« Dexia, le symbole de l'incompétence crasse de notre élite dirigeante | Accueil | Et si on gérait la population comme la construction ? »

mardi 11 octobre 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

 ST

Dis moi, Vincent, ça fait un bail que j'ai pas ouvert un livre de droit constitutionnel, mais combien de temps après naturalisation un slovaque peut il se présenter à la présidence de la république française ? Non, parce que si je regarde mon calendrier, il faudrait pas trop tarder non plus.

Je lance un grand mouvement pour l'immigration en France de politiciens slovaques dotées d'une paire de "semenníks" et de compétences avérées en économie. Non, parce qu'apparemment, on a plus ça chez nous.

volna

Quelqu'un a t'il entendu parler d'une étude deux économistes du BCG , Rhodes et Shelter qui propose , pour "aider" les états à gèrer leurs endettements de taxer en une seule fois les patrimoines pour un montant allant de onze à trente pour cent ...

Etude en anglais ( back to Mesopotamia ) .

salcedo

bonsoir,
Vous dites que le président slovaque est plein de bon sens quand il affirme que ce sont les banques qui doivent payer les conséquences de leur incompétence et de leurs investissements hasardeux.
C'est bien beau mais en définitive, le citoyen lambda, qu'on a obligé à ouvrir un compte en banque pour faire virer son salaire, est-ce sur lui que doit retomber toute cette gabegie ?
Autre question:
Mon conseiller financier du Cr. Ag. me propose de retirer mes économies de mon livret d'epargne (rémunéré à 2% )pour investir dans des obligations du C.A à 4,5% et remboursables dans 8 ans .
Ce type de placement est-il à eviter à tout prix actuellement ?

vincent

@ Salcedo: plus précisément, le président du parti libéral Slovaque.

Les solutions que je propose (et je ne suis pas le seul) sont justement de nature à protéger les dépots des petits déposants, en faisant boire le bouillon aux actionnaires puis aux créanciers obligataires. Et avant que les pertes dépassent le montant de ces ressources, il y a encore beaucoup de marge.

Type de placement: oui, à éviter selon moi. 4,5% en environnement déflationniste, c'est carrément suicidaire. D'ailleurs un conseiller de banque qui propose des obligs de sa banque en ce moment, c'est plus que tendancieux. Et si l'ECB monétise les dettes souveraines comme une tarée (pour permettre aux banques de payer les bondholders), 4,5%, ce ne sera pas assez.

Un bon conseil: gardez pas mal cash en ce moment (je dirais au moins un mois de revenus). En cas de gros bintz bancaire, l'argent "plastique" (CB) et le chèque seront temporairement hors jeu. Si votre banque ne fait pas faillite, vos virements seront toujours assurés. Sinon, vous risquez de devoir aussi payer en liquide votre électricité, votre gaz, etc... Ne lésinez pas sur les stocks de nourritures imputrescibles non plus.

Et si l'ECB joue la monétisation à outrance, alors là, retour sur les métaux. Mais on n'en est pas là.

Robert Marchenoir

"Mon conseiller financier du Cr. Ag. me propose de retirer mes économies de mon livret d'epargne (rémunéré à 2% )pour investir dans des obligations du C.A à 4,5% et remboursables dans 8 ans."

Hahaha, les escrocs se sont passés le mot, cépapossib... Moi aussi on m'a fait le coup à la Société Générale, avant la panique actuelle. Il y a toute une série de voyants d'alarme qui se sont alors allumés sur mon tableau de bord personnel :

- Ils s'y sont mis à deux pour me convaincre, mon conseiller ordinaire, plus le super-conseiller "en patrimoine" avec les galons de chef.

- Il y allait forcément y avoir une ruée sur ces obligations, dès l'ouverture de la commercialisation elles partiraient en une semaine, il fallait en "prendre" tout de suite pour ne pas manquer l'aubaine (mais bien sûr... prends-moi pour un con...).

- C'était une obligation de la Société Générale, à taux zéro... c'est à dire pas un euro d'intérêt avant l'échéance, dans 8 ans... et entretemps, impossibilité pratique de vendre les titres et de rentrer dans ses fonds, car si jamais les taux montent (probable...), cela voudra dire une moins-value sur le capital...

- Ils prétendaient me faire mettre toutes mes économies sur cette unique obligation...

- La Société Générale avait obtenu une fleur fiscale de l'Etat (soi-disant), qui permettait d'héberger ces titres dans une assurance-vie en euros...

- Donc, une obligation de la Société Générale, abritée dans une assurance-vie de la Société Générale, pour quelqu'un qui a son compte à la Société Générale... et à qui l'on dit : mettez donc toutes vos économies dessus... ce qui s'appelle une saine diversification des risques !...

- Ah, et puis : en gros ils me demandaient, à moi, de leur prêter de l'argent à eux, et ils me disaient : on va vous faire une réduction sur les frais d'entrée... Donc ta banque te demande : t'as pas cent balles, et en plus, elle te prend des frais de gestion sur les cent balles...

C'est ça, un "conseiller en patrimoine", dans la banque fraônçaise aujourd'hui.

Tout ça, après Kerviel & Co.

Et après, ils s'étonnent que les gens n'aient plus confiance dans leur banque...

Robert Marchenoir

"Il faut juste s'assurer que les mécanismes de liquidation des banques préservent autant que faire se peut les avoirs des simples déposants."

C'est le "autant que faire se peut" qui est inquiétant.

vincent

@Robert Marchenoir: Intéressant témoignage. Visiblement, les banques sont prêtes à tout pour obtenir des ressources.

Mais à part ça elles ont assez de liquidités, qu'ils nous disent...

 ST

J'ai pris le temps d'envoyer un message de soutien aux libéraux slovaques et à Richard Sulik. Il me semble utile et juste qu'ils sachent que leur position courageuse n'est pas sans écho dans le reste de l'Europe. Pour ceux qui seraient intéressés, voici l'adresse email que j'ai trouvé du parti Liberté et Solidarité de M. Sulik : sas@strana-sas.sk ainsi que l'adresse de la page facebook de Richard Sulik sur laquelle on peut lui déposer un message : http://www.facebook.com/profile.php?id=1616141387

Tonton JAck

Bonjour,

Pour notre hôte, si vous voulez la mort du EFSF, je pense que vous voudrez aussi celle du MES...

Deux liens pour vous expliquer pourquoi :

- le projet de traité du MES

- une vidéo allemande sur ce même traité, sous titrée en français, des plus instructives

- Olivier Delamarche sur BFM TV qui en parle (fin de l'emission)

Mais, bon, tout cela est pour notre bien...

Cordialement

Tonton JAck

Heu, les liens hypertextes n'ont pas marché :

- http://www.openeurope.org.uk/docs/draftesmtreaty.pdf

- http://www.dailymotion.com/video/xlcqxn_mes-le-nouveau-dictateur-europeen_news?start=1#from=embed

- http://www.youtube.com/watch?v=rFudyxtYjQQ&feature=player_embedded

gordon

A mon avis un haircut sur la dette grecque entrainerait de facto, un surenchérissement des prêts obligataires pour les autres pays (italie, france etc...) voir un asséchement des fournisseurs d'argent plublic facile.
1 question Vincent, est ce que je peux faire un haircut de 75% sur mon crédit immobilier, sachant que je serai inscrit sur la liste noire des emprunteurs privés, et en même temps je mettrai mon argent au chaud dans un coffre aux bahamas, donc double effet kissmoney???

salcedo

@vincent.
>en faisant boire le bouillon aux actionnaires >puis aux créanciers obligataires.

En proposant des obligations de sa banque, remboursables dans 8 ans, le conseiller ne cherche t-il pas à faire passer le statut du client lambda de simple déposant (dépots garantis par l'Etat) en créancier obligataire (piègé, car ce n'est plus du dépot mais de l'investissement donc non garanti) ?
Si c'est ça, c'est purement honteux et scandaleux.

>D'ailleurs un conseiller de banque qui propose >des obligs de sa banque en ce moment, c'est plus >que tendancieux.

je me suis inscrit pur assister à une conférence de Betbèze en février (au siège de CA) et je vais lui poser la question .
Qu'est-ce qu'ils font de l'argent récoltés avec ces emprunts ?
Le client est-il sincèremnt informé (selon les nouvelles lois déontologiques en vigueur) lorsque le conseiller prétend que ces obligs sont 100% garanties remboursables par la banque à l'echeance ?

 ST

@tonton jack

> projet de traité du MES

On obtiendra jamais la stabilité par ce genre de mécanisme qui ressemble finalement à celui d'une meta banque centrale : un prêteur de dernier ressort pour les gouvernements européens. Tout ce que cela crée c'est un gigantesque aléa moral de plus qui appelle mécaniquement un pouvoir de contrainte sur la politique budgétaire (et donc la politique tout court) des Etats Membres pour éviter que chacun n'essaye de vivre au dépend des autres.

La vrai stabilité viendra d'une mécanisme naturel : la responsabilité. Tout mécanisme qui vise à reporter sur autrui les conséquences d'une mauvaise gestion, à mutualiser les pertes, porte en lui les germes d'une dérive grave et portera atteinte à la liberté des Etats membres et au delà des individus. Liberté, Responsabilité sont les seuls vrais mécanismes auto-régulant qui évitent les dérives. C'est justement ça que ne supportent pas nos gouvernants : un système libre et fondé sur la responsabilité ne conduit pas à toutes les dérives dont des pactes pourries, entités supra-étatiques et nouvelle régulation seraient sensé constituer les gardes fous. C'est l'inverse. Un système libre et fondé sur la responsabilité empêche ces dérives, tant et si bien que nos dirigeants irresponsables mettent en place toutes les régulations possibles et imaginables pour essayer d'échapper à la réalité de cette responsabilité et aux contraintes lourdes qu'elle impose sur les finances publiques.

La régulation, à tous les niveaux, en se substituant à la responsabilité d'acteurs économiques libres est le principal facteur d'instabilité. Il est plus que temps de revenir aux fondamentaux d'un marché libre, et responsable.

@gordon

> A mon avis un haircut sur la dette grecque
> entrainerait de facto, un surenchérissement des
> prêts obligataires pour les autres pays

la hausse des taux est non seulement inévitable, mais probablement souhaitable, aussi vrai qu'il est nécessaire que le loyer de l'argent retrouve un niveau imposé par la réalité d'un marché libre (en fonction de la demande de crédit et de l'offre d'épargne, et non de la volonté d'un bureaucrate dans une tour d'ivoire à Francfort). Un haircut sur la dette grecque ne serait pas la cause d'un relèvement des taux, mais l'acceptation d'une réalité incontournable.

@salcedo

> Le client est-il sincèremnt informé (selon
> les nouvelles lois déontologiques en vigueur)
> lorsque le conseiller prétend que ces obligs sont
> 100% garanties remboursables par la banque à
> l'echeance ?

Une banque, une entreprise, ne peut jamais garantir quoi que ce soit au delà de sa mise en faillite. Les promesses, les engagements et les contrats des entreprises ne valent que jusqu'à leur mise en redressement judiciaire. C'est une réalité qu'on se refuse malheureusement à accepter de nos jours. L'échec fait partie de la vie. Celui des banques également. En revanche, la faillite frauduleuse a toujours (historiquement) été accompagnée de poursuite pénales à l'encontre des responsables. Il
serait temps de remettre au gout du jour cette application naturelle et juste du principe de responsabilité.


vincent

@ST : je viens d'envoyer mon message de soutien, merci pour l'idée et l'adresse mel !

 ST

Comme vous l'avez sans doute lu, le gouvernement Slovaque, sous pression européenne, a choisi d'engager sa responsabilité sur le vote sur l'EFSF, pour faire plier les libéraux : ceux ci ont tenu bon et fait tombé le gouvernement de coalition. Mais comme l'Europe se fout royalement de la démocratie, un nouveau vote a été décidé, avec la complicité de l'opposition socialiste. L'Europe s'était pas arrêté à la volonté des Français exprimée par référendum, c'était pas trois connards de slovaques qui allaient les empêcher de mettre en place un fond d'endettement massif européen.

Mais bon, comme la démocratie, ca fait un peu chier le technocrate aux poches trouées, Barroso nous explique que désormais, au lieu de demander l'avis des pays membres pour augmenter leur participation en garantie au fond européen, ils allaient mettre en place un effet de levier qui leur permettrait d'émettre autant de dette qu'ils le souhaitent, sans se soucier du niveau de garantie consentie par les états membres. Manquerait plus qu'on se gène. De la folie pure.

Mais on en est tous là. Pour la petite histoire, hier, 20 minutes relate qu'en déplacement dans la creuse, Sarkozy est entré dans un café, et a lancé "c'est ma tournée". Le tenancier s'est exécuté. Sarkozy a serré quelques paluches. Et il est parti sans payer. L'Europe c'est pas autre chose. C'est juste le montant de la tournée qui change. Je sais pas qui va boire. Mais je sais déjà qui va trinquer.

vincent

@ST: Toi, tu vas émigrer en Floride, je le sens. D'ailleurs, ils viennent, là bas, d'abolir l'obligation légale d'avoir des smart growth policies au niveau des communes.

Si tu choisis un endroit sympa, je viendrais squatter une semaine pour les vacances !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ob'lib' 2.0

  • |  RSS | | http://www.wikio.fr

    Partager cette page | Mon profil Facebook | mon fil twitter

Mon fil Twitter

distinctions

  • Wikio - Top des blogs | Wikio - Top des blogs - Politique