« Désordres sur les marchés agricoles: les coupables sont les états | Accueil | P. de Casanove: Frédéric Bastiat, l'économiste qui aimait l'homme »

lundi 31 janvier 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sylvain JUTTEAU

@ Vincent BENARD

Bonjour,

Les travaux du hongrois François Miskolczi montrent que l'augmentation d'un gaz à effet de serre diminue l'humidité relative (les différences d'humidité dans l'atmosphère contribuent à l'effet de serre).

Du fait de ce mécanisme, l'effet de serre s'est auto-régulé et a atteint sa limite. L'effet de serre est saturé.

Ces travaux permettent d'affirmer qu'il y a d'autres sources au réchauffement climatique que l'activité humaine génératrice de CO2.

Voilà en anglais, sa publication :

http://www.met.hu/idojaras/IDOJARAS_vol111_No1_01.pdf

Le réchauffement lui-même n'est pas contesté par François Miskolczi, qui rejoint en ce sens le consensus des scientifiques.

La Hongrie produisant déjà un paquet de Prix Nobel au kilomètre carré, ce monsieur est à surveiller de près.

Bien cordialement.

vincent

A noter qu'un résumé en français des travaux de Miclokzy est disponible chez Jacques Duran:
http://pensee-unique.fr/effetdeserre.html#miskolczi

On y apprend entre autres que Miscolkzi a démissionné de la NASA parce que celle ci a refusé de publier ses travaux, de peur de se voir privée de financements importantes.

Jean-Michel Bélouve

La thèse de Ferenc Miskolczi est interessante à plus d'un titre. La pertinence de sa référence à la loi de Kirchhof est contestée par certains scientifiques (je n'ai pas les compétences pour prendre position à ce sujet). par contre, une donnée d'observation constitue un indice favorable à ses conclusions: lors du réchauffement global constaté de 1980 à 1998, l'humidité spécifique de l'atmosphère n'a cessé de diminuer, compensant ainsi l'effet de serre induit par l'augmentation de CO2 de la période.

Lire à ce sujet mon article publié par Objectif Liberté le 23 juillet 2009:
http://www.objectifliberte.fr/2009/07/rechauffement-climatique-co2-non-responsable.html

Olivier

Je vais faire un peu de hors-sujet, mais je crois que cela avait été évoqué par Vincent à un ou deux reprises : la fabrication de pétrole.
TF1 en a fait un reportage hier soir : http://videos.tf1.fr/jt-20h/transformer-du-co2-en-petrole-c-est-pour-bientot-6250489.html

vincent

@olivier
effectivement,

http://www.objectifliberte.fr/2009/07/vers-le-petrole-infini.html

Qqch me dit qu'après la révolution internet, nous sommes à l'aube de grandes révolutions énergétiques. C'est purement instinctif, notez bien.

Jean-Michel Bélouve

Le lien que propose vincent concerne une installation française située au Vigeant, dans le Poitou, et qui produit du diester à partir de micro-algues depuis juin 2009. Ce qui est remarquable dans cette unité, c'est qu'elle comporte une centrale électrique qui utilise comme combustible la biomasse constituée de déchets agricoles et domestiques du département, qu'elle capte les gaz que cette centrale rejette pour en tirer le CO2 qui va engraisser les algues.

Dans la video de TF1, j'ai particulièrement noté la production annuelle de 230000 barils de carburant sur une superficie de 40 hectares, soit 5740 barils/ha, alors que des champs de tournesol destinés à la filière diester produisent 12 barils d'huile à l'hectare. Et les 3 tonnes d'oméga 3, bien entendu, valorisent considérablement la production.

Des unités telles que celles du Vigeant ne demandent pas d'investissements considérables. La technologie est assez simple, et d'ailleurs, cela fait longtemps qu'on cultive les micro-algues, des spirulines,en vue d'en tirer des compléments alimentaires longtemps en vogue dans les magasins de diététique. Il est donc envisageable que des kyrielles de PME, comme la filiale de Séché Environnement au Vigeant, se lancent dans cette production qui ne demande qu'une usine fournissant le CO2 et de la chaleur à proximité.

Les recherches actuelles visent à améliorer le rendement en huile des algues (40% du poids actuellement)en modifiant leur génome. Outre la France et l'Espagne, cette technologie est pratiquée aux USA et en Israel qui ont été les deux premiers pays à la mettre en oeuvre.

Jean-Michel Bélouve

J'ai fait quelques recherches sur la société Biofuel Systems et son fondateur Bernard Stroazzio Mougin (voir video TF1, lien proposé par Olivier). Les rendements en biofuel annoncés me paraissaient invraisemblables, des dizaines de fois ceux publiés pour d'autres producteurs en pointe dans la technologie de algofuels.

Ces recherches me conduisent, pour des raisons que je ne souhaite pas diffuser, à mettre un gros point d'interrogation sur ce projet industriel. L'affaire ne serait pas aussi mirobolante qu'annoncé, et pas très claire non plus.

Ceci ne concerne pas la Société du Vigeant, du groupe Séché, qui finalement fabrique de l'éthanol à partir de ses algues, avec le rendement honorable de 7,5 tonnes/hectare.

Le biofuel à partir de micro-algues a certainement de l'avenir, mais il y a encore besoin de beaucoup de travail de développement.

vincent

Tiens, le site de la société Joule Biotech, cité dans l'article d'il y a deux ans, n'est plus en ligne...

vincent

bon, ils ont déménagé ici
http://www.jouleunlimited.com/

les rendements qu'ils annoncent sont... stratosphériques.

10 000 gallons par acre par an d'éthanol (en gros, 120 T/ha), mais en laboratoire seulement pour l'instant - Je suis dubitatif.

floyd

"Qqch me dit qu'après la révolution internet, nous sommes à l'aube de grandes révolutions énergétiques. C'est purement instinctif, notez bien."

Je ne sais pas si c'est 'la' grande révolution attendue, mais nous assistons déjà en ce moment à la mini-révolution de la production de gaz non conventionnel, notamment aux Etats-unis. Ce n'est pas pour rien qu'on voit de plus en plus sur les blogs écologistes des articles 'catastrophistes' sur cette technologie. Cela montre que la production est devenue non négligeable.

Steph

Bonsoir,

C'est vrai marre de tous ces bonimenteurs, rasons la planète une bonne fois pour toute, exploitons jusqu'à la mort tout ce qui peut avoir une cotation en bourse, et pour finir branlons nous sur notre tas d'or !!

Yeah le méga pied !!!

Sylvain JUTTEAU

Pour les carburants à base d'algues, voyez le consensus qui s'est dégagé sur l'article Wikipédia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Algocarburant

Il y a suffisement d'éléments tangibles dans cet article démontrer le grotesque de bien des prophètes de malheur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique