concrets et encore moins de réformes profondes. L'idée que chaque problème a sa solution étatique et nécessite sa propre loi et sa taxe associée spécifique. Et en réalité, c'est "more of the same", toujours plus d'Etat, aucun vrais changement tendentiel au delà des discours, et une incroyable capacité à créer de l'image jusqu'à la limite de l'écoeurement : dernier exemple en date, l'annonce d'un effort d'économies à hauteur de 100 millions de $ pour l'administration fédérale, histoire de montrer l'exemple et de faire passer l'idée d'un gouvernement frugal ... et ce juste après avoir fait voter des dépenses historiques financées par le déficit et la dette qui se chiffrent en milliers de milliards de $ ...

L'Heritage Fondation s'est "amusé" à mettre graphiquement en perspective les économies réclamées au regard des dépenses annoncées :

http://blog.heritage.org/2009/04/20/obamas-spending-vs-obamas-spending-cuts-in-pictures/

C'est édifiant.

Le commentaire du professeur de Harvard est tout aussi éloquent : c'est équivalent à un ménage qui prévoit de dépenser 100 000$ dans l'année, mais auquel il manquerait 34 000 $ de revenus pour financer ces dépenses (34 000 $ qui devront être dépensées à crédit). Le ménage envisagerait alors de réduire la dépense totale en faisant des économies de fonctionnement d'un montant total de .... 3$. En signe de bonne volonté. En témoignage de son soucis de ne pas trop voir les dettes du ménage s'alourdir.

Annoncer 100 millions de $ d'économies alors qu'on prévoit des dépenses nouvelles en milliers de milliards, c'est se foutre ouvertement de la gueule des contribuables et des électeurs.

Mateo

@ Vincent

Une fois n'est pas coutume, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi: le principal pilier de la bulle, c'est le système de banque centrale et de réserves fractionnaires, créant surabondance de monnaie fiduciaire et de crédit, source véritables des malinvestissements et donc de la crise.

Martin Masse vient de publier un excellent article à ce sujet: http://www.leblogueduql.org/2009/04/le-capitalisme-estil-une-fatalité.html

Après bien sûr, tous ces flux de (fausse) monnaie et de (faux) crédit ont été dirigés par les pouvoirs publics vers l'immobilier et les marchés financiers, pour les raisons que tu as maintes et maintes fois répétées ici…

vincent

@ Zlu:

"pollution, réserves de pétrole et diverses ressources qui s'épuisent" :

outre les arguments de Mateo, parfaitement valides,

La pollution automobile a été très fortement réduite ces 40 dernières années, comme tous les rapports sur la qualité de l'air dans les grandes villes l'attestent, ce que vous ne lirez jamais dans la presse mainstream. Et il n'y a aucune raison que ça s'arrête.

"ressources qui s'épuisent" : outre que j'émets des doutes sur cet épuisement, plus le prix des ressources augmentera, plus l'amélioration des solutions de substitution sera désirable... Je maintiens mon pronostic d'un pétrole éliminé des transports terrestres entre 2030 et 2050, et d'une consommation par unité mobile divisée par 2 d'ici 2015. D'ores et déjà, des découvertes de laboratoire promettent une amélioration rapide de la propulsion hybride et électrique. Les moteurs à compression variable (sortie 2012-2015) promettent un rapport puissance consommation à charge partielle tout à fait imbattable, idéal pour de l'hybride ou le moteur à explosion ne fournit que la puissance d'appoint.

D'une façon générale, les interventions publiques visant à favoriser le changement technologique, pour improductives qu'elles soient, fonctionnent moins mal que celles visant à "changer nos comportements". Au moment de donner un os à ronger à l'étatiste qui sommmeille en chaque politicard français, il faut y penser...

"changement climatique": voir rubrique "environnement" de ce blog

@ Mateo, intervention 2 : j'y reviendrai. Mais lorsque je dis "l'autre [pilier] étant un dérèglement du marché du crédit par l'état US", on peut y inclure l'injection de fausse monnaie par la FED, non ?

quant à savoir quel pilier est le plus important, c'est discutable, mais ne comptez pas sur moi pour rentrer ce soir dans le débat "qui a le pilier le plus gros" ;-)) !!

Mateo

@ Vincent

OK, je pensais que tu parlais de toutes les réglementations strictement liées à la finance.

Cependant, il faut bien faire la différence entre la monnaie créée directement par les banques centrales et la monnaie créée par les banques privées par l'intermédiaire du système de réserves fractionnaires.

mica

"La pollution automobile a été très fortement réduite ces 40 dernières années, comme tous les rapports sur la qualité de l'air dans les grandes villes l'attestent, ce que vous ne lirez jamais dans la presse mainstream. Et il n'y a aucune raison que ça s'arrête. "
Amen Vincent!! pour travailler pour des ecolo-facho dans la qualité de l'air, je peux te dire que tout les jours on doit se battre pour arriver à dire la vérité sur le sujet!!! et la plupart du temps c'est notre chère ministre qui décide du pourquoi et du comment (cfr les particules par ex.) et le travaille de dizaine de chercheurs s'en trouvent bafoué!
Si tu as le courage voici un site d'une association qui se vente d'être une source d'inspiration des politiques bruxelloise (vous l'aurez compris, je suis de Belgique...), a pleurer du début jusqu'a la fin. Ils ont même déclaré que Bruxelles avait la qualité de l'air la pire de toute les villes d'Europe. Et comme personne ne sait vérifier, ça fait super bien dans les journaux... et le tour est joué!
Voila le lien:
http://www.arau.org/

 Mr_Zlu

Merci à tout pour vos réponses !

Je lirai le livre dès que j'aurais plus de temps.


@Mica
Bah ! que veux-tu ? ils ont la morale et le bon droit avec eux. Ne t'avises même pas de d'aller contre leur avis ou tu serais brandi comme un immonde néo-fasciste/capitaliste/profiteur, à brûler sur la place publique.

jb7756

Le réchauffement climatique, l’étalement urbain, la pollution, tous cela est utilisé par les politiques pour masquer la crise énergétique.

C’est un fait : les réserves pétrolières facile d’accès sont sur le déclin, d’ou un prix de la ressource sans cesse croissante. Parallèlement les besoins augmentent car les chinois et les indiens se mettent à consommer. Si ils consommaient comme nous, la consommation de pétrole triplerait ce qui est impossible.
Les technologies de substitution actuellement sur le marché sont totalement incapable de répondre à une telle hausse de consommation. Faire du pétrole avec du charbon est possible mais c’est beaucoup plus cher. Il faudrait une révolution technologique du genre « fusion nucléaire bon marché » pour remplacer efficacement le pétrole.

Si je suis un politique il y a trois attitudes possible :

- Je crois dans le progrès (http://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique ) et donc il y a rien à faire de particulier, ça viendra tout seul. Mais quel homme politique peut tenir un tel discours ? Les gens comprendrait cela comme : C’est la famine ? Bon attentez encore un peu, du pain va tomber du ciel.

- J’essaye de garder le maximum de ressources pour moi en bloquant le développement des autres pays, en mettant la main sur les pays exportateurs de ressources naturels voir en anéantissant mes concurrents y compris par les armes. Le risque de guerres catastrophiques que comporte cette option le rend difficile à envisager. Et puis de toutes façons cela ne fait que repousser l’échéance. On peut voir la guerre en Irak comme une bonne illustration de cette stratégie.

- Je prépare mon pays et le monde à l’austérité avec la technologie actuelle. On va dire que c’est l’option raisonnable, conservatrice. Avec l’idée que sans préparation le prix de l’énergie va se mettre à croître brutalement en provoquant une crise aussi brutale que catastrophique.

Toutefois je suis convaincu que si une « fusion nucléaire bon marché » ou quelques choses d’équivalent arrive, on cessera la plupart de ces interventions. Les écolos purs et durs ne sont finalement que très minoritaire.

floyd

La crise a parfois du bon : Obama est pour le développement du nucléaire, du forage offshore, et ne semble plus intéressé par le cap et trade:
http://www.technologyreview.com/energy/24427/?a=f

Cela me bien sourire quand je pense qu'au début, tout le monde voyait Obama comme le nouveau messie vert, avec des millions d'emplois verts à la clé. Mais en fin de compte la réalité se rappelle toujours à nous!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique